Artaban III

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Artaban.
Artaban III
Monnaie d'Artaban III.
Monnaie d'Artaban III.
Titre
Roi des Parthes
1238/40
Prédécesseur Vononès Ier
Successeur Vardanès Ier
Biographie
Dynastie Arsacides
Enfant(s) Arsace, Orodès, Artaban, Vardanès Ier

Artaban III ou Artabanus III est roi des Parthes de 12 à 38/40 ap. J.-C.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né d'une mère arsacide et d'un prince parthe, il a été élevé chez les Dahes et règne sur la Médie[1].

Lorsqu'il est proclamé roi, son prédécesseur Vononès Ier s'enfuit vers l'Arménie. La première partie de son règne est apparemment exempte de guerre contre Rome. Une lettre écrite de sa main à des magistrats de la ville de Suse est le seul document arsacide écrit qui existe.

À partir de 34, il entreprend une action militaire contre les Romains pour le contrôle de l'Arménie. À la mort d'Artaxias III Zénon d'Arménie, Artaban met son fils Arsace sur le trône d'Arménie ; après la mort de ce dernier, il tente ensuite d'imposer son autre fils Orodès.

Deux nobles parthes, refusant l'autorité d'Artaban, demandent l'aide de Rome pour mettre sur le trône des descendants de Phraatès IV, Phraatès VI puis Tiridate III. Celui-ci devient roi grâce à l'appui du général romain Lucius Vitellius.

Artaban reprend cependant le trône un an plus tard. Cette lutte permet à un certain nombre de villes dont Séleucie de devenir indépendantes. Vitellius reprend la lutte et Artaban se réfugie chez Izatès II roi d'Adiabène, théoriquement vassal du royaume d'Arménie, pendant qu'un certain Cinamus monte sur le trône. Artaban récupère celui-ci par la négociation, grâce à l'intervention d'Izatès II, mais meurt peu de temps après.

Descendance[modifier | modifier le code]

Artaban laisse au moins quatre fils :

Il aurait également adopté un seigneur de l'Hyrcanie[2] :

Par ailleurs, sur la base de la ressemblance des types d'émissions monétaires, il aurait peut-être pour fils[3] :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Tacite, Annales, Livre II, chapitre 3.
  2. Verstandig 2001, p. 251.
  3. Verstandig 2001, p. 293.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Historiens antiques 
Ouvrage moderne