Assassinat de John Lennon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Assassinat de John Lennon
Image illustrative de l'article Assassinat de John Lennon
Le Dakota Building, lieu d’assassinat de John Lennon.

Localisation Drapeau des États-Unis New York, États-Unis
Cible John Lennon
Coordonnées 40° 46′ 35″ N 73° 58′ 34″ O / 40.776436, -73.976006 ()40° 46′ 35″ Nord 73° 58′ 34″ Ouest / 40.776436, -73.976006 ()  
Date 8 décembre 1980
22 h 50 (UTC-5)
Arme(s) Revolver .38 Special
Auteur(s) Mark David Chapman

L’assassinat de John Lennon, musicien britannique ayant acquis une réputation mondiale avec les Beatles puis à travers sa carrière solo et son engagement politique, s’est produit dans la soirée du lundi 8 décembre 1980, à l’entrée du Dakota Building de New York. Il a été perpétré par Mark David Chapman.

Lennon revient d'une session d'enregistrement aux Record Plant Studios avec son épouse, Yoko Ono et se trouve à l'entrée de l'immeuble où il réside, lorsque Mark David Chapman vide sur lui le barillet de son revolver .38 Special. Le chanteur, âgé de 40 ans, est déclaré mort à son arrivée au St. Luke’s Roosevelt Hospital Center. Peu après l’annonce de la mort par les radios locales, des foules se massent devant l'hôpital et le Dakota Building. John Lennon est incinéré le 10 décembre 1980 au cimetière de Ferncliff à New York. Les cendres sont remises à son épouse, qui décide de ne pas célébrer de funérailles.

La mort de Lennon a un fort impact dans le monde. De nombreux hommages lui sont témoignés, notamment par Paul McCartney, George Harrison et Ringo Starr, les autres Beatles. Des monuments lui sont également dédiés, tels que l’aéroport de Liverpool, sa ville natale. Deux films sont également consacrés à l’événement.

Historique[modifier | modifier le code]

Dernière journée[modifier | modifier le code]

Le matin du 8 décembre 1980, la photographe Annie Leibovitz se rend à l’appartement de Lennon et Ono pour une séance de photos destinées au magazine Rolling Stone. Elle avait promis à Lennon qu’une photographie de lui et de son épouse seraient en couverture mais tente, dans un premier temps, d’obtenir une photo de Lennon seul[1]. Leibovitz précise que « personne ne voulait d’elle [Ono] en couverture »[2]. Lennon insiste pour que sa femme et lui soient en couverture et, après la séance, la photographe quitte l’appartement. Ensuite, Lennon donne ce qui se révèle être sa dernière entrevue, à un DJ de San Francisco, Dave Sholin[3]. À 17 heures, Lennon et Ono partent enregistrer Walking on Thin Ice, une chanson d’Ono dans laquelle Lennon tient la guitare solo, aux Record Plant Studios[4].

Alors que Lennon et Ono marchent jusqu’à leur limousine, plusieurs personnes s’approchent pour leur demander un autographe, ce à quoi ils sont habitués[5]. Parmi elles se trouve Mark David Chapman[6]. Chapman, un agent de sécurité originaire d’Honolulu (Hawaï) et âgé de 25 ans, était venu une première fois à New York, en octobre, pour tuer Lennon, mais il avait changé d'avis et était rentré chez lui[7]. Il tend silencieusement à Lennon un exemplaire de son album Double Fantasy, et le musicien le lui dédicace[6]. Après l’avoir signé, Lennon lui demande poliment : « C’est tout ce que vous désirez ? », et Chapman répond d’un signe de tête affirmatif. La scène est immortalisée par un photographe fan de Lennon, Paul Goresh, qui prend une photo de la rencontre[8],[9].

