Arnold Netter

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Netter.
Arnold Netter

Juste Arnold Netter, né à Strasbourg le 20 septembre 1855 et mort à Paris le 1er mars 1936 (à 80 ans), est un médecin, hygiéniste, pédiatre, bactériologue et biologiste français ; médaille d'or de l'AP-HP en 1882, professeur à la faculté de médecine, il est connu pour ses travaux sur la méningite cérébro-spinale, la poliomyélite, la pneumococcie, l'encéphalite et le zona. Il est parmi les premiers de ceux qui appliquent la bactériologie à la médecine clinique.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils du docteur en médecine Léon Netter, il embrasse à son tour la vocation médicale. Externe des hôpitaux de Paris en 1875, interne en 1877, docteur en médecine en 1883, chef de clinique en 1884, médecin des hôpitaux en 1888, professeur agrégé à la Faculté de médecine de Paris en 1889, il exerce comme chef du service de pédiatrie à l'Hôpital Trousseau de 1905 à 1920. Il est élu membre du Conseil supérieur d'hygiène publique de France en 1898, et membre de l'Académie de médecine en 1904[1].

Au lendemain de la Première Guerre mondiale, il est le premier à caractériser la grippe espagnole lors d'une communication à l'Académie de médecine. Il prend position en faveur du capitaine Alfred Dreyfus et de Bernard Lazare. Proche de Raymond Poincaré, il joue également un rôle majeur dans la formation des professeurs de médecine de la première moitié du XXe siècle tels que Robert Debré (mémoire de Michel Debré).

Neveu de Charles Netter l’un des créateurs de l’Alliance israélite universelle (AIU), il y adhéra de très bonne heure et collabora à son Comité central. Il y fut membre, puis vice-président, et à ce titre président intérimaire de 1915 à 1920, et venait d’être nommé à la présidence juste avant sa disparition.

Il est nommé chevalier de la Légion d'honneur dès 1892, officier en 1912, commandeur en 1921 et Grand officier en 1928.

Il meurt le dimanche 1er mars 1936, lors de la 20e session d'assises médicales à l'Hôtel Dieu, à la fin de son exposé sur « l'abcès de fixation ». Il est le beau-père du résistant et éditeur René Lisbonne et le grand-père de l'avocat Jean Lisbonne.

Postérité[modifier | modifier le code]

Une avenue du 12e arrondissement de Paris ainsi que des services hospitaliers portent son nom. À Strasbourg, sa ville natale, une rue du Docteur-Netter relie la rue du Docteur-Schaffner à la rue René-Laënnec dans un quartier récent à la Montagne Verte[2].

Sources[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. [1]
  2. « Un nom, une rue : Juste Arnold Netter, un grand médecin de Paris », Dernières Nouvelles d'Alsace, 14 février 2008

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]