ArmA II

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Arma.
ArmA II
Image illustrative de l'article ArmA II

Éditeur 505 Games
Morphicom (Allemagne)
Développeur Bohemia Interactive Studio
Concepteur Bohemia Interactive Studio

Date de sortie Juin 2009
Genre Jeu de tir tactique / simulation militaire / FPS / Tir 3eme personne
Mode de jeu Solo, Internet, réseau local (multijoueurs jusqu'à plus de 100 joueurs)
Plate-forme PC
Média DVD ou dématérialisé steam
Contrôle Clavier et Souris
Optionnel : joystick, volant, TrackIR
Configuration minimum - PC
Système d’exploitation Windows XP/Vista
Processeur Dual Core
Mémoire vive 1 Go
Carte graphique Gtx 680, Shader Model 3, 256 RAM (~7800GTX)
Configuration recommandée - PC
Système d’exploitation Windows XP/Vista
Processeur Dual Core
Mémoire vive 2 Go
Carte graphique DirectX 9, Shader Model 3, 512 RAM (~8800GT)

ArmA II (aussi appelé – à tort – Armed Assault 2 — voir les appellations) est la suite de la simulation de fantassin ArmA: Armed Assault. Cette série est développée par Bohemia Interactive Studio, créateurs de Operation Flashpoint, dont ArmA et ArmA II sont les suites spirituelles. Le jeu a reçu une suite en 2013, ArmA 3.

ArmA II[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

ArmA II se déroule dans un passé proche (2009) à Tchernarus, un ex-pays soviétique où une guerre civile fait rage.
L'escouade du joueur est envoyée dans cette contrée afin de limiter les pertes civiles et d'assurer la stabilité de la région ou a Takistan en Afghanistan.

Système de jeu[modifier | modifier le code]

Comme chez ses prédécesseurs, ArmA II place le joueur dans la peau d'un fantassin parmi les autres, pion sur le damier d'un gigantesque champ de bataille.
La campagne principale de ArmA II change par rapport à ses ancêtres dans le fait que le joueur fait dorénavant partie d'une unité d'élite de quatre hommes, avec chacun sa personnalité.
Les missions solo et l'éditeur, eux, permettent toujours de rester dans l'esprit du simple "rouage" dans la mécanique de guerre.

Team Razor[modifier | modifier le code]

L'équipe de reconnaissance Razor fait partie de la fictive 27th MEU (27ème unité expéditionnaire de marines) de l'United States Marine Corps. Le joueur ne contrôle qu'une escouade de quatre soldats, le sergent Miles quittant le groupe pour mener des opérations de commandement. Voici les cinq membres de l'équipe tels que présentés par Bohemia :

  • First sergeant Patrick "Eightball" Miles : chef de l'unité, excellent leader, expert en langues étrangères
  • Master sergeant Matt "Coops" Cooper : second, expert en reconnaissance et langues slaves, très sociable
  • Staff sergeant Randy "Ice Cold" Sykes : sniper, expert en reconnaissance avancée, camouflage et tir de précision, garde ses distances
  • Staff sergeant Brian "Scarlet" O'Hara : médecin de terrain, spécialisé en chirurgie militaire et traumatologie, l'homme prudent
  • Sergeant Chad "Robo" Rodriguez : mitrailleur, excellent tireur et connaissance encyclopédique des armes à feu, casse-cou

Campagnes[modifier | modifier le code]

Une des avancées les plus remarquables concernant le jeu en équipe est le fait de pouvoir jouer les campagnes en multijoueurs (en réseau local ou par internet) avec la possibilité de sauvegarder — voir la catégorie Multijoueurs.

Campagne scénarisée[modifier | modifier le code]

Le joueur incarne les personnages de l'équipe de reconnaissance USMC Razor qui rencontrera divers déboires durant ses missions. L'ambiance de la campagne est plus proche de celle de Operation Flashpoint que de celle de Armed Assault, les soldats "joués" ayant un nom et une histoire, abandonnant ainsi le concept du soldat anonyme.

L'idée de gagner de l'expérience a été abandonnée dans cette campagne, l'histoire s'étalant au maximum (en jouant toutes les missions secondaires) sur deux semaines ; selon un développeur, la possibilité d'améliorer ses capacités, comme sa force, serait déplacé.

