Arturo Pérez-Reverte

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Perez.

Arturo Pérez-Reverte

Description de cette image, également commentée ci-après

Arturo Pérez-Reverte en 2008.

Activités Romancier
Naissance (62 ans)
Cartagène, Drapeau de l'Espagne Espagne
Langue d'écriture Espagnol
Genres Roman policier, roman historique
Distinctions Grand prix de littérature policière 1993

Œuvres principales

Arturo Pérez-Reverte, né le à Cartagène en Espagne, est un écrivain espagnol.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Il est reporter et correspondant de guerre durant une vingtaine d'années (1973-1994), de Chypre au Liban, en passant par les Malouines, d'abord pour le quotidien Pueblo (pendant douze ans), puis pour la télévision espagnole (TVE) pendant neuf ans. Il a également fondé une revue intitulée Defensa. Il se consacre aujourd'hui exclusivement à la littérature.

Il a commencé sa carrière de romancier en 1986.

Il est membre de l'Académie royale espagnole depuis le 12 juin 2003.

Son travail de journaliste[modifier | modifier le code]

Durant sa carrière journalistique, Arturo Pérez-Reverte se spécialise dans la couverture des conflits armés pour la presse écrite, la TVE ou la radio. Il a notamment couvert la guerre de Chypre, diverses phases de la guerre du Liban, la guerre d'Érythrée (pendant laquelle il disparaît pendant plusieurs mois et survit grâce à ses amis guerrilleros), la campagne de 1975 dans le Sahara, la guerre des Malouines, la guerre du Salvador, la guerre du Nicaragua, celle du Tchad, la crise de Libye, les guérillas au Soudan, la guerre du Mozambique, celle d'Angola, le coup d'État de Tunis.

Parmi les derniers conflits qu'il a couverts, on compte la révolution roumaine (1989-1990), la crise et la première Guerre du Golfe (1990-1991), la guerre de Croatie (1991), et la guerre de Bosnie (1992-1994).

Depuis 1991, il tient une page d'opinion dans le magazine XLSemanal, un supplément du groupe Correo distribué dans 25 journaux espagnols et devenu une des sections les plus lues de la presse espagnole avec plus de 4 millions et demi de lecteurs.

Son œuvre[modifier | modifier le code]

Dans une œuvre à mi-chemin entre policier et roman historique, à la fois enlevée et très érudite, Arturo Perez-Reverte évoque aussi bien la restauration des peintures du Moyen Âge, les subtilités du jeu d'échecs (Le Tableau du maître flamand, Grand prix de littérature policière 1993) que la genèse des romans d’Alexandre Dumas (Club Dumas). Nombre de ses titres deviennent des best-sellers. Il est traduit en 34 langues.

Fin 1996 paraît la série des Aventures du capitaine Alatriste. Le héros est un personnage qui combine des caractéristiques de D'Artagnan, de Pardaillan et du Capitaine Blood. Alatriste incarne un capitaine espagnol des Tercios de Flandres. Figure humaine aux grandes vertus et aux nombreux travers, il évolue dans une évocation minutieuse du XVIIe siècle, entouré de personnages historiques et protagonistes des plus grands exploits de cette époque.

Arturo Pérez-Reverte se souvient d'ailleurs de son héros lors de son discours d'intronisation à l'Académie royale espagnole intitulé « La Parole d'un brave du XVIIe siècle ».

L’auteur a également reçu le Prix Jean-Monnet de littérature européenne du département de Charente en 1997 pour La Peau du tambour[1]

Œuvre[modifier | modifier le code]

Série Capitaine Alatriste[modifier | modifier le code]

L'histoire du premier roman se passe à Madrid en 1623 ou peu de temps avant ; un ancien soldat, dont le surnom est capitaine Alatriste, joue le rôle de tueur à gages. C'est un redoutable bretteur, très courageux, avec un certain sens de l'honneur. Parmi les autres personnages de ce roman, il y a Philippe IV d'Espagne, son premier ministre Olivares, le peintre Vélasquez, le poète Lope de Vega, le futur duc de Buckingham et le futur Charles Ier d'Angleterre.
Le roman montre l'Espagne sur le chemin du déclin, même si les Espagnols sont plein de verve, prêts à se battre et à mourir pour des causes futiles ou importantes.

  1. Le Capitaine Alatriste ((es) El capitán Alatriste, 1996)
  2. Les Bûchers de Bocanegra ((es) Limpieza de sangre, 1997)
  3. Le Soleil de Breda ((es) El sol de Breda, 1998)
  4. L'Or du roi ((es) El oro del rey, 2000)
  5. Le Gentilhomme au pourpoint jaune ((es) El caballero del jubón amarillo, 2003)
  6. Corsaires du Levant ((es) Corsarios de Levante, 2006)
  7. Le Pont des assassins ((es) El puente de los asesinos, 2012)

Les six premiers romans du cycle ont été adaptés au cinéma dans un film de au cinéma en 2006 dans un film de Agustín Díaz Yanes sous le titre de Capitaine Alatriste.

Une bande dessinée est parue sur le personnage du Capitaine Alatriste.

Romans isolés[modifier | modifier le code]

  • Le Hussard ((es) El húsar, 1986)
    Retouché et réédité en 2004 après le rachat des droits par l'auteur
  • Le Maître d'escrime ((es) El maestro de esgrima, 1988)
    Adapté au cinéma en 1994 dans un film de Pedro Olea sous le titre Le Maître d'escrime
  • Le Tableau du maître flamand ((es) La tabla de Flandes, 1990)
    Adapté au cinéma dans un film de Jim McBride sous le titre Qui a tué le chevalier ?
  • Le Club Dumas ou l'ombre de Richelieu ((es) El club Dumas, 1993)
    Adapté au cinéma dans un film de Roman Polanski sous le titre La Neuvième Porte
  • (es) La sombra del águila, 1993
  • (es) Territorio comanche, 1994
  • (es) Cachito (Un asunto de honor), 1995
  • (es) Obra breve, 1995
  • La Peau du tambour ((es) La piel del tambor, 1995)
  • (es) Patente de corso, 1998
  • Le Cimetière des bateaux sans nom ((es) La carta esférica, 2000)
  • La Reine du sud ((es) La reina del sur, 2002)
  • (es) Cabo Trafalgar, 2004
  • Le Peintre de batailles ((es) El pintor de batallas, 2006)
  • Un jour de colère ((es) Un día de cólera, 2008), trad. François Maspero
  • Les Yeux bleus ((es) Ojos azules, 2009)
  • Cadix, ou la diagonale du fou ((es) El asedio, 2010), trad. François Maspero
  • Le Tango de la vieille garde ((es) El tango de la guardia vieja, 2013), trad. François Maspero

Notes et références[modifier | modifier le code]

Source[modifier | modifier le code]