Art maya

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Un exemple d'écriture maya.

L'art maya est considéré par certains comme étant le plus sophistiqué et le plus beau de toute l'Amérique précolombienne. Le style distinct de l'art maya qui se développe durant la période préclassique (1500 avant J.-C. à 250 après J.-.C), lors de l'Époque I et II, reçut les influences de la civilisation olmèque. D'autres civilisations mésoaméricaines, incluant Teotihuacan et les Toltèques, affectèrent l'art maya, qui atteignit son apogée durant la période de la civilisation classique ou Époque III (environ 200 à 900 après J.-C.). Les Mayas sont célèbres pour leur utilisation du jade, de l'obsidienne et du stuc.

Style et caractère[modifier | modifier le code]

Quelques pièces de l'art maya sont de nature spirituelle, destinés à apaiser ou à s'attirer la faveur divine. La plupart des objets mayas qui sont parvenus jusqu'à nous sont d'origine funéraire ou rituelle. Les Mayas n'utilisaient pas d'outils métalliques ni de tour de potier; cependant ils réussirent à créer des

vase peint, style Chama
700-850 ap. J.-C.
Lombards Museum

œuvres d'art hautement belles et détaillés. Souvent, l'art maya dépeint les divinités, les grands dirigeants, les héros légendaires, les scènes religieuses et la vie quotidienne occasionnellement. Le centre d'intérêt des œuvres d'art mayas se situe dans les figures humaines (que ce soit les divinités ou les mortels). Les animaux et les motifs stylisés sont destinés habituellement à décorer la poterie et d'autres objets. L'écriture maya, qui peut être considéré comme une forme d'art elle-même, apparaît sur la plupart des statues et des sculptures.

Formes d'art[modifier | modifier le code]

L'art maya a de nombreuses formes, des minuscules pièces d'obsidienne sculptée aux gigantesques pyramides et stèles. La suprématie de la religion maya peut être discernée à travers toutes ces formes d'art; beaucoup d'objets ont un propos spirituel ou religieux.

Céramique[modifier | modifier le code]

La plupart du temps, les vases funéraires illustrent les épisodes mythiques qui ont l'inframonde pour cadre. Certaines images peintes sont à rapprocher de passages du Popol Vuh. On trouve fréquemment des scènes de cour où un haut personnage, assis sur son trône, reçoit l'hommage de sujets, accueille des guerriers, préside des sacrifices.

Références[modifier | modifier le code]

  • Dale M. Brown ed. Lost Civilizations: The Magnificent Maya. Alexandria, Virginia: Time-Life books, 1993.
  • Carol Kaufmann. 2003. "Maya Masterwork". National Geographic December 2003: 70-77.
  • Constantino Reyes-Valerio, "De Bonampak al Templo Mayor, Historia del Azul Maya en Mesoamerica", Siglo XXI Editores, 1993.

Sur les autres projets Wikimedia :