Arvicola amphibius

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Arvicola terrestris • Rat taupier, Campagnol terrestre, Grand campagnol

Arvicola amphibius

Description de cette image, également commentée ci-après

Rat taupier photographié au bord d'un cours d'eau en Allemagne

Classification
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Classe Mammalia
Sous-classe Theria
Infra-classe Eutheria
Ordre Rodentia
Sous-ordre Myomorpha
Famille Muridae
Sous-famille Arvicolinae
Genre Arvicola

Nom binominal

Arvicola amphibius
(Linnaeus, 1758)[1]

Synonymes

  • Arvicola terrestris (Linnaeus, 1758) (préféré par ITIS)

Statut de conservation UICN

( LC )
LC  : Préoccupation mineure

Le Grand campagnol, Campagnol terrestre ou encore Rat taupier (Arvicola amphibius, syn. Arvicola terrestris), est une espèce de petits mammifères rongeurs de la famille des Muridés. Ce campagnol est très commun en Europe et en Asie en zone de prairie de moyenne montagne où il se signale par les dégâts qu'il cause dans les cultures ; Il y creuse des galeries et ronge les racines des végétaux[2].

Par suite de la régression de leurs prédateurs et en raison de modifications du paysage induit par des changements de pratiques agricoles[3], ces campagnols pullulent dans certaines régions où leur prolifération doit être contrôlée. Inversement, certaines populations sont menacées d'extinction, notamment dans les Îles Britanniques où ils sont désormais protégés.

Son nom scientifique a évolué du fait des doutes sur la distinction traditionnellement faite entre les populations terrestres (terrestris) et amphibies (amphibius) qui semblent en fait conspécifiques d'après la plupart des chercheurs[4]. Cela peut engendrer des confusions avec une autre espèce du même genre, le Campagnol amphibie (Arvicola sapidus)[5].

Description[modifier | modifier le code]

Le corps est ramassé, plutôt rond. Les oreilles sont fines, la queue relativement courte et le museau est arrondi. Son poids est généralement compris entre 100 à 300 g. Il mesure entre 15 à 25 cm de long, dont 6 à 7 cm de queue. Il possède un pelage brun roux ou clair, foncé dessus, et gris-beige, plus ou moins foncé, dessous. Il possède 4 doigts et 5 orteils.

Autrefois très commun dans toute l'Europe jusqu'à la Sibérie, le campagnol terrestre est présent en France surtout dans l'Est et le Nord du pays, notamment dans les massifs montagneux (Alpes, Jura, Massif central) où on le trouve jusqu'à 2 000 m d'altitude.

Biologie[modifier | modifier le code]

Le campagnol terrestre vit sous terre dans les prairies, mais aussi dans les jardins ou les vergers quand il y trouve une nourriture facilement accessible et appétissante (fruits en particulier).

Avec ses griffes et si nécessarie à l'aide de ses incisives, il creuse des galeries dans le sol, repoussant la terre derrière lui avec les pattes, puis avec la tête, formant des monticules de surface évoquant les taupinières. Cependant il est à noter que la galerie du campagnol débouche en biais à l'air libre alors que celle de la taupe débouche verticalement (enfoncer un bâton lève aussitôt le doute). La raison est due à la différence de profondeur des galeries respectives.

Il peut causer des dégâts dans certaines cultures et les vergers.

Comme tous les rongeurs, il peut véhiculer de nombreuses maladies parasitaires susceptibles de toucher l'homme (trichinose, échinococcose alvéolaire - maladie grave pour l’homme), bactériennes (tularémie, peste, listériose) ou virales (rage).

Ses prédateurs naturels sont le loup, le lynx, la belette, l'hermine, le putois, le renard ainsi que les rapaces.

Chiens et chats peuvent aussi le chasser (et alors devenir vecteurs potentiels de certaines zoonoses pour l'Homme, dont l'échinococcose). Le vison d'Amérique introduit en Europe au XXe siècle semble un prédateur très efficace, au point d'être - au moins dans le North Yorkshire Moors National Park, au Royaume-Uni - considéré comme responsable de la quasi-disparition du campagnol[6].

