Arthur Batut

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Batut.

Arthur Batut

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Arthur Batut, Autoportrait (détail),
Labruguière, Espace photographique Arthur Batut.

Naissance 9 février 1846
Castres (France)
Décès 19 janvier 1918 (à 71 ans)
Labruguière (France)
Nationalité Française
Pays de résidence Drapeau de la France France
Profession

Arthur Batut, né le 9 février 1846 à Castres, mort le 19 janvier 1918 à Labruguière, est un photographe français, pionnier des « portraits-types » et de la photographie aérienne automatique en France.

Biographie[modifier | modifier le code]

Image aérienne de Labruguière réalisée à partir d'un cerf-volant en 1889.[réf. nécessaire]

Personnage caractéristique du XIXe siècle, esprit autodidacte, curieux et inventif, Arthur Batut a réalisé dès 1884 plusieurs études sur le « portrait-type ». Il s'agit de synthétiser, grâce à la photographie, les caractéristiques d'un type humain par la superposition de clichés. En Angleterre, Galton avait par superposition obtenu une image synthétique d'Alexandre le Grand à partir de monnaies anciennes. Pour rechercher les caractéristiques physiques d'une population, Batut superpose, en les sous-exposant, les portraits de nombreux individus et, après les avoir ramenés à la même échelle, découvre ce qu'il appelle le portrait-type, véritable « image de l'invisible ».

Il publie un ouvrage sur ses travaux d'images composites chez Gauthier-Villars en 1887.

Dès l'apparition des plaques de verre suffisamment rapides pour obtenir de instantanés, il entreprend la construction d'un cerf-volant qu'il va équiper d'une chambre noire dont l'obturateur est automatiquement déclenché par la combustion d'une mèche d'amadou. Au printemps 1888, il obtient sa première prise de vue aérienne automatique au format 8 × 8 cm.

Le 1er avril 1907, Arthur Batut réalise la première photographie aérienne stéréoscopique. Il augmente l’altitude de ses prises de vue et réussit des couples stéréoscopiques à 477 mètres de hauteur.

Après avoir maîtrisé sa technique, il publie en 1890 un livre de photographies aériennes prises à partir d'un cerf-volant chez Gauthier-Villars.

Postérité[modifier | modifier le code]

La ville de La Bruguière a fondé le musée Arthur Batut, devenu l'Espace photographique Arthur Batut, où sont conservés les œuvres et les archives du photographe.

Publications[modifier | modifier le code]

  • La Photographie appliquée à la production du type d'une famille, d'une tribu ou d'une race, Paris, Gauthier-Villars,‎ 1887, 23 p.
  • La Nature, N°795 du 25 août 1888
  • La Photographie aérienne par cerf-volant, Paris, Gauthier-Villars,‎ 1890, 74 p. (lire sur Wikisource)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Serge Nègre (dir.) et Sylvie Desachy (dir.), Arthur Batut : Regards d'un humaniste photographe (1846-1918), Toulouse, Éditions Privat, coll. « Beaux-arts »,‎ 29 mai 2008, 171 p. (ISBN 270898196X)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :