Aspagour Ier d'Ibérie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Aspagour Ier
Titre
Roi d'Ibérie
265284
Prédécesseur Mihrdat II
Successeur Mirvan III
Biographie
Dynastie Arsacides
Date de décès 284
Père Mihrdat II
Enfant(s) Abechoura

Aspagour Ier d'Ibérie (en géorgien : ასფაგურ I, latinisé en Aspacoures) est le dernier roi d’Ibérie de la dynastie arsacide, ayant régné de 265 à 284.

Biographie[modifier | modifier le code]

Selon la Chronique géorgienne qui ne lui accorde qu’un règne de trois ans, Aspagour ou Asphagour est le 23e roi d’Ibérie. Il aurait bâti ou restauré la forteresse d’Udjarma.

Il est surtout connu pour avoir résisté à l’expansion perse dans le Caucase en combattant un roi perse que la Chronique géorgienne nomme Khosrov[1] aux côtés d’un roi d’Arménie homonyme nommé Cosaro (Khosrov II).

Il semble qu’Aspagour ait participé aux combats qui, sous les règnes des empereurs romains Probus et Carus, permirent le rétablissement en Arménie occidentale de Khosrov II d'Arménie comme roi client de Rome vers 280. Défait par les forces iraniennes, Aspagour se serait retiré en Ossétie dans l’espoir de lever de nouvelles troupes mais il y meurt rapidement.

Aspagour ne laisse aucun fils mais seulement une fille en bas âge nommée Abechoura. Les éristhaws de Karthlie se réunissent autour du spaspet (?) Maïjan dans la ville de Mtskheta et, après délibérations, ils proposent la jeune princesse comme épouse pour un fils du roi perse Khosrov[2].

Ce dernier, impressionné par la noblesse des ancêtres de la petite fille qui comprennent les trois races qui avaient gouverné l’Ibérie, et surtout conscient de la position stratégique de l’Ibérie « aux portes du Caucase », accepte l’offre et lui désigne pour époux le fils de 7 ans nommé Mihran ou Mirian qu’il a eu d’une esclave.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ce nom n'a pas été utilisé par les rois sassanides au IIIe siècle. Il semble que la Chronique utilise ce nom rétroactivement ou, comme le pense Cyrille Toumanoff, qu’il ne s’agisse pas d’un Sassanide.
  2. Cyrille Toumanoff estime que ce roi Khosrov, à l'origine de la dynastie géorgienne dite des Chosroïdes, n’était pas un Sassanide mais un prince de la maison iranienne de Mihran, dite Mihranide.

Bibliographie[modifier | modifier le code]