Les Lennon passent plusieurs heures au studio Record Plant, avant de rentrer au Dakota Building vers 22 h 50. Lennon a décidé de ne pas diner en ville, pour être chez lui à temps afin de dire bonne nuit à son fils Sean, âgé de cinq ans, avant qu’il ne se couche. De plus, il aime satisfaire les fans qui l’attendent devant chez lui. De fait, ils quittent leur limousine garée sur la 72e rue, juste devant l'immeuble, alors que Lennon aurait pu la ranger dans la cour intérieure, plus sécurisée[10].

Agression[modifier | modifier le code]

L’arche sous laquelle Lennon a été assassiné dans l’entrée du Dakota Building.

Le portier du Dakota, Jose Perdomo, et un chauffeur de taxi ont vu Chapman attendre dans l’ombre de l’arche[11],[12]. Yoko Ono entre la première sous l'arche. Alors que John Lennon la suit, Chapman tire sur lui, à cinq reprises, avec un revolver 38 Special Charter Arms[13]. Nombre de récits de radios, télévisions et journaux de l’époque ont rapporté qu’avant de tirer, Chapman a appelé « Mister Lennon » et s’est mis en « position de combat »[14],[15],[16], mais cela n’a pas été confirmé par les audiences et les dépositions de témoins. Chapman a, pour sa part, déclaré ne pas se souvenir d’avoir appelé le nom de Lennon avant de lui tirer dessus[17],[18]. Un coup passe au-dessus de la tête de Lennon et touche une fenêtre du Dakota, puis deux balles atteignent Lennon au côté gauche du dos et deux autres pénètrent dans son épaule gauche. Les quatre balles infligent de graves blessures, une au moins perforant l’aorte de Lennon[19]. Lennon chancelle sur les marches qui mènent au poste de sécurité, déclare « Je me suis fait descendre » et s’effondre[12]. Le concierge Jay Hastings couvre la victime avec son uniforme et lui enlève ses lunettes ; il alerte ensuite la police.

À l'extérieur, le portier Perdomo fait tomber l'arme de la main de Chapman et la repousse du pied vers le trottoir[11]. Chapman retire ensuite son manteau et son chapeau en attendant l'arrivée de la police, afin de montrer qu'il n'a plus d'arme sur lui, et s'assoit sur le bord du trottoir. Perdomo lui crie : « Tu sais ce que tu as fait ? », ce à quoi Chapman répond calmement, « Oui, je viens de tuer John Lennon ». Les premiers policiers sur les lieux sont Steve Spiro et Peter Cullen, qui se trouvaient à l'intersection de la 72e avenue et de Broadway, quand on leur a signalé les coups de feu tirés au Dakota. À leur arrivée, ils trouvent Chapman assis « très calmement » sur le trottoir. Ils ont rapporté que le tueur avait laissé tomber son revolver sur le sol et tenait un livre de poche, L'Attrape-cœurs de J. D. Salinger[20]. Chapman avait écrit un message sur la page de garde : « Pour Holden Caulfield. De Holden Caulfield. Voici mon témoignage. » Il a par la suite déclaré que sa vie faisait écho à celle de Holden Caulfield, personnage principal du livre, que les réponses se trouvaient dans ce livre et que son seul but était dorénavant de le faire connaître[20].

À l'hôpital[modifier | modifier le code]

Après la fusillade, Lennon a gravi les marches (au fond à droite) avant de s'écrouler dans le poste de sécurité.

Une deuxième équipe, composée des officiers Bill Gamble et James Moran, arrive quelques minutes plus tard. Ils portent immédiatement John Lennon dans leur voiture de patrouille et se rendent à toute vitesse au Roosevelt Hospital. Selon Moran, ils ont placé Lennon sur la banquette arrière[21]. Moran lui a demandé : « Savez-vous qui vous êtes ? » Les récits divergent sur la suite. Selon une version, Lennon a approuvé silencieusement et tenté de parler, mais n'a pu produire qu'un grognement, et il perd connaissance[22].

