Armand Gensonné

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Armand Gensonné
Buste par François Masson
Buste par François Masson
Fonctions
Député de la Gironde
4 septembre 1791 – 31 octobre 1793
Législature Assemblée nationale législative puis Convention nationale.
Groupe politique Gauche, Girondins
Président de la Convention nationale
07 mars 1793 – 21 mars 1793
Prédécesseur Edmond Louis Alexis Dubois de Crancé
Successeur Jean Antoine Debry
Président de l'Assemblée législative
19 mars 1792 – 02 avril 1792
Prédécesseur Louis-Bernard Guyton-Morveau
Successeur Dorizy
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Bordeaux
Date de décès (à 35 ans)
Lieu de décès Paris
Nationalité Française

Armand Gensonné, né à Bordeaux, le , guillotiné à Paris, le , député de la Gironde à la Convention nationale.

Avant la Révolution[modifier | modifier le code]

Fils d'un chirurgien militaire, il fit des études de droit et devint avocat au Parlement de Bordeaux. Il fut procureur de la commune de cette ville, puis membre du tribunal de cassation. Fondateur en 1783, avec Saige et Pierre Victurnien Vergniaud, du musée de Bordeaux, société de pensée annonçant les clubs révolutionnaires.

Sous la Révolution[modifier | modifier le code]

Armand Gensonné refuse la désignation de secrétaire de la ville de Bordeaux par le roi, mais accepte d'être élu membre de la municipalité et de devenir procureur de la commune en 1790. Élu à l'Assemblée législative, il soutint Jacques Pierre Brissot et se rangea dans le camp des Girondins. Lors de son arrivée à Paris, il s'inscrit à la société des amis des Noirs dont l'objectif était d'obtenir l'égalité entre les hommes blancs et de couleurs. Comme rapporteur du Comité diplomatique, il se signala par la demande de mise en accusation des frères du roi et la déclaration de la guerre à l'Autriche ().

Réélu à la Convention nationale, il devint membre du Comité de constitution et du Comité diplomatique. Au Procès de Louis XVI, il demanda la ratification par le peuple du jugement de la Convention nationale; se prononça pour la culpabilité du roi et pour la peine de mort, sans sursis. Armand Gensonné est un des plus modérés parmi les Girondins et on lui reprochera, au moment de son procès, un mémoire adressé au roi la veille du 10 août 1792 et ses relations avec Charles François Dumouriez. Il demanda des poursuites contre les auteurs des massacres de Septembre (1792).

Il fut président de l'assemblée du 7 au . Le , il fit partie des vingt-cinq membres du nouveau Comité de défense générale, appelé Commission de salut public, ancêtre du Comité de Salut Public, instauré par le décret du . Robespierre l'accusa de complicité avec Dumouriez.

Gensonné se récusa dans le scrutin à appel nominal sur la mise en accusation de Jean-Paul Marat, mais vota pour le rétablissement de la Commission des Douze.

Dénoncé par les sections de Paris, il fut décrété d'arrestation le 2 juin 1793 avec les Girondins, il aurait pu s'enfuir grâce à des complicités, il s'y refuse : « Je ne me fais aucune illusion sur le sort qui m'attend, mais je subirai sans m'avilir. Mes commettants m'ont envoyé ici : je dois mourir au poste qu'ils m'ont assigné. » Il fut traduit devant le Tribunal révolutionnaire du (3 au 9 brumaire an II ; condamné à mort, il fut guillotiné le 10 brumaire an II, avec vingt des vingt et un condamnés. Il fut inhumé au cimetière de la Madeleine.


Annexe[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Bertrand Favreau, « Gensonné, ou la fatalité de la Gironde », in François Furet et Mona Ozouf (dir.), La Gironde et les Girondins, Paris, Payot, collection « Bibliothèque historique Payot », 1991 p. 409-435.

Lien externe[modifier | modifier le code]