Arnaud Claass

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Arnaud Claass, né à Paris en 1949, est un photographe et théoricien de la photographie français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après des études musicales, il décide en 1968 de se consacrer à la photographie. Il travaille principalement aux États-Unis jusqu’au milieu des années 1970, vivant du reportage, qu'il oriente progressivement vers une œuvre plus personnelle. Partant d'une photographie de l'errance, inspirée de Robert Frank ou Walker Evans, il développe la notion de série photographique, qui aboutit à un retour à l'idée de paysage en photographie[1].

En 1979, pour sortir d'une crise dans laquelle son œuvre semblait engagée, Arnaud Claass se met à publier des textes théoriques, où il développe entre autres une critique des catégories barthésiennes de l'analyse photographique[2], invitant à voir dans le travail du photographe ce que Michel Frizot appelle « une pratique d’apprivoisement des cho­ses »[3].

Il devient alors professeur coordonnateur à l’École nationale supérieure de la photographie en 1983[4], avant d'être invité régulièrement en tant qu’artiste, critique et enseignant au Centre international de la photographie à New York, à l’École des Arts Appliqués de Vevey en Suisse, ou encore au Hooge Institut Voor Schone Kunst d'Anvers.

Expositions[modifier | modifier le code]

Expositions récentes : Arnaud Claass a exposé au Musée de Brunoy sa série «Précaire» dans le cadre des vingt ans des FRAC, au Museo della Fotografia Contemporanea de Milan (exposition collective), au Musée de Sens, la série «Mémoire vive», au Musée du Havre (exposition collective) «Vagues», au Centre Photographique de l’Île-de-France, en 2005, la série « Mémoire vive » ainsi qu’une sélection inédite d’œuvres choisies dans les collections du FRAC Île-de-France.

Ses œuvres sont présentes dans de nombreuses collections publiques et privées, parmi lesquelles le Musée national d'art moderne (Paris), le National Museum of Modern Art (Tokyo), le Musée des beaux-arts de Houston.

Publications[modifier | modifier le code]

  • 1978 : Contretemps (Creatis)
  • 1989 : Silences (Marval)
  • 1996 : Photographies 1968-1995 (Actes Sud)
  • 1997 : Précaire 1992-1996 (Eduiciones Universidad de Salamanca)
  • 1999 : Patience (Fabiani)
  • 1999 : Journal de Travail (Fabiani)
  • 2002 : L’image décentrée (Yellow Now)
  • 2004 : Mémoire vive (Éditions Filigranes)
  • 2005 : Nuit optimale (Éditions Filigranes)
  • 2008 : Heure locale (Éditions Filigranes)
  • 2011 : Paul Strand (Préfacier, collection Photo Poche, Actes Sud)
  • 2012 : Le réel de la photographie (Éditions Filigranes)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Michel Frizot, « Arnaud Claass : un rite de la minutie », Le Journal des Arts, no 29, octobre 1996.
  2. Voir le no 20 (1987) des Cahiers de la photographie consacré à Arnaud Claass.
  3. Dans l'article déjà cité.
  4. Cf. l'article déjà cité de M. Frizot.

Liens externes[modifier | modifier le code]