Le docteur Stephan Lynn reçoit Lennon en salle d'urgences. À son arrivée, Lennon n'a plus de pouls et ne respire plus. Lynn et deux autres médecins s'affairent pendant 20 minutes, ouvrant sa poitrine et tentant d'opérer un massage cardiaque pour relancer la circulation sanguine, mais les dommages causés aux vaisseaux proches du cœur sont trop importants[23]. Lennon est déclaré mort à 23 h 15 par le docteur Lynn[24], mais 23 h 7 est parfois mentionné comme une heure possible. La cause de sa mort est une hypovolémie, causée par la perte de plus de 80 % de son sang. Selon le docteur Elliott M. Gross, médecin légiste en chef, personne n'aurait pu survivre plus de quelques minutes avec de telles blessures par balles. Lennon a été touché par des munitions conçues pour se dilater lorsqu'elles touchent la peau et déchirer davantage de tissus en traversant la cible ; ainsi, les organes atteints ont été pratiquement détruits lors de l'impact. Ono, pleurant « Oh non, non, non, non... dîtes-moi que ce n'est pas vrai », est emmenée au Roosevelt Hospital, qu'elle quitte en état de choc après avoir appris la mort de son mari[25]. Le lendemain, elle fait une déclaration : « Il n'y aura pas de funérailles pour John. John aimait et a prié pour la race humaine. S'il vous plaît, faîtes en autant pour lui. Merci, Yoko et Sean[25] ».

Réactions immédiates[modifier | modifier le code]

Bien qu'il n'ait pas été en contact avec lui depuis un certain temps, Paul McCartney a été profondément choqué par la mort de celui qui a cosigné toutes ses chansons au sein des Beatles.

Peu après que les médias locaux ont rapporté l'assassinat, des foules se rassemblent au Roosevelt Hospital et devant le Dakota Building, récitant des prières et chantant des chansons de Lennon[26]. La première annonce de sa mort vient de la chaine ABC Sports, lorsque les présentateurs du Monday Night Football, Frank Gifford et Howard Cosell, qui avaient interviewé Lennon en 1974 pendant la mi-temps d'un match et étaient devenus amis avec l'ex-Beatle, sont informés de l'assassinat par le président d'ABC News, Roone Arledge (qui était aussi président d'ABC Sports). Alors que le match en est à ses dernières secondes, la nouvelle est relayée sur les ondes.

Gifford : « John Smith est sur la ligne. Et je me fiche de ce qui est sur la ligne, Howard. Vous devez dire ce que nous savons, nous dans la cabine. »

Cosell : « Oui, nous devons le dire. Souvenez vous que ce n'est qu'un match de football, peu importe qui gagne ou qui perd. Une tragédie indescriptible, qui nous a été confirmée par nos collègues d'ABC News à New York : John Lennon, devant son immeuble dans les quartiers ouest de New York, probablement le plus célèbre de tous les Beatles, a reçu deux balles dans le dos, a été conduit en urgence au Roosevelt Hospital, et était mort à son arrivée[27]. »

Suite au match, Ted Koppel donne des informations plus précises pour ABC pendant l'émission Nightline. NBC annonce pour sa part la nouvelle durant The Tonight Show Starring Johnny Carson. L'émission est interrompue par un journaliste anonyme lisant la nouvelle, puis reprend. CBS programme un flash spécial au lieu de ses programmes habituels, Walter Cronkite et les reporters de CBS News annonçant la nouvelle aux téléspectateurs. Plus tard dans la soirée, Cronkite confirme la mort de Lennon, à 23 h 20[28].

Lorsqu'un journaliste demande à Paul McCartney, ancien Beatles et partenaire d'écriture de Lennon sa réaction, McCartney répond, « Un malheur, n'est-ce pas ? » Sa réponse a été critiquée, mais McCartney a par la suite expliqué dans une interview à Playboy : « Je venais de passer une journée en état de choc et j'ai dit "C'est un malheur". Je veux dire "malheur" dans le sens le plus fort du terme, vous voyez : "c'est un — MALHEUR." Mais, vous savez, quand on le voit à l'écrit, on lit, "Oui, c'est un malheur". C'est un fait[29] ». Plus tôt ce jour-là, McCartney avait déclaré à des journalistes devant sa résidence dans le Sussex, « On se souviendra de John pour son apport unique à l'art, la musique et la paix dans le monde[29] ».

Ringo Starr et sa fiancée, Barbara Bach, sont en vacances aux Bahamas, lorsqu'ils entendent la nouvelle et partent pour New York pour réconforter Ono[30]. George Harrison est également en état de choc. Craignant d'être le prochain, il s'entoure un temps de gardes du corps[31]. Par la suite, il enregistre une chanson hommage, All Those Years Ago, avec à la batterie Ringo Starr et McCartney aux chœurs[32],[33]. McCartney enregistre également lui-même une chanson hommage en l'honneur de Lennon sur son album de 1982, Tug of War, intitulée Here Today. La chaîne New-Yorkaise WABC-TV diffuse une couverture en direct de l'hommage à Lennon rendu dans Central Park six jours après la fusillade[34].

Postérité[modifier | modifier le code]

Conséquences sur les personnes impliquées[modifier | modifier le code]

La dépouille de John Lennon est incinérée au cimetière de Ferncliff de Westchester. Il n'y a pas de funérailles[35],[36]. Peu après, Yoko Ono fait savoir à la foule rassemblée devant le Dakota qu'elle a apprécié ce geste de soutien, et leur demande de se rassembler à nouveau à Central Park le dimanche suivant pour dix minutes de prière silencieuse[37]. Le 14 décembre 1980, des millions de personnes se rassemblent autour du monde pour répondre à la volonté d'Ono et font dix minutes de silence à la mémoire de Lennon[38]. Trente-mille personnes se rassemblent à Liverpool, et le plus grand groupe au monde, 225 000 personnes, se réunit à Central Park, près du lieu de l'assassinat[38]. Au moins deux fans de Lennon se suicident suite au meurtre, poussant Yoko Ono à demander publiquement aux gens de ne pas céder au désespoir[39]. En 1981, Ono réalise un album solo, Season of Glass, la couverture de la pochette est une photographie des lunettes de John Lennon tachées de sang ; dans une réédition de l'album en 1997, Walking on Thin Ice, la chanson que John et Yoko avaient enregistrée aux studios de Record Plant juste avant l'assassinat, apparaît.

Mark David Chapman plaide coupable pour le meurtre de Lennon en juin 1981[40], contre l'avis de ses avocats[41], qui voulaient lui faire plaider la folie[42],[43]. Il est condamné à la perpétuité mais, dans la mesure où il a plaidé coupable, la liberté conditionnelle est envisageable depuis 2000, après vingt ans de sûreté. La liberté conditionnelle lui est pourtant refusée tous les deux ans depuis 2000, il reste emprisonné au centre correctionnel d'Attica[44]. Par une certaine ironie du sort, Lennon avait composé une chanson sur cette prison, Attica State dans son album Some Time in New York City, en référence aux émeutes qui s'y étaient produites l'année précédente[45].

La photographie de John Lennon nu embrassant Yoko Ono prise par Annie Leibovitz, le jour du meurtre, fait la couverture du numéro du 22 janvier 1981 du magazine Rolling Stone, dont la plus grande partie est consacrée à des articles, lettres et photographies sur la vie et la mort du musicien[46]. En 2005, la Société Américaine des Éditeurs de Magazines l'a élue meilleure couverture de magazine depuis 40 ans[47].

Hommages et mémoriaux[modifier | modifier le code]

Statue mémoriale de John Lennon à La Havane, Cuba

Lennon a reçu de nombreux hommages, un jardin mémorial, le mémorial Strawberry Fields de New York, lui a été dédié dans Central Park près de la rue où se trouve le Dakota Building. Ono a donné un million de dollars pour aider à son entretien[48]. Ce lieu de rassemblement, sert de cadre aux hommages rendus lors des anniversaires de naissance et de mort de Lennon, mais aussi pour d'autres moments de deuil, pour les attentats du 11 septembre 2001 ou pour la mort de George Harrison le 29 novembre 2001[37].