L'espèce passe presque tout son temps dans ses terriers, mais une étude basée sur la pose de pièges en surface a montré dans les années 1990 que les juvénies quittent le terrier et se dispersent en masse au-dessus du sol[7] ; ces mouvements de dispersion ayant principalement lieux durant des nuits pluvieuses[7].

Alimentation[modifier | modifier le code]

Rat taupier naturalisé

Son régime est végétarien ; il se nourrit principalement des parties souterraines des plantes, racines, bulbes, tubercules, et n'hésite pas à s'attaquer aux grosses racines des arbres, qu'il ronge progressivement leur donnant une forme caractéristique en poignard. Ces dégâts sont insidieux car le dépérissement des arbres est progressif et, souvent, quand il devient apparent, il est trop tard pour les sauver.

Reproduction[modifier | modifier le code]

le Campagnol terrestre vit en couple. Sa durée de vie est d'environ 2 ans.

La reproduction donne lieu à plusieurs portées de 4 à 5 petits. Une femelle peut avoir jusqu'à 6 portées par an (stratégie R) conduisant - en l'absence de prédateurs - à d'importantes pullulations[8].

La gestation dure 3 semaines.

Les jeunes : ils sont émancipés vers 4 semaines et atteignent leur maturité sexuelle vers 2 mois. Dans un milieu riche en prédateurs, la plupart des petits sont mangés dans les premiers mois de leur vie.

Dénominations[modifier | modifier le code]

En français, il est appelé Rat taupier[9],[10], Rat d'eau[11] , Campagnol terrestre[9],[10], Arvicola terrestre[10],[9], Grand campagnol[12],[10], Campagnol nageur[10] ou plus familièrement « quatre dents ».

Son nom scientifique actuel d’Arvicola amphibius correspond à son appellation anglophone water rat[11] ou Water Vole, c'est-à-dire rat ou campagnol d'eau.

Classification[modifier | modifier le code]

Cette espèce a été décrite pour la première fois en 1758 par le naturaliste suédois Carl von Linné (1707-1778).

Arvicola terrestris est au XVIIIe siècle considéré comme étant l'unique espèce vivante du genre Arvicola, mais des recherches réalisées par la suite ont amené les auteurs à distinguer d'autres espèces, jusqu'à sept espèces différentes, parmi les individus de ce genre. Après 1900 les études tendent à démontrer que le nom valide de l'espèce serait plutôt Arvicola amphibius, ce qui correspond mieux à son mode de vie semi aquatique, mais sans prendre en compte des différentes formes observées dans les îles Britanniques, en Italie, Espagne[13]etc.

Contrôle des populations[modifier | modifier le code]

Campagnol mort vu du dessus
Rat taupier capturé en Autriche

Le campagnol terrestre n'est pas apprécié dans les campagnes à cause de son impact négatif sur les récoltes et les berges des cours d'eau qu'il abîme en creusant des tunnels et en dévorant les racines. Ces rongeurs sont aussi des vecteurs potentiels de zoonoses comme la tularémie, une maladie infectieuse. Les hommes lui font donc de tout temps la chasse par tous les moyens[14]. Toutefois cette extermination systématique non concertée a conduit à sa raréfaction inquiétante dans certaines aires de son habitat naturel, tout comme dans le cas du Hamster d'Europe. Dans les îles Britanniques, par exemple, l'animal fait l'objet de mesures de conservation, en particulier depuis l'introduction du Vison d'Amérique (Mustela vison) qui met l'espèce en danger sur ces îles[15]. En France, une mission a produit un rapport rendu en décembre 2010 portant sur les moyens de lutte à préconiser ou à rechercher et proposant des pistes de compensation financières en cas de gros dégâts. La mission a insisté sur la nécessité d'une lutte prudente et « raisonnée », coordonnée, collective, précoce et combinant différents moyens, et basée sur une surveillance intégrée dans le réseau d'épidémiosurveillance accompagnant le plan Ecophyto 2018 du Grenelle de l'environnement. Un Bulletin de santé du végétal (BSV) spécifique aux problèmes de pullulation est éditée dans certaines régions touchées[16]. Le Fonds national de gestion des risques en agriculture (FNGRA) ne peut pas rembourser les dégâts dus aux campagnols, mais -si les dégâts ont un caractère exceptionnel démontré par les autorités françaises-la Commission européenne n'exclut pas l'usage de fonds de mutualisation (nouveau dispositif issu du bilan de santé de la politique agricole commune) en cours de définition début 2011[16].


