Armand Gaétan Razafindratandra

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Armand Gaétan Razafindratandra
Biographie
Naissance
à Ambohimalaza (Madagascar)
Ordination sacerdotale
Décès
à Majunga
Cardinal de l’Église catholique
Créé
cardinal
par le
pape Jean-Paul II
Titre cardinalice Cardinal-prêtre
de Ss. Silvestro e Martino ai Monti
Évêque de l’Église catholique
Consécration épiscopale par le
card. Victor Razafimahatratra
Fonctions épiscopales Évêque de Majunga (Madagascar)
Archevêque de Tananarive (Madagascar)

Blason
« Ut omnes unum sint »
(it) Notice sur www.vatican.va
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org
(en) Articles sur www.cardinalrating.com

Armand Gaétan Razafindratandra, né le à Ambohimalaza à Madagascar et mort le à Majunga[1], est un cardinal malgache, archevêque de Tananarive de 1994 à 2005.

Biographie[modifier | modifier le code]

Prêtre[modifier | modifier le code]

Après avoir été ordonné prêtre le pour le diocèse de Tananarive, Armand Gaétan Razafindratandra a été envoyé à l'Institut catholique de Paris suivre une spécialisation en pastorale catéchétique et des études en sciences sociales.

De retour dans son diocèse, il est nommé directeur de l'enseignement catéchétique et responsable des aumôneries des écoles publiques, tout en étant vicaire à la cathédrale.

Il est ensuite nommé à la tête d'un petit séminaire, puis du grand séminaire d'Ambatoroka.

Évêque[modifier | modifier le code]

Nommé évêque de Majunga (Madagascar) le , il est consacré le 2 juillet suivant par le cardinal Victor Razafimahatratra. Le 3 février 1994, il est nommé archevêque de Tananarive, charge qu'il assume jusqu'au , date à laquelle il se retire pour raison d'âge.

Il a présidé la conférence épiscopale malgache de 1997 à 2002.

Cardinal[modifier | modifier le code]

Il est créé cardinal par le pape Jean-Paul II lors du consistoire du avec le titre de cardinal-prêtre de Ss. Silvestro e Martino ai Monti.

Il s'éteint à Majunga (Madagascar) le samedi .

Liens internes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Dépêche ZENIT, 11 janvier 2009