Elton John, qui avait réalisé avec Lennon son tube Whatever Gets You thru the Night, enregistre avec son parolier Bernie Taupin, un hommage, Empty Garden (Hey Hey Johnny), qui apparait sur son album de 1982, Jump Up! et atteint la 13e place des ventes aux États-Unis cette année-là. Lorsqu'il chante ce titre au cours d'un concert au Madison Square Garden en août 1982, il est rejoint sur scène par Yoko Ono et Sean Lennon[49]. Et quelques années plus tard en 2006, il écrit dans son Blues Never Fade Away de l'album The Captain and the Kid : "And I miss John Lennon's laugh" (Et le rire de John Lennon me manque)

Lennon reçoit un Grammy Award posthume, en 1991, pour l'ensemble de sa carrière [50].

En 1994, la République d'Abkhazie émet deux timbres aux effigies de John Lennon et de Groucho Marx, en parodie du passé communiste du pays, ces timbres auraient dû porter les images de Karl Marx et de Vladimir Lénine[51].

Le 8 décembre 2000, le président de Cuba Fidel Castro inaugure une statue en bronze de Lennon dans un parc de La Havane[52]. En 2000, le musée John Lennon ouvre à la Saitama Super Arena de Saitama, au Japon. Il est prévu qu'il ferme ses portes en septembre 2010[53].

L'aéroport de Liverpool est rebaptisé aéroport John Lennon avec la la devise « Above us only sky[54] » tirée de la chanson Imagine en 2002[55]. Pour le 25e anniversaire de la mort de John Lennon le 8 décembre 2005, des célébrations sont organisées à Londres, New York, Cleveland et Seattle[56],[57].

L'astéroïde (4147) Lennon, découvert le 12 janvier 1983 par Brian Skiff a été nommé en hommage au musicien[58].

Le groupe Queen dédie à John la chanson Life Is Real sur l'album Hotspace.

Le 9 octobre 2007, Yoko Ono inaugure un nouveau mémorial, l'Imagine Peace Tower, sur l'île de Viðey, au large des côtes d'Islande. Chaque année, entre le 9 octobre et le 8 décembre, la tour projette un rayon lumineux vertical vers le ciel[59].

Une cérémonie se tient devant l'immeuble de Capitol Records sur Vine Street à Hollywood chaque 8 décembre. Des bougies sont également allumées devant l'étoile de Lennon devant l'immeuble[60].

La ville de Durness en Écosse a initié le 28 au 30 septembre 2007 le John Lennon Northern Lights Festival, un moment de rencontre pour les poètes, les musiciens et les artistes anglais. John et Yoko y avaient séjourné en 1969 avec leurs enfants. Le festival a accueilli Stanley Parkes, un cousin de Lennon, et Julia Baird, la demi-sœur de Lennon, qui a lu des écrits du musicien et des extraits de son propre livre[61],[62],[63].

En 2009, une exposition dans l'annexe du Rock and Roll Hall of Fame à New York a été consacrée à John Lennon. Elle a présenté des souvenirs, des effets personnels du musicien, et les vêtements portés lors de son assassinat, conservés dans le sac provenant du Roosevelt Hospital[64]. Tous les 8 décembre, Yoko Ono dispose une bougie à la fenêtre de la chambre de Lennon au Dakota Building [65].

Au cinéma[modifier | modifier le code]

Deux films sur l'assassinat de John Lennon ont été réalisés plus de 25 ans après les faits.

The Killing of John Lennon, sort le 7 décembre 2007, veille du 27e anniversaire du meurtre. Réalisé par Andrew Piddington, le film met en scène Jonas Ball dans le rôle de Mark David Chapman[66].

