Armand Jules de Rohan-Guémené

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres membres de la famille, voir Maison de Rohan.
Armand Jules
de Rohan-Guémené
Image illustrative de l'article Armand Jules de Rohan-Guémené
Armand Jules de Rohan. Gravure de Petit d'après Hyacinthe Rigaud
Biographie
Naissance 10 février 1695
Paris
Décès 28 août 1762 (à 67 ans)
Évêque de l’Église catholique
Consécration épiscopale 23 août 1722
Par le cardinal Armand-Gaston-Maximilien de Rohan de Soubise
Archevêque-duc de Reims
et pair de France
Primat de la Gaule belgique
2 juin 172228 août 1762

Orn ext primat duc et pair.svg
Blason Armand Jules de Rohan-Guémené.svg
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

Armand Jules de Rohan-Guémené né le 10 février 1695 à Paris et mort à Saverne le 28 août 1762, est un ecclésiastique français, archevêque de Reims et qui sacra Louis XV.

La carrière[modifier | modifier le code]

Prince de Guéméné, Pair de France, il est le quinzième enfant de Charles III de Rohan, prince de Guéméné, duc de Montbazon et de sa seconde épouse, Charlotte-Elisabeth de Cochefilet (1657-1719), fille de Charles de Cochefilet, comte de Vauvineux et de Françoise-Angélique d’Aubry.

Admis très tôt au Chapitre de la cathédrale de Strasbourg, il est pourvu des abbayes du Gard, dans le diocèse d'Amiens (1715), puis de Gorze dans celui de Metz (1730). Archevêque de Reims le 2 juin 1722, confirmé le 6 juillet 1722 et sacré le 23 août 1722, c’est lui qui eut l’honneur d’apposer l’onction sur le front de Louis XV lors du sacre du jeune monarque, à Reims le 25 octobre de la même année.

Au sein de son diocèse, il déploya une grande activité pour faire accepter la bulle Unigenitus mais, ayant pris séance au Parlement de Paris comme premier pair ecclésiastique, il s'en remit peu à peu à ses vicaires généraux pour assurer le gouvernement du diocèse. Il publia néanmoins un Breviarium remense en 1759, et mourut trois ans plus tard à Saverne.

Iconographie[modifier | modifier le code]

C'est en 1733 que l'archevêque de Reims commande son portrait à Hyacinthe Rigaud, contre l'importante somme de 3000 livres, justifiée il est vrai par la semi-originalité de la pose : « Mr l’archevêque de Reims, Armand-Jules de Rohan-Guimene. Entièrement original »[1].

L’archevêque est représenté vêtu d’un ample vêtement reflétant son état : robe d’archevêque, rabats de dentelles, surtout d’hermine, collerettes et croix. Il est assis dans un fauteuil doré et sculpté que l’on rencontre souvent chez l'artiste. Il tient dans sa main gauche la burette caractéristique et de l’autre le plat d’un livre, debout, posé sur ses genoux. Le fond du tableau présente une colonne habillée d’un lourd drapé animé cachant à peine une bibliothèque en arrière-plan. On ne connaît pas la localisation actuelle du tableau original mais une belle estampe en a été tirée, en 1739 par Gilles-Edme Petit[2].

Armoiries[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Armorial de la famille Rohan.
Blason Blasonnement :
Écartelé : en 1 et 4 : de gueules aux chaînes d'or posées en orle, en croix et en sautoir, chargées en cœur d'une émeraude au naturel (qui est de Navarre) ; en 2 et 3 : d'azur à trois fleurs de lys d'or (qui est de France); sur le tout, parti : en 1 : de gueules à neuf macles d'or, posés 3, 3, 3 (qui est de Rohan) ; et en 2 : d'hermine (qui est de Bretagne).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. J. Roman, Le livre de raison du peintre Hyacinthe Rigaud, Paris, 1919, p. 209.
  2. Avec la lettre suivante : « Armandus Julius Princeps de Rohan / Archiepiscopus Dux Remensis / Sacro Chrismate onxit Ludovicum XV die XXV Octobris M.D.CC.X.X.II. Sous le trait carré : Pinxit Hyacinthus Rigaud ordinae Equitum Sto Michaelis / Petit sculpsit M.D.CC.XXX.IX. ». Voir Portalis & Béraldi, Les graveurs du XVIIIe siècle, Paris, 1880-1882, III, p. 300 (n°20); S. Perreau, Hyacinthe Rigaud, le peintre des rois, Montpellier, 2004, p. 218, repr. p. 219, fig. 202.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]