Méthodes préventives[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (mai 2013). Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.

Des bonnes pratiques d’hygiène contribueront à éloigner les campagnols et d’autres rongeurs : l'élimination de sources de nourriture telles que légumes, fruits ou semences laissés dans le jardin en fin de la saison. Le fauchage des herbes hautes permet aux prédateurs du campagnol de mieux le repérer.

Utilisation de prédateurs naturels[modifier | modifier le code]

La protection de ses prédateurs, mammifères carnivores et rapaces (busard cendré et busard Saint-Martin en particulier) permet d'en mieux contrôler les populations. Ces rapaces se nourrissent des rongeurs habitant dans les prairies et cultures, mais ils ont été dans certaines régions massivement tués par les appâts empoisonnés utilisés pour la lutte contre les rongeurs.

La destruction volontaire de plusieurs milliers de renards tous les ans par département français favorise ses proies régulières, les rongeurs. On estime en effet qu'entre 6 000 et 10 000 rongeurs sont consommés annuellement par le renard[17]

On peut toutefois attirer les prédateurs, en leur fournissant des abris appropriés : nichoirs pour les rapaces diurnes et nocturnes qui font une grande consommation de campagnols. Il en va de même pour les renards, les belettes, les hermines en restaurant des tas de pierre ou de bois mort creux ; ces petits mustélidés n’hésitent pas à pourchasser les campagnols jusque dans leurs galeries. Les chats sont également de bons prédateurs des rongeurs[réf. souhaitée].

Méthodes répulsives[modifier | modifier le code]

Les plantations de jeunes arbres doivent être protégées par un grillage et les jardins cernés de gravier ou de cendres en couche épaisse qui indisposeraient ce rongeur qui ne s’aventure pas à creuser des galeries dans ces matériaux[réf. souhaitée].

Des répulsifs naturels peuvent aussi être disposés dans les galeries :

  • tourteau de ricin
  • sureau sous forme de purin épandu
  • haies aux racines serrées
  • copeaux de thuya
  • ail
  • déchets de poisson
  • enterrer à moitié des bouteilles coupées en deux (le vent produit un sifflement qui dérange les campagnols), placer des appareils émettant des ultrasons à intervalles réguliers, commercialisés comme susceptibles de les faire fuir[réf. souhaitée] à utiliser ponctuellement car il y a un phénomène d'accoutumance chez le campagnol en Auvergne et en Suisse
  • détourner les campagnols en mettant une feuille de plastique plantée verticalement 10 cm en dessous et au-dessus de la terre (?)

Méthodes curatives[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (mai 2013). Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.
Effets pervers du piégeage : Belette (Mustela nivalis) tuée par accident par un piège à campagnols de type « à guillotine »

En zone de pullulation des campagnols le labour affaiblit les populations en les tuant ou en détruisant leurs galeries.

Le piégeage (seule méthode autorisée sans réglementation spécifique) à l'aide de piège-pince, de piège à boucle et de piège « guillotine », certains utilisent des pièges à bascule qui permettent de piéger plusieurs campagnols à la suite. Le piège le plus couramment utilisé étant le piège-pince, à placer sur le trajet des galeries en laissant une ouverture à l'arrière du piège, le campagnol curieux de nature sera ainsi piégé. Faire le tour des pièges tous les quarts d'heure et réarmer le piège car il vivent à plusieurs dans leur galeries. L'empoisonnement par des anticoagulants (bromadiolone) a le défaut d'affecter aussi les prédateurs du campagnol, dont certains sont des espèces protégées. Son usage est strictement réglementé car cette substance est mélangée à du blé ou des carottes dont les sangliers raffolent ; de plus les campagnols empoisonnés peuvent venir mourir en surface et ainsi être la proie des rapaces et autres prédateurs et les empoisonner à leur tour. C'est pourquoi les parcelles traitées ne doivent pas être trop infestées de campagnols et doivent être suivies régulièrement afin de ramasser les campagnols morts et moribonds. Le gazage à l'hydrogène phosphoré (ou phosphine) là où et quand ce produit est autorisé. En France le gazage est interdit pour les campagnols mais autorisé pour les taupes sous condition d'agrément et encadré juridiquement.

