Arnières-sur-Iton

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Iton (homonymie).
Arnières-sur-Iton
La mairie
La mairie
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Haute-Normandie
Département Eure
Arrondissement Arrondissement d'Évreux
Canton Canton d'Évreux-Ouest
Intercommunalité Communauté d'agglomération d'Évreux
Maire
Mandat
Bernard Mach
2014-2020
Code postal 27180
Code commune 27020
Démographie
Population
municipale
1 593 hab. (2011)
Densité 131 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 59′ 49″ N 1° 06′ 18″ E / 48.9969, 1.10548° 59′ 49″ Nord 1° 06′ 18″ Est / 48.9969, 1.105  
Altitude Min. 66 m – Max. 150 m
Superficie 12,19 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Arnières-sur-Iton

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Arnières-sur-Iton

Arnières-sur-Iton est une commune française située dans le département de l'Eure en région Haute-Normandie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situé à un peu moins de 6 kilomètres d'Évreux, Arnières sur Iton s'étend sur 1219 hectares, dont plus de 700 sont boisés. Son territoire, traversé d'ouest en est par l'Iton qui a sculpté une large vallée en entaillant le plateau d'Évreux, oscille entre 70 mètres d'altitude dans la vallée et 150 mètres sur le plateau. Il est bordé par Saint-Sébastien-de-Morsent au nord, Évreux et Angerville la Campagne à l'est, Les Baux Sainte Croix et Les Ventes au sud puis Aulnay sur Iton à l'ouest.


Les quartiers historiques

   Chenappeville
   La Grenouillère
   Le Moussel
   Bérengeville
   La côte Saint-Laud
   Le Four à Chaux
   La côte aux Buis

Les quartiers plus récents :

   La Friche
   L’Orée du Bois
   Le Plant de l’église
   La clé des champs

Histoire[modifier | modifier le code]

Le nom d'Arnières dérive de "Asinaria" qui rappelle que des ânes furent élevés sur le territoire de la commune.

L'origine du nom Arnières : « Sa première mention est attestée en 1060 dans une charte de l'abbaye de Saint-Sauveur sous la forme asneriae, désignant le lieu ou vivent des ânes, du latin asinus, et son orthographe - Arnières et non Asnières - est due à la déformation du parler normand ».

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1790 1791 François HUET  ?  ?
1791 1792 Jean-Charles YVER  ?  ?
1792 1808 François HUET  ?  ?
1808 1823 Paul LEMARIÉ  ?  ?
1823 1830 Alexis HUET  ?  ?
1830 août-décembre Louis LEBLOND  ?  ?
1830 1836 Isidore AUBERT  ?  ?
1836 1842 Paul LEMARIÉ  ?  ?
1842 1843 Pierre LEGOUVERNEUR(1)  ?  ?
1843 1864 Jean SELLE  ?  ?
1864 1865 Séraphin FOUREY  ?  ?
1865 1878 Delphin LEDUC  ?  ?
1878 1885 Victor GRUCHET  ?  ?
1885 1996 Auguste HUE  ?  ?
1896 1904 Jean-Baptiste LANGLOIS  ?  ?
1904 1906 Eugène PIARD  ?  ?
1906 1916 Auguste HUE  ?  ?
1916 1919 Louis BRIARD (2)  ?  ?
1919 1942 Félix DOUCERAIN  ?  ?
1942 1943 Jules OURY  ?  ?
1943 1944 Jules LEBAS  ?  ?
1944 1947 Alexis SIONVILLE  ?  ?
1947 1959 Georges FRANCK  ?  ?
1959 mars-juin Maurice THOMAS  ?  ?
1959 juin-août Emile DEHONS  ?  ?
1959 1967 Georges FRANCK  ?  ?
1967 1969 Frans COUSSENS  ?  ?
1971 1973 Maurice DEBAS  ?  ?
1973 1977 Auguste LELCHAT  ?  ?
1977 mars 2008 André Chevalier ND Retraité
mars 2008 en cours Francis Obé ND Retraité
Les données manquantes sont à compléter.

(1) Pierre LEGOUVERNEUR fut réélu maire après la réunion avec Bérengeville en 1845 Les maires de Bérengeville avaient été : (1790 – 1793 Louis Dauphin, 1793 – 1797 Jacques Dione, 1797 – 1832 François Gibourdel, 1832 – 1845 Antoine Marais)

(2) Adjoint remplissant les fonctions de Maire

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 593 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
403 511 411 440 461 467 495 622 570
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
571 528 544 552 559 530 521 535 515
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
464 465 505 548 519 530 587 765 813
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
1 063 1 132 1 209 1 443 1 571 1 500 1 628 1 647 1 593
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Martin
  • Gisant dans le cimetière de Marie Dugit-Pinat de Queige (1851-1875), œuvre du sculpteur Émile Décorchemont (1876)

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]


Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011