Armand Blanquet du Chayla

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Armand Blanquet du Chayla
Image illustrative de l'article Armand Blanquet du Chayla

Naissance 9 mai 1759
à Marvejols
Décès 29 avril 1826 (à 66 ans)
à Versailles
Origine Français
Allégeance Drapeau du Royaume de France Royaume de France
Drapeau français République française
Drapeau de l'Empire français Empire français
Royal Standard of King Louis XIV.svg Royaume de France
Arme Pavillon de la marine royale française Marine royale française
Pavillon de la Marine de la République française Marine de la République
Pavillon de la Marine du Premier Empire Marine impériale française
Grade Vice-amiral honoraire
Années de service 17751803
Conflits Guerre d'indépendance des États-Unis
Guerres de la Révolution et de l'Empire
Commandement Le Tonnant
Le Franklin
Faits d'armes Campagne d'Égypte
Bataille d'Aboukir
Distinctions Comte d'Empire
Hommages Trois bâtiments de la marine française
Autres fonctions Commissaire général de la Marine

Parti : au 1er, d'argent, à la bande de gueules, chargée de trois quintefeuilles du champ et accompagnée en chef et en pointe d'un croissant de gueules, celui du chef renversé ; au 2e, d'azur au vaisseau à trois mâts d'or ; à la champagne de gueules, chargée du signe des chevaliers légionnaires.

Armand-Simon-Marie Blanquet du Chayla, né le 9 mai 1759 à Marvejols[1] (Gévaudan) et mort le 29 avril 1826 à Versailles, est un officier de marine français. Il sert pendant la guerre d'indépendance des États-Unis puis pendant les guerres de la Révolution et de l'Empire et termine sa carrière avec le grade de vice-amiral honoraire.

Biographie[modifier | modifier le code]

Armand-Simon-Marie Blanquet du Chayla est né à Marvejols, en Gévaudan, en 1759, d'une famille noble originaire du Chayla-d'Ance[2]. Il commence son service dans la marine en juin 1775 comme aspirant-garde. Deux ans plus tard, il devient garde-marine, et est placé au service du comte de Provence[3].

La Guerre d'Indépendance des États-Unis[modifier | modifier le code]

En 1778, il est enseigne de vaisseau à bord de l'Hector[4] au sein de l'escadre comte d'Estaing et part pour les Amériques ; il participe aux combats de Newport. Transféré sur la prise le Stanley, il est fait prisonnier par le vaisseau HMS  Culloden le 6 novembre 1778. Il ne rentre en France qu'en avril 1780.

Il part avec l'escadre du comte de Grasse en octobre 1780 et participe à tous les combats de la campagne : combat de Fort-Royal sur le Languedoc[5], bataille de la baie de Chesapeake sur le Palmier, puis de nouveau sur le Languedoc[6] aux combats de Saint-Christophe et il est gravement blessé au visage et aux jambes lors de la bataille des Saintes (avril 1782). Pendant cette campagne, il se lie d'amitié avec Laurent Truguet alors lieutenant de vaisseau embarqué sur les mêmes bâtiments que lui.

La paix signée, il participe à plusieurs missions en Méditerranée, notamment sur les côtes d'Albanie où, second sur la Belette, il livre un dur combat contre des pirates.

La Révolution[modifier | modifier le code]

Son premier commandement est la Flèche en 1791, toujours en Méditerranée. Il est promu capitaine de vaisseau en juillet 1792 au moment où Truguet est promu contre-amiral. Ce dernier l'appelle pour être son capitaine de pavillon sur le Tonnant dans l'escadre de la Méditerranée. Alors que l'escadre mouille devant Oneille (Oneglia), il est envoyé en tant que plénipotentiaire pour demander le ralliement de la ville à la République mais son canot est accueilli par une intense mousquetterie : deux officiers et cinq matelots sont tués et Duchayla, blessé. Cet incident conduit au bombardement pendant 36 heures de la ville et à sa destruction. Toujours au commandement du Tonnant, il participe au bombardement et à l'attaque manquée contre Cagliari (février 1793).

Pour échapper à la Terreur, il se réfugie à Chartres où il s'est marié en décembre 1790[7] ; il est, sans aucun fondement, mis sur la liste des émigrés, puis arrêté début 1794. Ses biens sont confisqués. Il est libéré à la suite du 9 Thermidor[8]. Dès sa nomination au ministère de la marine, Truguet l'appelle auprès de lui comme adjudant-major (fonction correspondant aujourd'hui à celle de chef de cabinet). Il est l'homme de confiance du ministre en butte aux violentes attaques des « Clichyens » hostiles au Directoire et surtout des partisans du rétablissement de l'esclavage dans les colonies. Il est l'un des principaux rédacteurs, aux côtés du ministre, du règlement de tactique navale de l'An V. Il est contre-amiral en septembre 1796.

