Arnaud Corbic

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Arnaud Corbic (né en 1969) est un philosophe français, spécialiste d’Albert Camus et de Dietrich Bonhoeffer. Il est docteur en philosophie (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne).

Ancien professeur de philosophie contemporaine à l’université pontificale Antonianum de Rome, il est actuellement professeur et responsable des activités culturelles et des relations extérieures à l'Institution Sainte-Marie d'Antony.

Il est considéré comme l’un des nouveaux penseurs du christianisme[1].

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Dietrich Bonhoeffer. Le Seigneur des non-religieux. De l'« avant-dernier » au « dernier » Bonhoeffer (préface de Joseph Moingt), Paris, Éditions franciscaines, 2001, 85 p. Réédité en poche : Dietrich Bonhoeffer, résistant et prophète d’un christianisme non religieux, Paris, Albin Michel, « Spiritualités vivantes », n° 189, 2002, 190 p. Traduction italienne : Bonhoeffer. Un cristianesimo non-religioso (trad. it. Gianpietro Zatti), Padoue, Edizioni Messaggero Padova, « I MiniGrandi », 2005, 187 p.
  • Camus et Bonhoeffer. Rencontre de deux humanismes, Genève, Labor et Fides, « Intersections », 2002, 105 p. Traduction italienne : Albert Camus e Dietrich Bonhoeffer. Due visioni dell'uomo « senza Dio » a confronto, (trad. it. Arnaud Corbic), Padoue, Edizioni Messaggero Padova, 2011, 91 p.
  • Le Livre des Sagesses. L'aventure spirituelle de l'humanité (ouvrage collectif sous la direction de Frédéric Lenoir et Ysé Tardan-Masquelier), Paris, Bayard, 2002, pp. 864-872, pp. 1366-1369, pp. 1540-1542.
  • L’Incroyance. Une chance pour la foi ?, Genève, Labor et Fides, « Nouvelles Pistes », 2003, 100 p.
  • Camus, l’absurde, la révolte, l’amour, Paris, Éditions de l’Atelier, 2003, 176 p.
  • « Camus et Bonhoeffer. Rencontre de deux humanismes », dans Actualité de Dietrich Bonhoeffer en Europe latine – Actes du colloque international de Genève (23-25 septembre 2002), Genève, Labor et Fides, « Actes et recherches », 2004, pp. 61-76.
  • Camus et l’homme sans Dieu, Paris, Éditions du Cerf, « La nuit surveillée », 2007, 250 p.
  • Dictionnaire de philosophie (ouvrage collectif sous la direction de Jean-Pierre Zarader), Paris, Ellipses, 2007, pp. 93-95, pp. 538-539.
  • « La place de l'Écriture dans la perspective d'un christianisme non religieux chez Dietrich Bonhoeffer », dans Dietrich Bonhoeffer - Autonomie, suivance et responsabilité (ouvrage collectif sous la direction d’Alberto Bondolfi, Denis Müller et Simone Romagnoli), Paris, Éditions du Cerf, 2007, pp. 127-147.
  • « Camus et le christianisme », dans Camus, la philosophie et le christianisme (ouvrage collectif sous la direction de Hubert Faes et Guy Basset), Paris, Éditions du Cerf, « La nuit surveillée », 2012, pp. 143-175.
  • « Dio non ha creato la religione bensì il mondo », dans La questione del dire. Saggi di ermeneutica per Graziano Ripanti (ouvrage collectif sous la direction de Mauro Bozzetti), Milan-Udine, Mimesis Edizioni, « Essere e libertà », 2012, pp. 49-66.
  • « Albert Camus : l'assurdo, la rivolta, l'amore », dans Albert Camus, Primo uomo a Mondovì. Memoria e dialogo nel Mediterraneo (ouvrage collectif sous la direction de Yvonne Fracassetti Brondino), Boves, Araba Fenice, 2013, pp. 116-124.

Articles[modifier | modifier le code]

  • « Dietrich Bonhoeffer. Le Christ, Seigneur des non-religieux », Études, mars 2001, pp. 371-382. Traduction espagnole : « Dietrich Bonhoeffer. Cristo, Señor de los no-religiosos » in Selecciones de teología, vol. 41, n° 161, 2002, pp. 51-58.
  • « L’“humanisme athée” de Camus », Études, septembre 2003, pp. 227-234.
  • « L’incroyance, un beau risque pour la foi », Antonianum LXXVIX (2004), pp. 365-374.
  • « Une parole scandaleuse ? », Évangile aujourd’hui, n° 207, 2005, p. 10.
  • « L’actualité de la pensée d’Emmanuel Mounier », Incroyance et Foi, n° 116, 2005, pp. 3-4.
  • « La “suivance” du Christ chez Dietrich Bonhoeffer », Incroyance et Foi, n° 117, avril 2006, pp. 5-9.
  • « Jésus et la femme adultère », Évangile et liberté, n° 202, octobre 2006, p.18.
  • « Le problème de l’unicité du Christ comme médiateur », Évangile aujourd’hui, n° 212, 2006, pp. 16-26.
  • « I fondamenti di una filosofia dell’uomo senza Dio nella triplice prospettiva di Albert Camus : l’assurdo, la rivolta, l’amore », Antonianum LXXXI (2006), pp. 509-523.
  • « Albert Camus e Francesco d’Assisi », Frate Francesco, n° 72, novembre 2006, pp. 475-480. Traduction espagnole : « Albert Camus y Francisco de Asís » in Selecciones de franciscanismo, vol. 38, n° 113, 2009, pp. 243-249. Traduction française : « Camus et François d’Assise », Évangile aujourd’hui, n° 216, 2007, pp. 41-47.
  • « Veillée pascale », Évangile aujourd’hui, n° 213, 2007, pp. 10-12.
  • « Voyages en Italie d’Albert Camus », Bulletin de la Société des Études Camusiennes, n° 84, mai 2008, pp. 9-15.
  • « L’incroyance, une chance pour la foi », Relations, n° 729, décembre 2008, pp. 32-34.
  • « Albert Camus e l’Italia », Estetica, Gênes, il Melangolo, 2/2008, pp. 97-105.
  • « L'Étranger de Luchino Visconti (1967) », Présence d'Albert Camus (revue publiée par la Société des Études Camusiennes), n° 4, 2013, pp. 12-22.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Michel Cool, Les nouveaux penseurs du christianisme, Paris, Desclée de Brouwer, 2006, pp. 127-142.