Arthur Dansereau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Arthur Dansereau

Alias
signe parfois Clément-Arthur[1]
Naissance
Montréal
Décès (à 74 ans)
Montréal
Nationalité Drapeau du Canada Canada
Profession Journaliste
Activité principale directeur politique du journal La Presse
Ascendants
Clément Dansereau et Louise Fiset[1]
Conjoint
Cordélie Hurteau puis Stephanie MacKay
Descendants
2 garçons, 2 filles puis
1 fille et 4 garçons[1]

Arthur Dansereau (né à Montréal en 1844 - décédé en 1918), journaliste à Montréal, longtemps rédacteur en chef de La Minerve et plus tard directeur politique du journal La Presse. L'homme, qui exerça pendant cinquante ans une large et profonde influence sur les hommes de sa génération, est né à Contrecœur, dans le comté de Verchères, le 5 juillet 1844. Il est mort à Montréal, où s'est écoulée presque toute sa carrière, en 1918, à 74 ans.

Le fonds d'archives de la famille de Clément-Arthur Dansereau est conservé au centre d'archives de Montréal de Bibliothèque et Archives nationales du Québec[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Son père, Clément Dansereau, et sa mère, Louise Fiset, de bons et solides chrétiens à la manière des anciens, habitaient, à Contrecoeur, la paroisse voisine de Saint-Antoine-sur-Richelieu, où était né Cartier en 1814, et M. Dansereau père était un grand ami en même temps qu'un électeur de l'homme d'État qui fit la Confédération. Après ses années d'école à Verchères, Arthur entra au collège de l'Assomption et y suivit son cours classique de 1855 à 1862 (23ème cours).

Il s'y distingua par de brillants succès. Les cahiers d'honneur de l'institution en témoignent copieusement et l'on sait aussi, ce qui veut dire beaucoup, que c'est le jeune Dansereau qui, étant en philosophie, rédigea, sous la direction du "redoutable" M. Norbert Barret, supérieur de 1860 à 1866, les premières Annales du collège, lesquelles ont été publiées, en une plaquette d'une cinquantaine de pages, chez Sénécal à Montréal, en 1864.

Son cours terminé, à 18 ans, en 1862, le jeune Arthur se décida pour l'étude du droit. Le père Dansereau, a-t-on raconté, conduisit son fils à Montréal, chez son ami Georges, comme on disait familièrement, dans Verchères, de Cartier, le grand homme dont on était si fier. "Clément, dit aussitôt Cartier à son vieil ami, ton garçon n'entrera pas dans mon bureau. Il se fait trop de politique ici." .C'est donc à l'étude légale de Girouard qu'Arthur Dansereau manipula son code, tout en s'inscrivant aux cours de droit du McGill. La même année, on l'admettait au barreau.

Carrière journalistique[modifier | modifier le code]

Mais le nouvel avocat écrivait déjà dans La Minerve depuis 1862. Ses goûts et ses aptitudes le portaient irrésistiblement, il le sentait et on s'en rendait compte autour de lui — même Cartier qui avait d'abord voulu l'en détourner — vers le labeur, pénible et ingrat souvent, supérieurement attrayant toujours, pour ceux qui ont le don, du journalisme militant. Il ne tarda pas, d'autre part, à se tailler une belle place dans les rangs des journalistes en vue. C'est à La Minerve, où il écrivait n'étant qu'étudiant, qu'il fit la première partie de sa carrière. C'était, à l'époque, le principal organe conservateur, qui bataillait pour les idées de Cartier et de MacDonald.

En 1866, Dansereau y remplaçait Provencher à la direction. En 1872, il en devint même l'éditeur-propriétaire, tout en continuant d'en être le rédacteur en chef, et cela pendant une dizaine d'années. En 1882, quand La Presse eut été fondée à Montréal par Alphonse Nantel et Blumhart, Dansereau en devint presque aussitôt le directeur. L'année suivante, il était chargé par le gouvernement Mousseau de mettre sur pied la bibliothèque du Parlement provincial, et il faisait, dans ce but, un voyage d'études et de recherches en Europe, s'acquittant de sa mission avec un plein succès. Revenu au pays, il reprit sa plume de rédacteur et directeur à La Presse.

En février 1892, le gouvernement d'Ottawa nommait Dansereau maître des postes à Montréal. Quelques années plus tard, en 1899, il démissionnait de cette fonction, où il s'ennuyait sans doute, pour retourner au journalisme actif et à La Presse, dont il redevint le directeur politique. C'est lui, a raconté L.-O. David, qui décida Trefflé Berthiaume à faire l'acquisition du journal, bientôt si puissamment organisé. Dansereau garda son fauteuil de directeur à La Presse, en dépit de plusieurs fluctuations, avec une maîtrise reconnue de tous, jusqu'à la fin de sa carrière. En octobre 1907, ses amis, et il en avait dans tous les partis, fêtèrent avec éclat, par un banquet au Canadian Club, ses quarante-cinq ans d'entrée dans le journalisme.

Seule la maladie, qui devait l'emporter en 1918, put le contraindre, peu auparavant, à une retraite complète. "Le plus vieux et l'un des plus instruits et des plus forts journalistes de son temps, écrivit David sur sa tombe, Dansereau, pendant près d'un demi-siècle, a brillé au premier rang dans l'état-major du journalisme." Au cours de sa longue carrière, Dansereau a pris part, dans La Minerve et dans La Presse, à bien des luttes et bien des combats. Il avait l'art de tourner l'article du jour avec un souci constant de l'actualité, une souple habileté et un accent de conviction au moins apparent qui entraînait. Confident de tous les chefs politiques, les uns après les autres, il connaissait le dessous des cartes et il évoluait, avec une aisance sans pareille, dans les exposés à faire, pour l'affirmative ou pour la négative, sans même redouter les contradictions.