Quand Truguet est révoqué du ministère, il est chargé du commandement d'une escadre à Brest (avril 1797 - février 1798)

L'escadre d'Égypte[modifier | modifier le code]

L'Orient à la bataille d'Aboukir. Le Franklin est tout à gauche.

En avril 1798, il reçoit le commandement de la seconde escadre au sein de la flotte de Brueys qui conduit Bonaparte pour la campagne d'Égypte. Son pavillon est sur le Franklin. Il s'illustre en dirigeant le débarquement et la prise de Malte. Lors du conseil de guerre à bord du vaisseau l'Océan, il s'efforce avec Dupetit-Thouars de convaincre Brueys de combattre à la voile mais, appuyé par Ganteaume (Honoré Joseph Antoine Ganteaume), Villeneuve et Decrès, l'amiral préfère combattre à l'ancre. Le lendemain la flotte est détruite, Brueys tué dans l'explosion de l'Océan, et Duchayla est gravement blessé, défiguré, le nez emporté par la mitraille. L'équipage du Franklin est décimé, son capitaine de pavillon tué. Duchayla survit mais est fait prisonnier.

Libéré sur parole quelques mois plus tard, il revient à Paris et critique avec véhémence les mauvais choix tactiques de Brueys et la passivité coupable des autres amiraux lors de la bataille d'Aboukir. Bonaparte qui n'a confiance que dans les quelques marins qu'il connaît, c'est-à-dire les autres rescapés d'Aboukir[9], n'admet pas ces critiques et le met en disgrâce. Lorsque Decrès devient ministre de la marine, Duchayla qui depuis deux ans réclame un commandement, comprend qu'il n'a plus rien à espérer et demande sa mise à la retraite, effective en octobre 1803. Il perçoit un traitement de retraite de vice-amiral sans toutefois en avoir reçu le titre.

Il est fait chevalier de l'Empire par lettres patentes du 21 décembre 1808.

La Restauration[modifier | modifier le code]

Il est promu par Louis XVIII vice-amiral honoraire le 1er mai 1816. Il reçoit également le titre de comte et meurt à Versailles le 29 avril 1826.

Les bâtiments ayant porté le nom Du Chayla[modifier | modifier le code]

Trois bâtiments de la Marine nationale française ont porté le nom de Du Chayla[10] :

  • Un corvette à hélice mise sur cale à Lorient en 1852, initialement lancée en 1855 sous le nom de Volta, elle devint la frégate Duchayla le 11 août 1859 et fut désarmée le 4 novembre 1875 puis démantelée à Lorient en 1890.
  • Un croiseur mis à flot en 1895 ; il fut retiré du service le 27 octobre 1921. Il servit comme école des officiers mécaniciens. Il fut démantelé à Lorient en 1933.
  • Un escorteur d'escadre D630 lancé le 27 novembre 1954 et désarmé le 15 novembre 1991. Il était parrainé par le département de la Lozère.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Nobiliaire universel de France sur Google Livres, p. 475
  2. De la même famille est issu l'abbé François de Langlade du Chayla dont le meurtre déclenche la guerre des camisards
  3. Archives nationales de la Marine C7 dossier Blanquet du Chayla
  4. A. N. Mar. B4/141 f°119 Rôle d'équipage de l'Hector 1778
  5. A. N. Mar. C6/617 Rôle d'équipage du Languedoc
  6. A. N. Mar. C6/697 Rôle d'équipage du Languedoc (2nd armement)
  7. Archives Départementales Eure & Loir E4/59 Baptêmes, Mariages Sépultures, Paroisse Sainte Foy
  8. Archives Départementales Eure & Loir 1Q 43
  9. Auguste Thomazi, Les Marins de Napoléon[réf. incomplète]
  10. http://www.netmarine.net/bat/ee/duchayla/ancien.htm NetMarine.net L'escorteur d'escadre Du Chayla sur le site de netmarine.net]

Sources[modifier | modifier le code]

  • E. Chevalier, Histoire de la Marine Française pendant la guerre d’Indépendance Américaine, Librairie Hachette & Cie, Paris 1884
  • E. Chevalier, Histoire de la Marine Française sous la 1re République, Librairie Hachette & Cie, Paris 1884
  • Georges Six, Dictionnaire Biographique des Généraux et Amiraux Français de la Révolution et de l'Empire Paris, Librairie Historique et Nobiliaire Georges Saffroy, 1934
  • Auguste Thomazi, Les Marins de Napoléon, Tallandier, Paris 1978
  • Onésime Troude, Les Batailles navales de la France (4 volumes) en particulier tomes 2 et 3, Paris 1867
  • Victoires, Conquêtes, Désastres, revers et guerres civiles des Français de 1792 à 1815 par une société de militaires et de gens de lettres, Paris de 1817 à 1821

Article connexe[modifier | modifier le code]