Armand Toussaint

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Charles Gumery, Armand Toussaint, portrait en médaillon, Paris, cimetière de Montmartre.

Armand Toussaint[1], né à Paris le 7 avril 1806, mort dans la même ville le 24 mai 1862, est un sculpteur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Perséphone, Indianapolis.

Armand Toussaint est le fils d’un entrepreneur en serrurerie. Entré à l’École des beaux-arts de Paris en 1827, il est l’élève du sculpteur David d’Angers. En 1832, il remporte le second grand prix de Rome[2].

Il expose au Salon de l’Académie entre 1836 et 1850, remporte une médaille de troisième classe en 1839 et de deuxième classe en 1847. Il devient professeur de sculpture à l’École des beaux-arts de Paris.

En 1852, il est nommé chevalier de la Légion d’honneur.

Il meurt à son domicile parisien, rue Bellefond, le 24 mai 1862 et est enterré à Paris au cimetière de Montmartre (23e division). Ses élèves lui rendirent hommage en faisant réaliser par l’un d’entre eux, Charles Gumery, un médaillon en bronze pour son monument funéraire. L’original en plâtre est conservé au musée de Nogent-sur-Seine[3].

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Perséphone : statue en bronze, datée de 1840 et fondue par les établissements Graux-Marly [4] à Paris. Installée initialement à Chicago, elle a été achetée par JL Holcomb en 1850[5]
  • Marseille accueillant les peuples océaniens : frise située derrière le balcon d'honneur du palais de la Bourse à Marseille [6]
  • Buste en Hermès de David d’Angers, marbre, musée des beaux-arts d'Angers[7]
  • Statue d’Antoine Lavoisier : statue (h. 2 m) représentant le savant debout, avec un papier, une mine et une balance. Cette statue constitue le pendant d'une statue intitulée Denis Papin due au sculpteur Célestin-Anatole Calmels, hôtel de ville de Montrouge
  • Le Génie de la force, 1857, la Force est représentée sous les traits d’un enfant, elle est située au niveau de la balustrade supérieure de l’aile Daru du palais du Louvre à Paris[8],[9]
  • Statue de Libéral Bruand, 1856, placée en façade de l’aile en retour Mollien, du palais du Louvre[10]
  • Le Christ assis sur un trône, haut-relief en pierre, Paris, basilique Sainte-Clotilde. Toussaint est l’auteur du grand fronton central ainsi que d’un Christ en croix au niveau d’un portail
  • Un Esclave indien portant une torche et Une Esclave indienne portant une torche, statuette en plâtre, Salon de 1847. Édité en bronze par Ferdinand Barbedienne et les fondeurs Graux-Marly[11]
  • Monument à Jean-Étienne Esquirol, 1861, bronze représentant le médecin aliéniste assis vêtu d'un manteau et écrivant, Saint-Maurice, hôpital Esquirol[12]

Travaux de restauration[modifier | modifier le code]

Èlèves[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Né « François Christophe Amand Toussaint ».
  2. Le premier prix ayant été attribué ex-aequo, cette année-là, à François Jouffroy et Jean-Louis Brian.
  3. « Notice no M0301000110 », base Joconde, ministère français de la Culture
  4. Maison fondée en 1860 et très active jusqu'à la fin du XIXe siècle, s'installa d'abord boulevard du Temple, puis au 8 de la rue du Parc-Royal. En 1880 les fils du fondateur lui succédèrent et produisirent des bronzes d'ameublement, des pendules et des candélabres ornés dans le style de Clodion, le style russe, byzantin ou perse et recouverts d'émail. Ils produisirent également des reproductions de sculptures de l'antiquité et de la Renaissance ainsi que des modèles par Barye, Carpeaux, Frémiet, Carrier-Belleuse et d'autres artistes contemporains aracade.net
  5. en.wikipedia.org
  6. ccimp.com
  7. « Notice no 000SC018421 », base Joconde, ministère français de la Culture
  8. [1]
  9. http://www.musee-orsay.fr/en/collections/index-of-works/notice.html?no_cache=1&nnumid=088803&cHash=5c538a0cf7 louvre.sculpturederue.fr]
  10. louvre.sculpturederue.fr
  11. (en) Richard Redding Antiques LDT
  12. culture.gouv.fr
  13. M. Aubert, La Cathédrale Notre-Dame de Paris, notice historique et archéologique.
  14. culture.gouv.fr
  15. paris1900.lartnouveau.com
  16. « Notice no 0990004715 », base Joconde, ministère français de la Culture
  17. « Notice no 50350132398 », base Joconde, ministère français de la Culture

Liens externes[modifier | modifier le code]