Art d'Océanie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Urne funéraire aborigène (hollow log tomb)

L'art d'Océanie comprend les productions, anciennes ou contemporaines, des peuples de Mélanésie, de Micronésie, de Polynésie, ainsi que l'Art des Aborigènes d'Australie et des Maoris de Nouvelle-Zélande et d'autres îles du Pacifique, comme l'île de Pâques.

Particulièrement, cet ensemble comprend les œuvres créées par deux groupes humains qui s'établirent dans cette région à deux périodes distinctes. Au cours du temps, ces influences culturelles interagirent et se répandirent jusqu'aux îles les plus lointaines. On recense généralement quatre zones distinctes: Polynésie, Micronésie, Australie et Mélanésie. Les deux dernières citées partagent une culture ancestrale commune, celle des Lapita, alors que les deux premières proviennent de la première vague d’immigration dans cette zone. Toutes ces régions furent grandement affectées par l'influence occidentale et la colonisation. En revanche, on ne classe pas dans cet ensemble les productions des artistes australiens et néo-zélandais d'origine occidentale.

Plus récemment, les peuples d’Océanie ont vu une reconnaissance de plus en plus importante de leur héritage artistique.

Les créations artistiques varient énormément selon les cultures et les régions. les principaux sujets de représentations reprennent les thèmes de la fertilité et du surnaturel. L'art comme les masques furent utilisés dans les cérémonies religieuses ou les rituels sociaux. les pétroglyphes, les tatouages, les peintures, les sculptures sur bois ou en pierre et les tissages et textiles sont les formes les plus populaires.

Origine et histoire[modifier | modifier le code]

Son histoire débute lorsque la première vague de migrants, venus d'Asie du Sud-Est, s'installe en Australie et en Nouvelle-Guinée, il y a probablement environ 50 000 ans. Les plus anciennes œuvres d'art qu'on ait retrouvé d'eux sont des figures de pierre, des mortiers er des pilons ornés de motifs zoomorphes mêlés à des figures anthropomorphes.

Vers 1500 avant J.-C. apparaît la civilisation lapita (du nom d'un site archéologique de Nouvelle-Calédonie). Il s'agit d'une civilisation originale, notamment pour ses décors à poterie, qui semble être apparue sur les îles Bismarck, au nord-est de la Nouvelle-Guinée. Elle est associée aux peuples austronésiens qui allaient conquérir l'Océanie éloignée à partir de l'Océanie proche, à l'origine du groupe linguistique océanien. Plusieurs centaines de sites archéologiques lapita ont été retrouvés dans une aire allant de la Nouvelle-Guinée jusqu'aux îles Samoa (archipel de Bismarck, îles Salomon, Vanuatu, Nouvelle-Calédonie, Fidji, Tonga, Samoa, Wallis-et-Futuna).

Dans chaque archipel, cette culture s’est adaptée à son milieu particulier et a connu son évolution propre, mais elle n'a pas perdu pour autant son unité. L'ensemble des îles du Pacifique a ainsi conservé une certaine homogénéité culturelle.


Le PŪTAHI 3 rassemble près de 80 artistes confirmés et en devenir, maîtres de conférence, enseignants, moniteurs, étudiants, stagiaires de Aotearoa (School of Education et School of Maori and Pacific development de l’Université de Waikato – School of Maori studies de l’Université de Massey Palmerston North), Vaihi (Kamakakuokalani Center for Hawaiian Studies de l’Université de Hawaii Manoa - Keaholoa STEM Scholars Program de l’Université de Hawaii Hilo), Papouasie - Nouvelle Guinée (Melanesian and Pacific studies Centre), Fidji (Oceanian Centre for Art, Culture and Pacific Studies) et Polynésie française (Centre des Métiers d’Art).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Vincent Bounoure, Vision d'Océanie : Exposition. Paris, Fondation Dapper. 1992-1993, Musée Dapper,‎ 1992, 252 p. (ISBN 2-906067-20-2 Rel) Bibliogr. p. 247-250.
  • Jean Guiart, Océanie, Gallimard, coll. « L'univers des formes »,‎ 1963, 462 p. (ISBN 2-07-010244-0) Bibliogr. p. 419-438. Index.
  • Frank Herremann (dir.), Océanie : Signes de rites, symboles d'autorité, Bruxelles, Fonds Mercator,‎ 2008, 191 p. (ISBN 978-90-6153-838-7 (br.))
    Bibliographie actualisée.
  • Sylviane Jacquemin, Rao Polynésies, Paris, Éditions Parenthèses / Réunion des Musées Nationaux,‎ 1992, 75 p. (ISBN 2-86364-501-3).
  • Adrienne Kaeppler et Christian Kaufmann (préf. Douglas Newton), L'art océanien, Paris, Citadelles et Mazenod,‎ 1993, 637 p. (ISBN 2-85088-061-2 rel.)
  • Anthony Meyer (dir.), Art océanien, Paris, Gründ,‎ 1995, 640 p. (ISBN 2-7000-2323-4 rel.) Deux volumes, 32 cm. Bibliogr. p. 209-210. Index .
  • Maxime Rovere (dir.) et Magali Melandri, Rouge kwoma : peintures mythiques de Nouvelle-Guinée : exposition, Paris, Musée du quai Branly, 14 octobre 2008-4 janvier 2009, Paris, Réunion des musées nationaux : Musée du quai Branly,‎ 2009, 94 p. (ISBN 978-2-915133-93-6 Br. ))
  • Dr. Stephen-Chauvet, L'île de Pâques et ses mystères, TEL,‎ 1935
    Nombreuses illustrations. Bibliographie p. 83. Idem version en ligne  : L'île de Pâques et ses mystères (Easter Island and its Mysteries), on-line translation by Ann Altman  : Le premier ouvrage qui totalise les connaisssances d'alors sur un sujet précis comme l'île de Pâques.
  • Nicholas Thomas, L'art de l'Océanie, Londres et Paris, Thames & Hudson, coll. « L'univers de l'art »,‎ 1995, 216 p. (ISBN 2-87811-099-4 br.) Bibliogr. p. 209-210. Index .

Ouvrages pour la jeunesse[modifier | modifier le code]

  • Magali Mélandri, Arts de l'Océanie : Merveilles du Pacifique, Paris, Palette,‎ 2012, 29 p. (ISBN 978-2-35832-098-6 (rel.))
    Ouvrage pour la jeunesse

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :