Arnoul de Chocques

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Arnoul Malcouronne[1] aussi connu sous le nom d’Arnoul de Roeux[2], né au XIe siècle et mort en 1118, est un patriarche latin de Jérusalem de 1112 à 1118.

Biographie[modifier | modifier le code]

Originaire du village de Chocques, dans les Flandres, Arnoul était le fils illégitime d’un clerc. Il débuta sa carrière religieuse en Normandie, où il fut le précepteur de Cécile († 1126), fille de Guillaume le Conquérant. Chapelain du duc de Normandie, Robert Courteheuse, il fut à Caen le chef d’une école qui rivalisa avec celle de Lanfranc, et dont sortit Raoul de Caen, l’historien normand auteur de la Gesta Tancredi relatant la vie de Tancrède, ancêtre des rois normands de Sicile.

À l’appel d’Urbain II au concile de Clermont, il prit la croix et suivit le duc de Normandie, à la première croisade, en 1096. Peu avant la prise de Jérusalem, il fut choisi avec Pierre l'Ermite pour prononcer le sermon juste avant l’assaut. Le 1er août 1099, après la prise, il fut choisi par les chefs croisés pour être patriarche de la ville, mais ce choix fut invalidé par le pape qui désigna Daimbert de Pise. Il fut alors l’un des principaux conseillers du roi Baudouin Ier de Jérusalem, puis fut choisi comme patriarche à la mort de Gibelin d’Arles en 1112.

Sa nièce Emma épousa Eustache de Grenier, comte de Sidon et seigneur de Césarée, l’un des seigneurs les plus puissants du royaume. À la mort de Baudouin Ier, Arnoul fut l’un des principaux artisans de l’accession de Baudouin du Bourg sur le trône. Il mourut peu après non sans avoir été déchu de sa qualité de patriarche de Jérusalem lors d'un concile présidé par Aimar Bérenger de Morges, évêque d'Orange et légat du pape Pascal II[3].

Notes[modifier | modifier le code]

  1. C’est-à-dire « mauvaise tonsure ».
  2. Du nom d’un château du Hainaut
  3. Joseph-Antoine Bastet, Essai historique sur les évêques du diocèse d'Orange, Orange 1837 page 121

Sources[modifier | modifier le code]

  • Édouard Frère, Manuel du bibliographie normand, t. 1er, Rouen, A. Le Brument, 1858, p. 32.
  • (en) Alan V. Murray, The crusader Kingdom of Jérusalem: A Dynastic History, 1099-1125, Oxford, Prosopographica et genealogica,‎ 2000, 280 p. [détail de l’édition] (ISBN 1-900934-03-5)