Et dans le deuxième film Chapitre 27, sorti le 28 mars 2008, où Jared Leto joue le rôle du tueur, le réalisateur Jarrett Schaefer a confié le rôle de Lennon à Mark Lindsay Chapman ![67]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Hours After This Picture Was Taken John Lennon Was Dead », Guardian Unlimited. Consulté le 13 mai 2010.
  2. (en) « Naked Lennon », Famous Pictures Magazine. Consulté le 13 mai 2010
  3. (en) « John Lennon Remembered », CBS News. Consulté le 13 mai 2010.
  4. (en) « The Last Days of Dead Celebrities », ABC. Consulté le 13 mai 2010.
  5. (en) « The Last Day In The Life », TIME Magazine. Consulté le 13 mai 2010.
  6. a et b (en) « Is That All You Want? », Courtroom Television Network. Consulté le 13 mai 2010.
  7. (en) « Descent Into Madness », People. Consulté le 13 mai 2010.
  8. (en) « John Lennon Encounters Mark David Chapman », HowStuffWorks. Consulté le 13 mai 2010.
  9. La photo de la séance d'autographe avec Chapman
  10. (en) Les Ledbetter, « John Lennon of Beatles Is Killed », New York Times, 9 décembre 1980.
  11. a et b (en) « Do It, Do It, Do It! », Courtroom Television Network. Consulté le 14 mai 2010.
  12. a et b Collectif, John Lennon 1940-1980, Montréal, Select,‎ 1981 (ISBN 2-89132-503-6)
  13. (en) « Police Trace Tangled Path Leading To Lennon's Slaying at the Dakota », elvispelvis.com. Consulté le 14 mai 2010.
  14. (en) [vidéo] CBS Evening News television report, 9 décembre 1980.
  15. (en) [vidéo] John Lennon - murdered Dec 8 1980 (part 1) (ABC News), YouTube. Consulté le 14 mai 2010.
  16. Paul L. Montgomery, « Police Trace Tangled Path Leading To Lennon's Slaying at the Dakota », The New York Times, 10 décembre 1980, pp. A1,B6.
  17. (en) « John Lennon murder: Killer Mark David Chapman gives new details of shooting », Telegraph. Consulté le 14 mai 2010.
  18. (en) Transcription d'une audience de Chapman en 1981, Salvador Astucia's Online Books. Consulté le 14 mai 2010.
  19. (en) « « John Lennon - After The Music » » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 20130318, Robert Soliman. Consulté le 14 mai 2010.
  20. a et b (en) Paul L. Montgomery « Lennon Murder Suspect Preparing Insanity Defense », The New York Times. Consulté le 14 mai 2010
  21. (en) David Edwards, « Exclusive: Monday 8th december 1980, Lennon’s Last Day », Daily Mirror. Consulté le 14 mai 2010
  22. (en) « Lennon shot on way to see son: Ono », Thestar.com. Consulté le 14 mai 2010
  23. (en) Corey Kilgannon, « Recalling the Night He Held Lennon's Still Heart », New York Times. Consulté le 14 mai 2010
  24. (en) John Lennon Death Certificate, JFKmontreal.com. Consulté le 14 mai 2010
  25. a et b (en) Damien Cave, Matt Diehl, Gavin Edwards, Jenny Eliscu, David Fricke, Lauren Gitlin, Matt Hendrickson, Kirk Miller, Austin Scaggs, et Rob Sheffield « The death of John Lennon in 1980: 50 moments that changed the history of rock & roll », Rolling Stone. Consulté le 14 mai 2010
  26. (en) Larry Kane, Lennon Revealed, Running Press, 2007, (ISBN 762429666[à vérifier : isbn invalide])
  27. (en) [vidéo] « John Lennon Announced dead by Howard Cosell 1980 », YouTube. Consulté le 15 mai 2010
  28. (en) Jon Wiener, « John Lennon 1940-1980: History Professor Jon Wiener Discusses Lennon’s Politics, FBI Files and Why Richard Nixon Sought to Deport Him », Democracy Now. Consulté le 15 mai 2010
  29. a et b (en) « Paul McCartney 1984 Playboy Interview », The Trustees of Indiana University. Consulté le 15 mai 2010
  30. (en) Richard Buskin, « The World Mourns John Lennon's Death », Howstuffworks.com. Consulté le 15 mai 2010
  31. Daniel Ichbiah 2009, p. 212
  32. (en) « All Those Years Ago », Connolly and Company. Consulté le 15 mai 2010
  33. Daniel Ichbiah 2009, p. 258
  34. (en) [vidéo] « WABC-TV CH 7 NYC John Lennon Tribute 12-14-80 PT 1 », YouTube. Consulté le 15 mai 2010
  35. (en) « List of celebrities cremated or interred at Ferncliff Cemetery », Ferncliff... Where Memories Live Forever. Consulté le 15 mai 2010
  36. (en) « Lennon slaying linked to quote », Milwaukee Sentinel sur Google News. Consulté le 15 mai 2010
  37. a et b (en) Fiorella Dorotea Gentile, « The Central Park Vigil, New York, 14 December 1980 », Thou Art. Consulté le 15 mai 2010
  38. a et b (en) Clyde Haberman, « Silent Tribute to Lennon's Memory is Observed Throughout the World », The New York Times, 15 décembre 1980
  39. (en) « Suicides push Lennon's wife to caution his fans », The Bulletin. Consulté le 15 mai 2010
  40. (en) « Divine Justice », Time. Consulté le 15 mai 2010
  41. (en) « A Matched Pair of Gunmen », Time. Consulté le 15 mai 2010
  42. (en) « John Lennon's Killer: The Nowhere Man », New York Magazine. Consulté le 15 mai 2010
  43. (en) Lennon Murder Suspect Preparing Insanity Defense, New York Times. Consulté le 15 mai 2010
  44. (en) « Transcript of 2008 Chapman parole hearing », Scribd. Consulté le 15 mai 2010
  45. (en) « Attica State », The Beatles Bible. Consulté le 4 mai 2011
  46. (en) « John Lennon & Yoko Ono-RS 335 (22 January 1981) », Rolling Stone. Consulté le 15 mai 2010
  47. (en) « Lennon leads list of top magazine covers », TODAYshow. Consulté le 15 mai 2010
  48. (en) « Strawberry Fields », New York City Parks. Consulté le 16 mai 2010
  49. (en) « John Lennon », songfacts.com. Consulté le 15 mai 2010
  50. (en) « « Lifetime Achievement Awards » » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 20130318, The Recording Academy. Consulté le 16 mai 2010
  51. (en) « March Marx Magic », Ben Robinson. Consulté le 16 mai 2010
  52. (en) « Once-shunned Lennon now feted in communist Cuba », CNN. Consulté le 19 mai 2010
  53. (en) « John Lennon Museum », TAISI Corporation. Consulté le 19 mai 2010
  54. « Seulement le ciel au-dessus de nous. »
  55. (en) « Background Information », Liverpool John Lennon Airport. Consulté le 19 mai 2010
  56. (en) « Fans remember Lennon with flowers, memories », TODAYshow. Consulté le 19 mai 2010
  57. (en) « 25th anniversary of John Lennon's death », Answer this. Consulté le 19 mai 2010
  58. (en) « Lennon's planet », cfa.harvard.edu (consulté le 20 December 2007)
  59. (en) Imagine Peace. Consulté le 19 mai 2010
  60. (en) « Capitol Records Building », Seeing stars. Consulté le 19 mai 2010
  61. (en) Margaret Chrystall, « Lennon fans come together », Highland News. Consulté le 19 mai 2010
  62. (en) John Ross, « Village strikes a chord with Lennon festival », The Scotsman. Consulté le 19 mai 2010
  63. (en) « John Lennon Northern Lights Festival in Durness », Scotland homepage. Consulté le 19 mai 2010
  64. (en) John Carucci, « Yoko Ono displays John Lennon's bloodied clothes », Huffington Post. Consulté le 19 mai 2010
  65. (en) « Lennon Fans Remember », Sun-Sentinel. Consulté le 19 mai 2010
  66. (en) « The Killing of John Lennon », IMDb. Consulté le 19 mai 2010
  67. (en) « Chapter 27 », IMDb. Consulté le 19 mai 2010

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]