Arnaud-Guilhem

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Guilhem.
Arnaud-Guilhem
Image illustrative de l'article Arnaud-Guilhem
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Midi-Pyrénées
Département Haute-Garonne
Arrondissement de Saint-Gaudens
Canton de Saint-Martory
Intercommunalité Communauté de communes du canton de Saint-Martory
Maire
Mandat
Rose Vinsonneau
2014-2020
Code postal 31360
Code commune 31018
Démographie
Gentilé Arnaud-Guilhémois
Population
municipale
223 hab. (2011)
Densité 29 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 08′ 37″ N 0° 53′ 55″ E / 43.1436111111, 0.89861111111143° 08′ 37″ Nord 0° 53′ 55″ Est / 43.1436111111, 0.898611111111  
Altitude Min. 279 m – Max. 463 m
Superficie 7,70 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Midi-Pyrénées

Voir sur la carte administrative du Midi-Pyrénées
City locator 14.svg
Arnaud-Guilhem

Géolocalisation sur la carte : Haute-Garonne

Voir sur la carte topographique de Haute-Garonne
City locator 14.svg
Arnaud-Guilhem

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Arnaud-Guilhem

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Arnaud-Guilhem

Arnaud-Guilhem est une commune française située dans le département de la Haute-Garonne, en région Midi-Pyrénées.

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune située en pays du Comminges, à mi-chemin entre Toulouse et Tarbes, à proximité du péage autoroutier de Lestelle-de-Saint-Martory. Accès par l'autoroute A64 sortie no 19 en venant de Tarbes, ou no 21 en venant de Toulouse. Au sud de la commune, coule la Garonne dont le défilé de l'Escalère et les vestiges du pont d'Apas sont Sites Inscrits (SI) au titre de la commune.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Durant la Révolution, la commune porte le nom de Mont-Raisin[1].

Ses habitants sont appelés les Arnaud-Guilhémois.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le 23 juin 1859, la vierge Marie, accompagnée de saint Pierre et saint Jean, serait apparue au lieu-dit Picheloup à quatre jeunes paysannes qui faisaient paître leur troupeau ; le Christ se serait aussi montré sous les traits du Bon Pasteur. Les messages insistent prioritairement sur la construction d'une chapelle, dans l'art roman le plus pur sur le lieu des visions, en l'honneur de Notre-Dame des Sept Douleurs. L’église du village ferait partie du sanctuaire : le Christ et Notre Dame seraient apparus le 7 octobre 1877 à l'une des jeunes femmes, sœur Marie du Bon Pasteur (Félicie Cavé) à l’autel de cette église (selon le manuscrit des événements, p. 398), au sujet d’une statue de « Notre Dame d’Arnaud-Guilhem » à représenter exactement sur le site d’Arnaud-Guilhem au lieu-dit Picheloup. Il y eut, il y a des pèlerinages. Depuis plusieurs décennies l’endroit est entretenu, visité et un petit oratoire est fleuri par des âmes pieuses, particulièrement depuis les années 70[2].

Fin 2002, le manuscrit des événements intitulé « Visions et apparitions touchant Notre Dame d’Arnaud-Guilhem » fut retrouvé par les archivistes du diocèse d’Auch, connu de leurs prédécesseurs mais sans cote, suite à une demande de M. Charles Bisaro, directeur émérite des pèlerinages de l’archidiocèse de Toulouse, qui effectuait des recherches en approfondissement du sujet avec l'autorisation de son archevêque Mgr Émile Marcus. Il compte plus de 400 pages. Aujourd'hui depuis 2003, des messes sont autorisées sur le site, dans le cadre de ces événements, et inscrites dans secteur pastoral local. L'une d'elles fut concélébrée par le M. le vicaire épiscopal de Toulouse, Jean François Brignol, accompagné de trois prêtres le 25 juin 2005, anniversaire des événements (veille de Saint Jean Baptiste). Anniversaire fêté chaque année depuis 2003, le dernier samedi de juin, messe le matin vers 10 h., chapelet mensuel, messe également mi-septembre pour la fête de Notre Dame des sept Douleurs. Selon le manuscrit du XIXe siècle conservé à l'archevêché d'Auch, le Christ supposé demande instamment que la très sainte Vierge Marie soit honorée sous le titre de Notre Dame d'Arnaud-Guilhem[3],[4].

Article détaillé : Picheloup.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 mars 2014 Georges Daunes PS  
mars 2014 en cours Rose Vinsonneau PS  

Commune faisant partie de la huitième circonscription de la Haute-Garonne.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 223 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
575 615 705 605 706 642 625 674 570
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
578 545 470 468 454 429 433 410 402
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
390 383 411 377 340 338 287 263 239
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
237 198 192 191 191 167 198 223 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[5].)
Histogramme de l'évolution démographique


Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Martin.
  • Défilé de l'Escalère et vestiges du pont d'Apas.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. En souvenir de Notre-Dame de Picheloup sur La Dépêche.fr.
  3. [http://www.arnaud-guilhem.org Les Servants de Notre Dame d'Arnaud-Guilhem
  4. Association des amis de ND de Picheloup
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011