Armadillidium

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les Armadillidium constituent un genre au sein des crustacés terrestres appelé cloportes. Les Armadillidium sont souvent confondus avec des myriapodes tels que Glomeris marginata. Ils se caractérisent par leur capacité à se mettre en boule lorsqu'ils sont dérangés. Ils se nourrissent principalement de mousses, d'algues, d'écorces et d'autres matières organiques en décomposition. Ils sont communément trouvés dans des endroits humides tels que les feuilles en décomposition ou le sol. Armadillidium vulgare est l'espèce la plus représentée en Europe et a été disséminée sur l'ensemble de la planète par les activités humaines.

La coloration remarquable des jeunes A. klugii imite la forme de sablier rouge que porte les araignées veuves noires de Méditerranée Latrodectus tredecimguttatus. Il s'agit probablement d'un genre de mimétisme permettant d'éviter les prédateurs, ces derniers prenant cet animal sans danger pour une araignée venimeuse.

Contrairement aux autres arthropodes tels que les insectes ou les araignées, les cloportes ne possèdent pas de cuticule cireuse leur permettant de réduire la transpiration de leur corps. D'autre part, ils possèdent aussi un système respiratoire atypique appelé pseudotrachées leur permettant de respirer, ce système respiratoire devant toujours être humide pour être fonctionnel. Un individu peut vivre généralement de 2 à 3 ans. Les femelles peuvent réaliser une à deux portées par an du printemps à l'automne. À chaque portée, une centaine d'œufs est pondue dans un marsupium correspondant à une poche ventrale. Le marsupium doit être maintenu rempli de liquide marsupial jusqu'à ce que les petits émergent de la mère et se dispersent.

Espèces[modifier | modifier le code]

Il y a 178 espèces reconnues dans le genre Armadillidium[1] :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Helmut Schmalfuss, « World catalog of terrestrial isopods (Isopoda: Oniscidea) — revised and updated version », Stuttgarter Beiträge zur Naturkunde, Serie A, vol. 654,‎ 2003, p. 341 (lire en ligne)

Sur les autres projets Wikimedia :