Artinskien

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Artinskien

Notation chronostratigraphique p3
Niveau Étage / Âge
Époque / Série
- Période / Système
-- Érathème / Ère
Cisuralien
Permien
Paléozoïque

Stratigraphie

Début Fin
290,1 ± 0,1 Ma 279,3 ± 0,6 Ma
Subdivisions du Permien
(selon l'ICS, 2012)
Période Époque Étage Age (Ma)
Trias inférieur Point stratotypique mondial Induen plus récent
Permien Lopingien Point stratotypique mondial Changhsingien 252,2–254,2
Point stratotypique mondial Wuchiapingien 254,2–259,9
Guadalupien Point stratotypique mondial Capitanien 259,9–265,1
Point stratotypique mondial Wordien 265,1–268,8
Point stratotypique mondial Roadien 268,8–272,3
Cisuralien Kungurien 272,3–279,3
Artinskien 279,3–290,1
Sakmarien 290,1–295,5
Point stratotypique mondial Assélien 295,5–298,9
Carbonifère Pennsylvanien Gzhélien plus ancien
Jimbacrinus bostocki de l'Artinskien d'Australie MHNT

L’Artinskien est un étage du Permien, système géologique de l'ère paléozoïque. C'est l'avant-dernière des quatre subdivisions de l'époque du Cisuralien. L'Artinskien s'étend de 290,1 ± 0,1 à 279,3 ± 0,6 millions d'années (Ma). Il est précédé par le Sakmarien et suivi par le Kungurien[1],[2].

Stratigraphie[modifier | modifier le code]

L'Artinskien doit son nom à la ville russe de Arti (anciennement Artinsk) située dans le sud de l'Oural à environ 200 km au sud-ouest d'Iekaterinbourg. L'étage a été introduit dans la littérature scientifique par le géologue russe Alexandre Karpinsky en 1874.

Le début de l'étage est défini comme le lieu de l'apparition stratigraphique de fossiles des espèces de conodontes Sweetognathus whitei et Mesogondolella bissell. En 2012, il n'y avait pas encore d'accord sur le point stratotypique mondial (PSM) de l'Artinskien. La section candidate pour la base de l'Artinskien est située à Dal'ny Tukas dans le sud de l'Oural[3]. La fin de l'Artinskien (et le début du Kungurien) est défini comme le lieu de l'apparition stratigraphique de fossiles des espèces de conodontes Neostreptognathodus pnevi et Neostreptognathodus exculptus.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) F.M. Gradstein, J.G Ogg, M. Schmitz et G. Ogg, The Geologic Time Scale 2012, Elsevier,‎ 2012, 1176 p. (ISBN 9780444594488).
  • (en) Felix M. Gradstein, James G. Ogg et Alan G. Smith, A Geologic Time Scale 2004, Cambridge University Press,‎ 2005, 610 p. (ISBN 0-521-78142-6).
  • (en) Jun Zeng, Chang-qun Cao, V.I. Davydov et Shu-zhong Shen, « Carbon isotope chemostratigraphy and implications of palaeoclimatic changes during the Cisuralian (Early Permian) in the southern Urals, Russia », Gondwana Research, vol. 21, no 2-3,‎ 2012, p. 601-610 (lien DOI?).

Articles connexes[modifier | modifier le code]