Artis Pabriks

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Artis Pabriks
Artis Pabriks, en 2010.
Artis Pabriks, en 2010.
Fonctions
Ministre letton de la Défense
Premier ministre Valdis Dombrovskis
Gouvernement Dombrovskis II et III
Prédécesseur Imants Lieģis
Successeur Raimonds Vējonis
Ministre des Affaires étrangères
Premier ministre Indulis Emsis
Aigars Kalvītis
Gouvernement Emsis
Kalvītis I et II
Prédécesseur Rihards Pīks
Successeur Māris Riekstiņš
Biographie
Date de naissance (48 ans)
Lieu de naissance Jurmala, RSS de Lettonie (URSS)
Nationalité Lettonne
Parti politique Parti populaire (1998-2007)
SCP (2008-2011)
Unité (Depuis 2011)
Diplômé de Université de Lettonie
Université d'Aarhus
Profession Universitaire

Artis Pabriks, né le à Jurmala, est un homme politique letton, membre d'Unité.

Fondateur du Parti populaire (TP) en 1998, il échoue à être élu député en 2002 mais rentre à la Saeima deux ans plus tard. Peu après, il est nommé ministre des Affaires étrangères par Indulis Emsis, poste auquel Aigars Kalvītis le confirme quelques mois plus tard.

Après les législatives de 2006, il est reconduit en tant que chef de la diplomatie, il démissionne l'année suivante pour marquer son opposition à Kalvītis. Il est alors exclu du TP et créé la Société pour une autre politique (SCP) en 2008. En 2010, il remporte un troisième mandat parlementaire, sur la liste d'Unité, et fait alors son retour au gouvernement comme Vice-Premier ministre et ministre de la Défense.

Il reste député lors du scrutin législatif anticipé de . À l'issue de ces élections, il est reconduit dans ses fonctions ministérielles, qu'il perd en .

Biographie[modifier | modifier le code]

Éducation et carrière[modifier | modifier le code]

Diplômé d'histoire à l'université de Lettonie en 1992, il obtient, quatre ans plus tard, un doctorat de sciences politiques à l'université d'Aarhus, au Danemark. Il devient alors recteur de la nouvelle université des sciences appliquées de Vidzeme, à Valmiera, où il occupe, à partir de 2001, un poste de professeur associé en sciences politiques. En 2002, il intègre le comité éditorial du magazine Baltic Review.

Débuts en politique[modifier | modifier le code]

Ayant participé, en 1998, à la fondation du Parti populaire, il se présente aux élections législatives du 5 octobre 2002, mais n'est pas élu député. Il fait finalement son entrée à la Saeima le , en tant que suppléant d'Atis Slakteris, nommé ministre de la Défense, et devient alors président de la commission des Affaires étrangères.

Chef de la diplomatie[modifier | modifier le code]

Le , il est appelé au gouvernement par le Premier ministre Indulis Emsis, pour devenir ministre des Affaires étrangères. Emsis est remplacé, le 2 décembre suivant, par Aigars Kalvītis, membre du TP et qui le maintient dans ses fonctions. Réélu député aux élections législatives du 7 octobre 2006, il est reconduit, un mois plus tard, à la tête de la diplomatie lettonne.

Passage à l'opposition[modifier | modifier le code]

Il démissionne le , alors que Kalvītis est de plus en plus contesté pour avoir voulu destituer le directeur du bureau anti-corruption, qui s'apprêtait à révéler le financement illégal de la campagne électorale du Parti populaire en 2006. Il fait son retour à la Saeima le 1er novembre, où il est exclu du groupe TP dix jours plus tard. Le , il est élu vice-président de la Société pour une autre politique (SCP), parti nouvellement créé par Aigars Štokenbergs, également ancien ministre d'Aigars Kalvītis.

Ministre de la Défense[modifier | modifier le code]

Aux élections législatives du 2 octobre 2010, la SCP participe à la coalition politique Unité, emmenée par le Premier ministre Valdis Dombrovskis. À la suite de la victoire d'Unité et de la formation d'un nouveau gouvernement, Artis Pabriks est nommé, le 3 novembre, Vice-Premier ministre et ministre de la Défense. Le , Unité se transforme en un parti politique, sur les listes duquel il est réélu à la Saeima au cours des élections législatives anticipées du 17 septembre. Le 25 octobre suivant, il est reconduit au ministère de la Défense.

Il est élu, le 26 novembre suivant, vice-président d'Unité. Un an plus tard, le , un nouveau congrès du parti décide de la suppression des postes de vice-président, mais il reste membre du bureau politique.

Lors de la formation du gouvernement Straujuma le , il cède son poste à l'écologiste Raimonds Vējonis et quitte l'exécutif.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]