Cette campagne se présente sous la forme de grandes missions aux objectifs et adversaires dynamiques sur une structure mélangeant celle de OFP et ArmA premier du nom, soit une campagne quasi-rectiligne avec des missions annexes disponibles.

Plusieurs fins sont possibles et les agissements du joueur se répercutent sur le déroulement de la campagne. Par exemple, si le joueur dans les premières missions abat malencontreusement beaucoup de civils, ceux-ci seront plus récalcitrants à donner des informations au joueur, voire se rebelleront contre la présence américaine et affronteront l'unité du joueur, rendant ainsi la progression plus ardue.

Il sera possible pour le joueur de trouver des preuves des massacres commis par les ennemis (ex : civile abusée, meurtres de villageois…)

La durée du jeu la plus courte est de quelques heures. En effet, à un moment donné, le joueur à le choix entre retourner au pays, et rester. Même en partant, provoquant l'échec du jeu, le scénario sur la suite des événement reste le même.


Solo[modifier | modifier le code]

Le mode solo est constitué d'une campagne d'une petite dizaine de mission (connue sous le nom de "Harvest Red" ou "Récolte Rouge"), ainsi que de plusieurs petites missions solo.

De plus, il est toujours possible d'ajouter toutes les missions et campagnes créées par la communauté de joueurs.

Multijoueurs[modifier | modifier le code]

  • Bohemia Interactive Studio annonce enfin la possibilité de jouer les campagnes en multijoueurs : la campagne principale "USMC Razor" est d'ailleurs jouable à 4 joueurs. Il n'y a pas de limite théorique au nombre de joueurs, cette limite de 4 joueurs s'explique au vu du nombre d'hommes dans l'unité Razor. À noter que la campagne est jouable non seulement en LAN mais aussi via Internet.
  • La fameuse mission Warfare présente dans la série depuis le patch ArmA 1.14, se retrouve dans ArmA II, mise à jour et adaptée à Chernarus. Il s'agit d'une mission de capture d'île avec gestion de ressource à la RTS. La mission oppose 2 camps (éventuellement plus dans ArmA II) ayant chacun un commandant, humain ou IA, élu par les joueurs. Le but des soldats est de capturer le maximum de villes pour accroitre leur revenu (qui leur permettra de s'acheter des armes, des soldats, des véhicules) et pour permettre au commandant d'obtenir des points de soutien (qui lui permettra de construire de nouvelles infrastructures). Le rôle du commandant est de construire et de fortifier sa base bien qu'il puisse lui aussi rejoindre le combat. La mission se termine dès qu'un camp est mis hors d'état de combattre par la perte totale de ses infrastructures, que le temps est écoulé ou que le contrat sur le nombre de villes à capturer est rempli.
  • Les modes de jeux issus de OFP et ArmA sont eux aussi de la partie avec les modes Coop (Humains contre IA), PvP (Humains (+IA) contre Humains (+IA)) tels que l'AD (assaut-défense), les CTF (capture de drapeau), les Capture and Hold et le Deathmatch et Team Deathmatch. Le mode en multijoueur est Watseland ; on peut choisir entre 3 équipes soi les Blue fort, les Red fort, ou les Indépendants. On peut construire des bases ou en démolir, il y a des objectif secondaire comme de réparer un tank ou capturé des caisse de munitions.
  • Un mod assez connu nommé DayZ plonge le joueur dans un monde post-apocalyptique où il doit faire face à des Zombies ayant envahi la map du jeu, ainsi qu'aux autres joueurs. La faim, la soif et de nombreux paramètres sont gérés, et le joueur doit trouver son matériel en explorant les bâtiments.

Appellations[modifier | modifier le code]

  • ArmA II est la suite directe de Operation Flashpoint - Cold War Crisis (aujourd'hui édité sous le nom ArmA - Cold War Assault), et de ArmA - Armed Assault.
  • Il existe une légère discorde sur le nom du jeu : écrit ArmA II, Marek Španěl a pourtant confié que ArmA n'était plus (pas ?) le raccourci pour "Armed Assault" mais bel et bien le mot "Arma" : "Guerre" ou "Arme" en latin[1],[2]. Selon Marek, la série se nomme Arma, le premier épisode étant sous-titré "Armed Assault" ("Combat Operations" aux USA).

