Arthur II de Bretagne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Arthur II
Image illustrative de l'article Arthur II de Bretagne
Titre
Duc de Bretagne
13051312
Prédécesseur Jean II de Bretagne
Successeur Jean III de Bretagne
Biographie
Dynastie Maison capétienne de Dreux
Date de naissance 25 juillet 1261
Date de décès 27 août 1312
Père Jean II de Bretagne
Mère Béatrice d'Angleterre
Conjoint Marie de Limoges
Yolande de Dreux
Enfant(s) Jean III le Bon
Guy VII de Limoges
Pierre
Jean de Montfort
Béatrix de Bretagne
Jeanne
Alix de Bretagne
Blanche
Marie
Héritier Jean III le Bon

Arthur II de Bretagne
Duc de Bretagne

Arthur II de Bretagne (né le 25 juillet 1261 - mort le 27 août 1312, château de l'Isle à Marzan), fils de Jean II, duc de Bretagne, et de Béatrice d'Angleterre, fut vicomte de Limoges du « droit de son épouse » à compter de 1275 et duc de Bretagne de 1305 à 1312 [1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Arthur II succède à son père comme duc de Bretagne le 18 novembre 1305. L'investiture du comté de Richmond est transférée par le roi Édouard Ier d'Angleterre le 15 octobre 1306 à son frère cadet Jean de Bretagne. Son règne en Bretagne est tranquille et de courte durée.

Arthur II et son frère héritent de leur père la tâche de mener à bien un projet de Croisade financé dans son testament. de 1302, pour 30.000 livres [2]. Le nouveau duc invoque dans un premier temps pour ne pas s'exécuter, l'indisponibilité de son frère cadet Jean de Bretagne qui combat en Écosse pour le compte de leur oncle Édouard Ier d'Angleterre. Ensuite il avance l'argument de sa santé chancelante. Ce prétexte n'était sans doute pas totalement fallacieux car il meurt en 1312 âgé de seulement 50 ans [3].

Pendant son court règne survient cependant un évènement important. La tentative unique en Bretagne des bourgeois de Saint-Malo de se constituer, à l'exemple des villes du nord du royaume en Commune jurée au cours de l'année 1308. La révolte des habitants de la cité malouine reste sans suite et quand sur ordre du Parlement du 22 septembre 1308 l'envoyé du bailli de Cotentin intervient dans la cité il n'est plus question d'autonomie communale[4].

Arthur II met également définitivement un terme au long conflit initié par son grand-père avec l'église sur les prélèvements effectués par le clergé séculier lors des décès (jugement des morts ou tierçage), des repas de noces (past nuptial). En ce qui concerne les dîmes perçues par des laïques elles demeurent tolérées et un droit réduit de 8 deniers est accordés aux prêtres pour l'extrême onction dont les « pauvres » c'est-à-dire ceux dont la valeur des biens meubles est inférieure à « 30 sols » sont dispensés. L'accord sur ces points du 27 juin 1309 avec le Pape Clément V est entériné, la même année par l'assemble de Ploërmel [5].

Arthur II meurt le 27 août 1312 au château de L'Isle. Alors que son cœur est confié aux Carmes de Ploërmel, son corps est inhumé aux Cordeliers de Vannes[6], dans le beau tombeau de marbre qu'il s'était fait construire et dont le gisant est détruit lors de Révolution. Ses restes utilisés pour empierrer une route, seront de nouveau récupérés, et maintenant parfois exposés au public.

Unions et descendance[modifier | modifier le code]

En 1275, à Tours, il épouse Marie (1260-1290), vicomtesse de Limoges, fille et héritière de Guy VI, vicomte de Limoges, et de Marguerite de Bourgogne. Ils ont trois enfants[7]:

  1. Jean III le Bon (1286 – 1341), duc de Bretagne;
  2. Guy VII de Limoges (1287 – 1331), comte de Penthièvre et vicomte de Limoges
  3. Pierre (1289 – 1312), seigneur d'Avesnes.

En mai 1294, devenu veuf, il se remarie avec la reine douairière d'Écosse Yolande de Dreux, (12631330), comtesse de Montfort, fille de Robert IV, comte de Dreux et de Braine, et de Béatrice, comtesse de Montfort. Ils auront six enfants :

  1. Jean (1294 – 1345), comte de Montfort;
  2. Béatrix (7 décembre 12959 décembre 1384), dame de Hédé, mariée en 1315 à Guy X de Laval († 1347)
  3. Jeanne (129624 mai 1364), mariée en 1323 à Robert de Flandre († 1331), comte de Marle
  4. Alix (12971377), mariée à Bouchard VI, comte de Vendôme († 1354) et de Castres
  5. Blanche (née le 18 juillet 1300), morte jeune;
  6. Marie (130224 mai 1371), religieuse à Poissy.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Arthur de La Borderie Histoire de la Bretagne réédition Joseph Floch Mayenne (1975), Tome troisième « Le duc Arthur II » p. 382
  2. Jean-Pierre Leguay & Hervé Martin Fastes et malheurs de la Bretagne ducale 1213-1532 Ouest-France Université Rennes (1982) (ISBN 285882309X) p. 28 & 95
  3. G Mollat. « Études et documents sur l'Histoire de Bretagne. XIIIe-XVIe siècle (suite) » Dans: Annales de Bretagne. Tome 22, numéro 4, 1906. « Le règlement de la succession de Jean II duc de Bretagne, en faveur de la Terre Sainte, (1305-1324) »p. 683-699
  4. Jean-Pierre Leguay & Hervé Martin op.cit p. 53-54 & Arthur de la Borderie op.cit p. 384-388
  5. Jean-Pierre Leguay & Hervé Martin op.cit p. 76 & Arthur de la Borderie op.cit p. 382-384
  6. Auguste Dupouy 'Histoire de Bretagne Boivin & Cie éditeurs Paris 1941 p. 107
  7. Généalogie d'Arthur II sur le site Medieval Lands

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Pierre Leguay & Hervé Martin Fastes et malheurs de la Bretagne ducale 1213-1532 Ouest-France Université Rennes (1982) (ISBN 285882309X)
  • Arthur de La Borderie Histoire de la Bretagne réédition Joseph Floch Mayenne (1975), Tome troisième « Le duc Arthur II » p. 382-390.
  • Barthélémy-Amédée Pocquet du Haut-Jussé Les Papes et les Ducs de Bretagne COOP Breizh Spézet (2000) (ISBN 284346 0778).
  • Frédéric Morvan « 1294 : le duc de Bretagne épouse la reine d’Écosse », 2009, en ligne sur Tudchentil.org,[lire en ligne] consulté le 28 septembre 2013.
  • Frédéric Morvan la Chevalerie de Bretagne et la formation de l'armée ducale 1260-1341 Presses Universitaires de Rennes, Rennes 2009, (ISBN 9782753508279) « Généalogie n°2 : ducs de Bretagne de la maison de Dreux ».

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]