Armoiries de La Réunion

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Blason Réunion DOM.svg

Les armoiries de La Réunion constituent l'emblème héraldique de l'île de La Réunion.

Création[modifier | modifier le code]

Elles sont dessinées par Émile Merwart en 1925 à l'occasion de l'Exposition coloniale qui se tient à Petite-Île.

Blasonnement[modifier | modifier le code]

Écartelé, au 1 de sinople à trois volcans d'argent, celui de dextre en éruption, celui du centre surmonté de « MMM » en lettre du même, le tout issant d'une mer du même ; au 2 parti d'azur et de gueules à la nef d'argent voguant sur une mer du même brochant sur le tout ; au 3 d'azur à trois fleurs de lys d'or, au 4 de gueules semé d'abeilles d'or ; sur le tout, tiercé en pal d'azur, d'argent chargé des lettres entrelacées R et F d'or et de gueules.

L'écu est surmonté d'un listel d'or chargé des mots de sable « Florebo quocumque ferar » d'où pendent des lianes de vanille de sinople.

Signification[modifier | modifier le code]

  • MMM (3 000 en chiffres romain) indique la hauteur approximative du Piton des Neiges, 3 069 mètres.
  • La nef représente le navire Saint-Alexis, arrivé sur l'île en 1638.
  • Les trois fleurs de lys (symbole de la dynastie des Bourbons) font allusion au nom historique de La Réunion -l'Île Bourbon- comme possession de la monarchie française.
  • Les abeilles symbolisent la période historique de l'île sous la domination du Premier Empire, les abeilles étant des symboles utilisés par Napoléon Bonaparte.
  • L'écu, au centre représente le drapeau tricolore chargé des initiales RF pour République française.
  • La devise officielle de l'île : Florebo quocumque ferar ("je fleurirai partout où je serai plantée") fut à l'origine celle de Compagnie française des Indes orientales.