ArmA 2: Operation Arrowhead[modifier | modifier le code]

ArmA 2: Operation Arrowhead
Image illustrative de l'article ArmA II

Développeur Bohemia Interactive Studio
Concepteur Bohemia Interactive Studio

Date de sortie 29 juin 2010
Genre Jeu de tir tactique / simulation militaire / FPS / Tir 3eme personne
Mode de jeu Solo, Internet, réseau local (multijoueurs jusqu'à plus de 100 joueurs)
Plate-forme PC
Média DVD ou dématérialisé steam
Contrôle Clavier et Souris

Optionnel : joystick, Volant, TrackIR

Configuration minimum - PC
Système d’exploitation Windows XP/Vista
Processeur Core ou Dual Core
Mémoire vive 1 Go
Carte graphique DirectX 9, Shader Model 3, 512 RAM (~8600GT)
Configuration recommandée - PC
Système d’exploitation Windows XP/Vista
Processeur Core i5 ou Phenom X4
Mémoire vive 2 Go
Carte graphique DirectX 9, Shader Model 3, 896 RAM (~GTX260)

ArmA 2: Operation Arrowhead (abrévié aussi ArmA 2: OA) est une extension autonome de ArmA 2.

ArmA II: Operation Arrowhead comprend trois nouvelles cartes multijoueurs, de nouveaux véhicules équipements, de nouvelles factions, avec une nouvelle campagne[3],[4].

ArmA 2: Operation Arrowhead se déroule dans le pays fictif de Takistan pendant l'été 2012, près de trois ans après le conflit de Tchernarus de l'automne 2009 qui est représentée dans ArmA 2[5]. En mode solo du jeu de la campagne, les forces américaines sont envoyées dans Takistan afin de renverser le gouvernement dictatorial du pays[6]. Les joueurs ont la possibilité d'effectuer des tâches facultatives tout au long du jeu, ce qui permet de multiples fins[7].

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1988, suite à la défaite de la monarchie en place, des groupes tribaux de socialistes et de royalistes s'affrontent pour s'imposer au Takistan. Chaque faction est soutenue par des superpuissances mondiales (les Royalistes par les États-Unis et les Socialistes par l'URSS) qui leur fournissent un appui afin de conserver le contrôle stratégique des vastes ressources de la nation, notamment de ses réserves de pétrole et ses immenses gisements de précieux minerais.

Forts du soutien ouvert de l'armée soviétique et d'importants envois d'armes orientales, les Socialistes s'imposent en 1992. Mais des poches de résistance royalistes subsistent. Les réserves de pétrole brut sont rapidement exploitées pour étendre et renforcer la police d'état et les forces armées du Takistan. Des missiles balistiques Scud-B, des porte-missiles et des recherches clandestines portant sur des armes chimiques contribuent à la prolifération de réserves militaires visant à asseoir la puissance militaire du Takistan, et, au-delà, à resserrer l'emprise de la domination soviétique.

Le 17 avril 2012, les factions royalistes, avec l'appui supposé des agents de la CIA, soucieux de déstabiliser le dangereux régime, ébranlent considérablement la production de pétrole brut. Un raid bien coordonné sur les champs pétrolifères porte trois sérieux coups au régime en place : la perte d'une année de production de pétrole brut, la destruction de 68% des puits pétrolifères du pays et la pénurie soudaine des ressources nécessaires au maintien du Takistan.

Les organes du pouvoir commencent à vaciller et des voix de mécontentement se mettent à gronder. Dans un ultime effort visant à conserver les rênes du pouvoir, le Bureau Suprême Socialiste menace le Karzeghistan voisin d'utiliser des armes chimiques si le plateau de Sharig, riche en pétrole et partie intégrante du territoire de Takistan, usurpé par le règne britannique sous l'ère monarchique, n'était pas immédiatement restitué au peuple du Takistan.

Le 1er juin 2012, quelques jours après l'ultimatum, les forces de l'Alliance déploient des bases dans les territoires contrôlés par les rebelles et lancent l'opération Arrowhead avec pour objectif de neutraliser la menace de lancement de lancement de missiles balistiques et de déjouer une éventuelle attaque contre le Karzeghistan avant toute tentative d'intervention humaine ou politique.