Protection de l'espèce[modifier | modifier le code]

La protection de cette espèce passe comme pour toutes les espèces par la protection de son environnement. Il faut recréer et/ou entretenir un paysage de bocage avec de petites haies autour des parcelles afin de retrouver un équilibre entre prédateurs et proies. Ainsi les prédateurs spécifiques du campagnol, comme la belette, trouveront eux aussi un abri et des lieux de reproduction, étant protégés des prédateurs généralistes (chat, renard...). Cette action permet de ne pas traiter en masse et donc une limitation naturelle de la population de campagnols. Des essais sont en cours vers Clermont-Ferrand dans le Puy de Dôme avec le concours de l'ENITA[18].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. UICN, consulté le 8 septembre 2013
  2. Airoldi JP (1976) Le terrier de la forme fouisseuse du campagnol terrestre, Arvicola terrestris scherman Shaw (Mammalia, Rodentia). Z. Säugetierk, 41, 23-42.
  3. Giraudoux, P., Delattre, P., Habert, M., Quéré, J. P., Deblay, S., Defaut, R., ... & Truchetet, D. (1997) Population dynamics of fossorial water vole (Arvicola terrestris scherman): a land use and landscape perspective. Agriculture, ecosystems & environment, 66(1), 47-60 (PDF, 14pp).
  4. Mammal Species of the World, consulté le 8 septembre 2013
  5. Arvicola sapidus Miller, 1908 sur l'Inventaire national du patrimoine naturel
  6. Woodroffe GL, Lawton JH & Davidson WL (1990) The impact of feral mink Mustela vison on water voles Arvicola terrestris in the North Yorkshire Moors National Park. Biological Conservation, 51(1), 49-62. (résumé)
  7. a et b Saucy F & Schneiter B (1997) Juvenile dispersal in the vole Arvicola terrestris during rainy nights: a preliminary report. Bulletin de la Société vaudoise des sciences naturelles, 84(4), 333-345 (Notice Inist-CNRS et résumé)
  8. Saucy F (1988) Dynamique de population, dispersion et organisation sociale de la forme fouisseuse du campagnol terrestre (Arvicola terrestris scherman (Shaw), Mammalia, Rodentia) (Doctoral dissertation, Université de Neuchâtel, Institut de Zoologie).
  9. a, b et c (en) Murray Wrobel, 2007. Elsevier's dictionary of mammals: in Latin, English, German, French and Italian. Elsevier, 2007. ISBN 0-444-51877-0, 9780444518774. 857 pages. Rechercher dans le document numérisé
  10. a, b, c, d et e Meyer C., ed. sc., 2009, Dictionnaire des Sciences Animales. consulter en ligne. Montpellier, France, Cirad.
  11. a et b Nom vernaculaire en français d’après Termium plus, la banque de données terminologiques et linguistiques du gouvernement du Canada
  12. S. Deblock et A.F. Pétavy, Les larves hépatiques de cestode parasites du grand campagnol Arvicola terrestris en Auvergne (France), Annales de parasitologie humaine et comparée, ISSN 0003-4150, CODEN APHCAC, 1983, vol. 58, no5, pp. 423-437 (5 ref.). Lire le résumé en ligne
  13. Arvicola amphibius sur Mammal Species of the World
  14. J.Niethammer, 1990. Water Voles (Genus Arvicola). Pp. 242245 dans S. Parker, ed. Grzimek's Encyclopedia of Mammals, Volume III. NY: McGraw-Hill Publishing Company.
  15. ADW
  16. a et b http://questions.assemblee-nationale.fr/q13/13-94871QE.htm Question de l'assemblée nationale N° : 94871] posée au ministre de l'agriculture par M. Pierre Morel-A-L'Huissier publiée au JO du 07/12/2010 (page 13223) et réponse publiée au JO du 15/03/2011 p.2495
  17. l'alimentation du Renard http://www.chambon.ac-versailles.fr/science/faune/phy_a/alim/renard.htm
  18. Relations entre pratiques agricoles, environnement et paysage rural en moyenne montagne sur le site de L'ENITA

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bases de référence[modifier | modifier le code]

Autres sites[modifier | modifier le code]

Lire (Bibliographie)[modifier | modifier le code]