Armand Hammer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Hammer.

Armand Hammer (né le 21 mai 1898 à New York et décédé le 10 décembre 1990 à Los Angeles) est un industriel américain et collectionneur d'art, à la fois capitaliste et socialiste convaincu. Il est l'arrière-grand-père de l'acteur Armie Hammer.

Biographie[modifier | modifier le code]

Occidental Petroleum Company[modifier | modifier le code]

Armand Hammer dirigea l'Occidental Petroleum Company, une société d'exploitation de pétrole et de gaz naturel. En 1963, cette compagnie acquiert la société de Henry J. Leir Interore SA, une mine de phosphate et un commerce de produits chimiques actif dans 37 pays.

Affaires avec l'URSS[modifier | modifier le code]

Figure de Wall Street, il occupait également, dans les murs du Kremlin, un bureau contigu à celui du secrétaire général du Parti communiste[1]. Il reçut l'ordre de Lénine et se vantait d'avoir été le seul Américain à la fois en bons termes avec Lénine et Ronald Reagan. Le principal site de synthèse d'ammoniac de l'URSS, TogliattiAzot, fut construit à Togliatti dans le cadre d'un projet conjoint du gouvernement de l'Union soviétique et d'Armand Hammer. Il débuta ses opérations en 1979[2].

Engagement politique[modifier | modifier le code]

Il s'occupa du financement de mouvements écologistes allemands, ainsi que de la carrière politique d'Al Gore et celle de son père, le sénateur Albert Arnold Gore Sr.[1], qui travaillait à la défense des intérêts de l'Occidental Petroleum Company.

Collectionneur et mécène d'art[modifier | modifier le code]

Il acheta le Codex Leicester, une collection d'écrits de Léonard de Vinci, en 1980 et lui donna son nom, le renommant en Codex Hammer (de nouveau nommé Leicester après son rachat par Bill Gates). Il contribua à la réouverture du Théâtre du Gymnase (Marseille) conjointement avec la municipalité en 1986. Il fut également un donateur du Musée d'art du comté de Los Angeles.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Bernard Cabanes, « La nouvelle imposture post-marxiste tourne au racket des seuls Européens », Monde & Vie, no 821, 9 janvier 2010, p. 16.
  2. http://www.rg.ru/2008/09/29/hammer.html