Force opérationnelle Knight[modifier | modifier le code]

La force opérationnelle Knight, commandé par le colonel Kane, est chargé de mener une opération au cœur du Takistan central. Cette opération se nomme Arrowhead (en français : pointe de flèche). Au cours de la campagne, le joueur incarnera plusieurs protagonistes :

  • Corporal Howard "Hitman" Drake : Fusilier, infanterie aéroportée.
  • First Lieutenant Ben "Badger" Herrera : Tankiste.
  • Captain Garry "Renegade 1" Pierce : Pilote de combat.
  • Sergeant First Class Terry "Gambler" Graves : Force spéciale.

Développement[modifier | modifier le code]

ArmA 2: Operation Arrowhead utilise une version personnalisée du moteur Real Virtuality 3 de Bohemia Interactive. Le jeu permet à l'utilisateur d'inclure le contenu original d'ArmA II dans le jeu[8]. Sinon les deux jeux peuvent être achetés ensemble dans un package appelé ArmA 2: Combined Operations. Plusieurs correctifs ont été effectués à ArmA 2: Operation Arrowhead, y compris des patchs bêta publique[9].

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

ArmA 2: Operation Arrowhead inclus du matériel de l'United States Army, mais avec quelques libertés créatives prises par les développeurs. La carabine M4 de l'armée américaine a été remplacé par le Mk.16 et Mk.17 en jeu. De nouveaux véhicules blindés, qui n'ont pas été inclus dans ArmA 2, comme le Stryker ICV et le Bradley IFV, ont été introduit. L'US Marine Corps, qui figurait en bonne place dans ArmA 2, n'a pas été inclus dans ArmA 2: Operation Arrowhead et a été remplacé par des soldats de l'United States Army portant l'uniforme de combat en camouflage digital. En outre, trois nouvelles factions sont inclus: l'OTAN, les forces de maintien de la paix des Nations Unies du pays fictif de Tchernarus, et l'armée Takistanaise. Les forces de l'OTAN sont l'United States Army, les forces armées tchèques et le Kommando Spezialkräfte allemand[10].

Le jeu offre aussi la disponibilité de disposer de la technologie d'imagerie thermique FLIR compris sur des véhicules tel que l'AH-64D Apache Longbow. Dans le jeu, les véhicules en mouvement et les humains vivants s'affichera une fois vu par FLIR, comme dans la vraie vie.

Contenu téléchargeable[modifier | modifier le code]

  • Le 29 août 2010, un pack de contenu téléchargeable, nommé British Armed Forces (BAF), a été publié dans le monde entier afin d'ajouter la faction de l'armée britannique pour le jeu, comprenant de nouvelles unités et des véhicules ainsi qu'un nouvel environnement de 4 km2[11].
  • Le second contenu téléchargeable, Private Military Company (PMC), ajoute la possibilité au joueur d'incarner un mercenaire d'une société militaire privée. Il comprend également une nouvelle campagne, de nouveaux véhicules, ainsi qu'une nouvelle carte[12].

Les DLC BAF et PMC ont été regroupés sur un DVD qui est disponible sous le nom de ArmA 2: Reinforcements depuis 1er avril 2011[13].

  • Le 1er août 2012, un troisième DLC, intitulé Army of the Czech Republic (ACR) est disponible. En plus d'ajouter de nouvelles unités tchèques au jeu, il offre la possibilité de découvrir deux nouveaux terrains[14].

Anecdote[modifier | modifier le code]

Le réseau de diffusion ITV, de la télévision britannique, a utilisé des images du jeu ArmA 2 dans un documentaire diffusé le 26 septembre 2011 intitulée "Exposition: Kadhafi et l'IRA". La chaîne aurait confondu, par erreur, avec des images prises lors d'une attaque de l'IRA en 1988. Le diffuseur s'est excusé, accusant une erreur humaine.

Un porte-parole d'ITV a commenté l'erreur et dit:

"Les événements présentés dans "Exposition: Kadhafi et l'IRA" étaient authentiques. Mais il semble que, pendant le processus de montage, le bon clip de l'incident de 1988 n'a pas été sélectionné et d'autres images ont été inclus par erreur dans le film par les producteurs. Il s'agit d'un cas malheureux d'erreur humaine dont nous nous excusons."'[15]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]