Arthur Lipsett

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Arthur Lipsett est un réalisateur, monteur, directeur de la photographie, scénariste et producteur québécois né à Montréal le 13 mai 1936 et décédé en avril 1986 d'un suicide.

Biographie[modifier | modifier le code]

Engagé à l’ONF en 1958, il est d’abord affecté à divers travaux d’animation. Il connaît la célébrité dès la sortie de Very Nice, Very Nice (en) (1961), réalisé au moyen de bandes récupérées dans les chutiers d’autres cinéastes[1]. Il compose ainsi une piste sonore complexe à partir de nombreux fragments, sur laquelle il accole des images, la plupart fixes, évoquant l’angoisse et la frénésie moderne[2]. Accueilli de manière triomphale, le film est mis en nomination aux Academy Awards.

Ses films suivants – 21-87 (en); Free Fall – sont réalisés dans le même esprit. Lipsett y approfondit les thèmes de la dépersonnalisation et de la paranoïa, déjà présents dans Very Nice, Very Nice[3]. Dès 1964, le cinéaste, individu nerveux, angoissé et hypersensible, commence à avoir des problèmes à fonctionner au sein de l’ONF. Il parvient toutefois à terminer trois autres films personnels avant de quitter l’organisme : A Trip Down Memory Lane (en), Fluxes et N-Zone.

À partir de 1970, sa santé mentale se détériore, de sorte qu’il ne parviendra à terminer qu’un seul autre film, Secret Codes, qui n’a pas la force de ses œuvres précédentes. Il s’enlève la vie en 1986.

L’influence de ses premiers films sur plusieurs cinéastes américains. Stanley Kubrick lui a écrit et a souhaité collaborer avec lui après avoir vu Very Nice, Very Nice. George Lucas dit que 21-87 est l’un des films les plus importants qu’il ait vus à USC et avoue s’en être inspiré notamment pour THX 1138[4].

Filmographie[modifier | modifier le code]

comme Réalisateur[modifier | modifier le code]

comme Monteur[modifier | modifier le code]

comme Directeur de la photographie[modifier | modifier le code]

comme Scénariste[modifier | modifier le code]

comme Producteur[modifier | modifier le code]

Film documentaire sur Lipsett[modifier | modifier le code]

En 2006, son ami Martin Lavut (en) a réalisé son film Remembering Arthur (en). En 2010, Théodore Ushev s’inspire de sa vie et de son œuvre pour réaliser le court métrage Les journaux de Lipsett[5].

Récompenses et Nominations[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Anecdotes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Arthurlipsett.com
  2. Senses of Cinema
  3. Michel Coulombe et Marcel Jean, Dictionnaire du cinéma québécois, Éditions Boréal, 2006, p. 470
  4. Site Web ONF
  5. « Les journaux de Lipsett (Bande-annonce) », sur ONF (consulté le 15 mai 2010)

Liens externes[modifier | modifier le code]