Armoise commune

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L’armoise commune également appelée armoise vulgaire (Artemisia vulgaris) est une plante herbacée vivace de la famille des Astéracées (Composées), commune dans les régions tempérées, parfois cultivée comme ornementale, cette plante est appréciée pour son superbe feuillage découpé.

Autres noms communs : cette plante est aussi appelée herbe aux cent goûts, herbe de la Saint-Jean anique, armoise citronnelle, artémise, herbe royale, remise.

Plante connue depuis l'antiquité, les Gaulois la nommaient « ponema », mais le nom de son genre vient du nom latin de la déesse Artémis, qui avait aussi pour rôle de protéger les femmes malades.

Histoire[modifier | modifier le code]

Jadis, l'Artemisia vulgaris, était considérée comme une plante magique associée à la magie blanche.
Le Grand Albert indique que l'armoise possède toutes les vertus : « Celui qui a soin d'avoir toujours sur lui cette herbe ne craint point les mauvais esprits, ni le poison, ni l'eau, ni le feu et rien ne peut lui nuire »[1].

Caractéristiques botaniques[modifier | modifier le code]

L'armoise commune est une plante herbacée qui peut mesurer de 60 cm à 2 m de haut.

Elle possède une tige dressée très rameuse et élancée sans stolons souvent de couleur rouge-violacée.

Son feuillage est vert foncé, ses capitules duveteux sont serrés et très abondants sur les branches. Ses feuilles sont basales, longuement pétiolées et pennées de 5 à 8 cm de long.

La partie souterraine est un rhizome horizontal ramifié, parfois fort en diamètre et ses fleurs jaunâtres ou pourprées avec une odeur forte (voire désagréable pour certains). La floraison a lieu de juillet à octobre. Les feuilles froissées dégagent une odeur similaire à celle de l'absinthe.

Les fruits sont des akènes sans aigrette et mesurent 2 mm, une seule plante peut en produire plusieurs dizaines de milliers.

Culture[modifier | modifier le code]

Les armoises communes vivent principalement au bord des chemins et des routes, remblais, décombres, berges, terrains vagues. Appréciant les sols riches en azote, elles peuvent pousser jusqu’à une altitude de 1600 m et endurer des températures de l’ordre de -15 degrés. Elles sont présentes partout en Europe (Cf. Liste des principales mauvaises herbes).

Armoise commune

Utilisation[modifier | modifier le code]

Usage culinaire[modifier | modifier le code]

L'Armoise (Artemisia vulgaris) était utilisée autrefois pour attendrir les volailles dont la chair était trop coriace. Aujourd'hui elle vient parfumer les volailles mais aussi des gâteaux sucrés ou salés.

Au Japon, elle entre dans la composition de certains daifuku, des pâtisseries d'origines chinoises où elles sont appelées caobing.

Usage thérapeutique[modifier | modifier le code]

L'Armoise (Artemisia vulgaris) est une analogue de l'Absinthe (Artemisia absinthum). Ainsi présente-t-elle à forte dose un caractère toxique. Plusieurs propriétés lui sont reconnues: tonique, fébrifuge, antispasmodique, vermifuge et stomachique. En infusion, elle régularise le cycle des menstruations à la ménopause. On l'utilise aussi pour soigner les infections urinaires. Mise dans les chaussures, cette plante aurait comme vertu de diminuer la fatigue pendant la marche. Avant, on l'utilisait pour aromatiser la bière et pour farcir la dinde. Elle a un goût amer et sucré, ce qui se ressent en mangeant la viande ou en buvant le lait des animaux qui les mangent. Ces plantes peuvent aussi être utilisées en cas d’épilepsie. Ses jeunes pousses sont tendres et sucrées et peuvent être utilisées dans des salades ou dans des apéritifs

En médecine chinoise, on l'utilise pour faire des moxas : bâtonnets d'armoise séchée que l'on fait brûler à proximité des points des méridiens pour les chauffer. Ce principe est utilisé en moxibustion et est une alternative à l'acupuncture et l'acupression.[réf. nécessaire]

Au jardin[modifier | modifier le code]

En purin (macération longue jusqu'à fermentation), l'armoise, qui contient de la thuyone, est un répulsif efficace contre les insectes, rongeurs, escargots et limaces

Usage traditionnel[modifier | modifier le code]

  • stimulation de la sécrétion des sucs gastriques en cas de perte d'appétit[2].
  • soulagement des flatulences et des sensations de distension[2].
  • traitement de la dysménorrhée[2].
  • agent antibactérien et antifongique[2].

Usage spirituel[modifier | modifier le code]

Les Aztèques et autres indiens des Amériques utilisaient l'armoise pour des rituels et la médecine. Depuis les époques reculées en Europe l’herbe était un remède contre la fatigue et pour protéger les voyageurs contre les mauvais esprits et les animaux sauvages[réf. nécessaire]. Les indiens utilisent l’armoise toujours comme ‘sauge’. Ils utilisent l’herbe pour la purification spirituelle, pour chasser des mauvais esprits et des énergies négatives. Des faisceaux de feuilles de Calamus avec l’armoise sont toujours utilisées comme talisman pendent le festival des bateaux dragon[réf. nécessaire].

On dit que l’armoise est utile pour l'induction de rêves lucides et du voyage astral. Fumer ou consommer de l’armoise sous forme de plante ou en solution avant de dormir pourrait intensifier les rêves ou leur contrôle et aider à s'en souvenir. Au Mexique, l’herbe est souvent fumée comme substitut de la marijuana[3].

Anecdotes[modifier | modifier le code]

  • Le nom de la ville de Tchernobyl, ou plutôt чорнобиль (tchornobylj) en ukrainien, désigne l'Armoise, en particulier l'armoise ordinaire (Artemisia vulgaris). Il vient de tchorno = noir et bylj = herbe. Ce dernier nom s'est souvent spécialisé au sens d'armoise, comme en polonais bylica. Ces "herbes noires" sont très communes dans les steppes, où elles finissent par se casser et par rouler sur de longues distances.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. guide de visite, les plantes magiques, du jardin des neuf carrés de l'abbaye de Royaumont
  2. a, b, c et d Santé Canada
  3. http://www.freecapsules.com/article/302-armoise-commune

Plantes sauvages comestibles - I. Hunault - Éditions Ulmer

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]