Asconius

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Quintus Asconius Pedianus (né v. 9 av. J.-C. à Padoue - mort en 76 après J.-C.) est un grammairien latin.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ami de Virgile, maître de Tite-Live et de Quintilien, Asconius enseigna l'éloquence à Rome et composa des critiques littéraires sur les principaux écrivains de la ville. Il devint aveugle à 73 ans et mourut sous Vespasien, à 85 ans[1].

On a conservé de ses œuvres que quelques fragments des Commentaires des discours de Cicéron dont le manuscrit fut découvert en 1416 à Saint-Gall par Poggio Bracciolini. Ils commentaient cinq discours de Cicéron, les In Pisonem, Pro Scauro, Pro Milone, In toga candida et Pro Cornelio. Le document original a disparu, mais des copies subsistent[2].

Ces fragments sont précieux pour les historiens, car ils contiennent beaucoup de matériaux rares et, semble-t-il, authentiques sur la constitution du sénat, les assemblées du peuple, etc. Deux éditions critiques de ces fragments ont été publiées ; l'une par l'érudit danois Johan Nicolai Madvig (1828) et l'autre en 1833, en Allemand, par d'Orelli et Baiter.

Asconius aurait écrit une biographie de Salluste et une défense de Virgile contre ceux qui voulaient le censurer, deux œuvres perdues[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Bertrand Borie, Bertrand Leumachois et George Levert, « Cicéron, philosophe et homme d'État », Histoire antique et médiévale, FATON, no Hors série 21, décembre 2009, (ISSN 1632-0859), p. 45
  2. Jean Marc Flambard, Quinli Asconii Pediani commentarii, Texte, traduction et commentaire historique, École pratique des hautes études. 4e section, Sciences historiques et philologiques. Annuaire 1974-1975. 1975. pp. 1005-1014 [1]

Sources[modifier | modifier le code]

  • Dezobry et Bachelet, Dictionnaire de biographie, t.1, Ch.Delagrave, 1876, p.154
  • Jean Marc Flambard, Notes sur l'histoire du texte d'Asconius à l'époque moderne, Mélanges de l'Ecole française de Rome. Antiquité T. 88, N°1. 1976. pp. 375-396, [2]

Éditions[modifier | modifier le code]