Arnaud de Vasconie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Arnaud de Gascogne)
Aller à : navigation, rechercher

Arnaud († 864[1],[2]) est un duc de Vasconie en 864. Il est fils d'Émenon, comte de Poitiers, puis de Périgueux et d'Angoulême, et de Sancie de Vasconie.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né vers 830, on ne sait où il se rend en 839 quand son père est déposé du comté de Poitiers. Peut-être suivi-il son père à Angoulême, auprès de son oncle Turpion. Émenon est ensuite nommé comte de Périgueux en 845, puis succède à son frère Turpion en 863[3]. La même année, le roi Charles le Chauve nomme Arnaud comme comte de Bordeaux[4]

La Translatio Reliquiarum Sanctæ Faustæ mentionne qu'en 864, Arnaud succède à son oncle Sanche Mitarra comme duc de Vasconie. Il combat les Vikings, mais meurt alors qu'il avait décidé de se retirer au monastère de Solignac, dans le Limousin[1].

Arbre généalogique[modifier | modifier le code]

Ducs de Vasconie de 768 à 864

 
 
 
 
 
 
 
 
Ier- Loup II
(768-778)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Centulle Loup
 
 
 
 
 
IIe- Sanche Ier Loup
(801-812)
 
 
 
 
 
IIIe- Semen Ier Loup
(812-816)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Ve- Loup III Centulle
(818-819)
 
VIe- Aznar Sanche
(820-836)
 
VIIe- Sanche II Sanche
(836-852)
 
Sancie
 
IVe- Garcia Ier Semen
(816-818)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Donat Loup
Premier comte de Bigorre
 
Centulle Loup
Premier vicomte de Béarn
 
 
 
 
 
VIIIe- Arnaud
(855-864)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Ducs de Gascogne, sur le site de la Foundation for Medieval Genealogy »
  2. Christian Settipani donne la date de 884 (Settipani 2004, p. 80, 81 et 129), sans justifier cette date, mais on peut imaginer qu'elle est justifiée par le fait qu'après Arnaud, il n'y a pas de comte connu avant 886. Mais cette date de 884 pose le problème de la succession du père d'Arnaud, Émenon († 866), comte de Périgueux et d'Angoulême : il est curieux qu'Arnaud n'ai pas revendiqué ces deux comtés. Cependant l'envie de se retirer dans un monastère est plus probable pour un cinquantenaire (ce qui est le cas en 884) que pour un trentenaire (ce qui est le cas en 864).
  3. Saint-Phalle 2000, p. 158-159.
  4. Charles Higounet, Bordeaux pendant le haut moyen age, Bordele,‎ 1963.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]