À l'occasion, il traitait de théologie ou de sociologie, d'histoire ou de sciences, avec une assurance imperturbable, laquelle pourtant ne se justifiait pas toujours. S'il se trompait, ce qui est très humain, il avait une manière à lui de s'expliquer sans en avoir l'air, et il réussissait à se tirer d'affaire sans qu'il y parût beaucoup. Les initiés seuls comprenaient, la masse n'y voyait que du feu. Tout en n'étant pas d'une correction impeccable, sa plume était alerte et facile, et sa vaste érudition lui permettait de l'alimenter chaque jour abondamment. Les grandes questions, pour lesquelles il se passionnait, celle de la Confédération en 1866 et 1867, celle du Pacifique Canadien en 1870, 1872 et 1880, celle du Chemin de fer du Nord en 1881 ou 1882, celle du Grand-Tronc-Pacifique en 1903, le tinrent des semaines et des mois sur la brèche, jamais déconcerté, toujours prêt à l'attaque ou à la riposte.

Dansereau a tenu une chronique scientifique dans le quotidien La Presse à partir de 1894[3]. Il a été l'un des premiers journalistes à couvrir régulièrement les sciences dans un média de masse canadien. À cet effet, il se documentait sur des sujets très diversifiés : médecine, darwinisme, aéronautique, automobile, sous-marins, téléphone, télégraphie, etc. Ses textes favorisaient l'ouverture des esprits aux sujets scientifiques de l'époque. Son intérêt pour les sciences se transposait aussi en mission sociale et politique. Ainsi, plusieurs de ses éditoriaux concernaient la médecine et l'alimentation. Par exemple, dans une chronique de 1916, il soutenait que la margarine constituait un aliment économique qui devrait être accessible aux familles en temps de guerre. En 1917, il a prôné les bienfaits du pain brun par rapport au pain blanc et il a mis en garde la population contre les modes dans l'alimentation.

Il batailla ferme et allègrement pour toutes les mesures qu'il jugeait progressives. Confident de Cartier en sa jeunesse, grand ami de Chapleau plus tard, soutien de Laurier sur la fin, il ne s'embarrassait guère de ce qu'il avait pu écrire précédemment. Il eut souscrit très volontiers à ce qu'écrivait récemment, dans une revue de France, M. Louis Barthou, l'homme d'État bien connu : "Mauvais éloge d'un homme que de dire de lui : "Son opinion politique n'a pas varié depuis quarante ans." C'est dire que pour lui il n'y a eu ni expérience de chaque jour, ni réflexion, ni repli de la pensée sur les faits. C'est louer une eau d'être stagnante, un arbre d'être mort, c'est préférer l'huître à l'aigle. Tout est variable au contraire dans l'opinion. Rien n'est absolu dans les choses politiques, excepté la moralité intérieure de ces choses ..." ; C'est là une doctrine un peu élastique peut-être, mais combien de gens la pratiquent !

En tout cas, Dansereau, conseiller des uns, défenseur des autres, pourvoyeur d'idées et d'arguments pour beaucoup, fut longtemps, derrière la scène, embusqué dans son journal, une sorte d'Éminence grise, comme le Père Joseph au temps de Richelieu. Ainsi que l'écrivait DeCelles, au lendemain de sa mort : "Toutes-les grandes polémiques du temps le virent sans cesse, au plus fort de la mêlée, avec sa plume redoutable comme une épée."

Ses conversations, nourries de souvenirs de toutes sortes, étaient instructives et intéressantes au plus haut point. Tant qu'il le put, avec beaucoup de difficultés sur la fin, se soutenant à peine sur ses béquilles, assisté de sa dévouée fille, Mlle Jeannine, il se rendait à l'église pour recevoir la sainte communion. "C'est à moi d'aller au bon Dieu, me disait-il, ce n'est pas au bon Dieu de venir à moi." On sentait que sa foi était solide comme un roc. Son agonie fut longue, mais paisible. Il s'endormit dans la mort, conscient "d'avoir fini son tour", ainsi qu'il disait lui-même, et plein de confiance en la miséricorde divine.


Bibliographie[modifier | modifier le code]

La liste de ses publications[1],[4] n'est pas exhaustive.

  • les Rouges et les Bleus devant le pays : quelques pages de politique (Montréal, 1875)
  • le Lieutenant-Gouverneur de Québec et les Prérogatives royales (Montréal, 1878)
  • les Ruines libérales (Montréal, 1878)
  • Cantate : les Cygnes malades (Montréal, 1879)
  • la Crise politique de Québec : notes et précédents (Québec, 1879)
  • le Refus des subsides : autorités et précédents (Montréal, 1879)
  • Protection et Libre-Échange, quelques statistiques (Montréal, 1879)
  • les Contes de M. Mercier (Montréal ?, 1883 ?)
  • George-Etienne Cartier, 1914[5]


Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d (fr) « dansereau, arthur », sur www.biographi.ca (consulté le 13 juillet 2010)
  2. Fonds Famille Clément-Arthur Dansereau (P673) - Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ).
  3. Le traitement de la science par les médias: http://journalisme-scientifique.podcastmcq.org/fr/le-traitement-de-la-science-par-les-medias1.php, sur le site du Musée de la civilisation (consulté le 21 janvier 2014)
  4. (fr) « Arthur Dansereau 1844 - 1918 », sur openlibrary.org (consulté le 13 juillet 2010)
  5. (en) « Books by this Author », sur openlibrary.org (consulté le 13 juillet 2010)

Auclair, Elie. Figures canadiennes, Montréal, 1933.