Asnières-sur-Vègre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Asnières.
Asnières-sur-Vègre
Le vieux pont.
Le vieux pont.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Sarthe
Arrondissement La Flèche
Canton Sablé-sur-Sarthe
Intercommunalité Communauté de communes de Sablé-sur-Sarthe
Maire
Mandat
Jean-Pierre Bourrely
2014-2020
Code postal 72430
Code commune 72010
Démographie
Gentilé Asniérois
Population
municipale
396 hab. (2011)
Densité 31 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 53′ 19″ N 0° 14′ 03″ O / 47.888611, -0.234167 ()47° 53′ 19″ Nord 0° 14′ 03″ Ouest / 47.888611, -0.234167 ()  
Altitude Min. 30 m – Max. 75 m
Superficie 12,64 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Sarthe

Voir sur la carte administrative de Sarthe
City locator 14.svg
Asnières-sur-Vègre

Géolocalisation sur la carte : Sarthe

Voir sur la carte topographique de Sarthe
City locator 14.svg
Asnières-sur-Vègre

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Asnières-sur-Vègre

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Asnières-sur-Vègre
Liens
Site web www.asnieres-sur-vegre.fr

Asnières-sur-Vègre est une commune française, située dans le département de la Sarthe en région Pays de la Loire, peuplée de 396 habitants[1] (les Asnièrois).

Géographie[modifier | modifier le code]

Le territoire est traversé par la Vègre.

Communes limitrophes d’Asnières-sur-Vègre
Poillé-sur-Vègre Fontenay-sur-Vègre
Auvers-le-Hamon Asnières-sur-Vègre Tassé
Juigné-sur-Sarthe Avoise

Toponymie[modifier | modifier le code]

Asnières vient du mot asinus, âne en latin.

Histoire[modifier | modifier le code]

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
(avant 2001) mars 2014 Jean Anneron SE Responsable de gîtes
mars 2014 en cours Jean-Pierre Bourrely[2] SE  
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 396 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
663 595 703 720 649 669 707 706 771
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
737 702 771 744 671 658 579 544 501
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
477 496 498 492 469 433 426 428 469
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
421 387 406 356 338 375 423 423 417
2011 - - - - - - - -
396 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4])
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L’église Saint-Hilaire est célèbre pour ses nombreuses peintures murales. À partir du XIe siècle, les chanoines embellissent et développent leur seigneurie d’Asnières. C’est ainsi qu’ils achètent la nef et que selon leurs souhaits, les murs de l’église sont décorés. Ce sont les célèbres peintures murales mises au jour en 1951 par Madeleine Pré. Sur les murs de la nef, on peut observer la promesse de la Rédemption qui réconforte l’âme des fidèles terrifiés par les démons de l’Enfer.

L’ancienne cour de justice, appelée aussi le Temple, dont la construction remonte aux XIIIe et XIVe siècles, est un édifice exceptionnel tant par son ancienneté que par son traitement architectural. Siège de la seigneurie ecclésiastique d’Asnières au XIIIe siècle, gentilhommière au XVe, puis métairie au XVIIIe, cet édifice est finalement partagé en appartements au XIXe. Il est aujourd’hui propriété de la commune depuis 1972 et a été classé parmi les Monuments historiques en 1991.

Le Vieux Pont offre une très belle vue sur la Vègre. De style roman, il a été reconstruit au début du XIXe siècle. Plus loin, la fontaine Saint-Aldric a été transformée en lavoir à cette même époque.

Autres monuments[modifier | modifier le code]

  • Le manoir de la Cour.
  • Le château de Moulinvieux.
  • Le manoir de la Tannerie.
  • Le manoir des Claies.

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

  • Asnières-sur-Toiles : expositions d'artistes, concours de peintres dans le village durant deux jours, le premier week-end de juin.

Personnalités liées[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2011.
  2. « Les maires élus suite aux élections municipales de mars 2014 », sur le site de la Préfecture de la Sarthe (consulté le 13 avril 2014).
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :