ArmA 3

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
ArmA 3
image

Développeur Bohemia Interactive
Concepteur Bohemia Interactive

Date de sortie 12 septembre 2013
Genre Jeu de tir tactique / Simulation militaire / FPS / Tir 3e personne
Mode de jeu Solo, Internet et réseau local (multijoueurs jusqu'à plus de 100 joueurs)
Plate-forme Windows
Média Dématérialisé Steam, DVD
Contrôle Clavier, souris et périphérique de jeu

Évaluation EUR PEGI : 16
Configuration recommandée - PC
Système d’exploitation Windows vista et supérieur
Processeur Intel Core i5-2300/AMD Phenom II X4 940
Mémoire vive 4 Go DDR3 - 1666 Mhz
Carte graphique DirectX 11, Nvidia GeForce GTX 560 /AMD Radeon HD 7750
Espace disque 25 Go
Réseau Connexion Internet et compte Steam pour l'activation
Configuration minimum - PC
Système d’exploitation Windows Vista SP2

Windows Vista ou supérieur

Processeur Intel Dual-Core 2.4 GHz/AMD Dual-Core Athlon 2.5 GHz
Mémoire vive 2 Go DDR3 - 1666 Mhz
Carte graphique DirectX 10, Nvidia GeForce GT 8800/AMD Radeon HD 3830
Espace disque 15 Go
Réseau Connexion Internet et compte Steam pour l'activation

ArmA 3 est la suite de la simulation d’infanterie ArmA II. Cette série est développée par Bohemia Interactive, créateurs de Operation Flashpoint, ainsi que de la lignée ArmA.

Histoire[modifier | modifier le code]

La campagne de ArmA 3, intitulée « Vent d'Est », est disponible en trois épisodes donnés sous forme de mises à jour gratuites :

  • Le premier épisode « Survivre » (en anglais "Survive"), sorti le 31 octobre 2013[1].
  • Le deuxième épisode « S'adapter » (en anglais "Adapt"), sorti le 21 janvier 2014[2].
  • Le troisième épisode « Vaincre » (en anglais "Win"), sorti le 20 mars 2014[3].

Cette campagne relate les événements donnant lieu au déclenchement d'un conflit éclair se déroulant dans la petite république insulaire d'Altis et Stratis au cœur de la Méditerranée. Le mandat de maintient de la paix des forces de l'OTAN arrivant à son terme, la Force Opérationnelle Égide (en anglais Task Force Aegis) poursuit le démantèlement de ses bases sur le territoire altien dans un climat tendu alors que les troupes altiennes font preuve d'hostilité envers leurs supposés alliés.

Introduction[modifier | modifier le code]

L'introduction de la campagne est une diffusion de AAN World News (fausse chaîne télévisée de ArmA 2 et ArmA 3 fictive ressemblant à la BBC) il est principalement dit que l'OTAN arrive à la fin de son mandat à Altis, et que l'OTAN est en pleine crisé économique du à la progression fulgurante du CSAT en Europe et en Méditerranée. Il est aussi dit que la FIA est presque à bout, et que l'AAF compte demandé l'aide du CSAT[4].

Premier épisode[modifier | modifier le code]

Lors du premier épisode le joueur tient le rôle d'un rescapé des forces américaines sur l'île de Stratis, le caporal Ben Kerry, luttant pour sa survie face aux troupes de l'AAF (Altis Armed Forces). Les survivants de l'OTAN tentent de reprendre le contrôle de l'île après s'être installés dans une base désaffectée sous le commandement du capitaine Miller.

Deuxième épisode[modifier | modifier le code]

Dans le deuxième épisode de cette campagne, le caporal Kerry se retrouve échoué sur l'île d'Altis. Il va alors rejoindre les membres du FIA, rebelles luttant pour la chute du gouvernement actuel dans la république d'Altis.

Troisième épisode[modifier | modifier le code]

Dans le troisième et dernier épisode, après l'intervention massive de l'OTAN, Kerry participera à des opérations ayant pour objectif de neutraliser les forces de l'AAF avec le reste de l'OTAN ayant repris le contrôle de Stratis.

Environnement[modifier | modifier le code]

Le jeu se déroule sur deux îles, la principale étant Altis[5], la seconde Stratis[6]. Les îles sont fortement inspirées de deux îles grecques du nom de Lemnos et Agios Efstràtios, bien que leurs superficies soient légèrement plus faibles que les îles originales : 400 km2 annoncés pour Altis (au lieu de 478 km2, soit 85% de l'échelle), 30 km2 pour Stratis (au lieu de 43 km2, soit 70% de l'échelle). Cela représente pour Altis une surface de jeu équivalente au cumul des cartes du Takistan et de Chernarus. De plus, les développeurs ont annoncé la possibilité d'explorer les fonds marins sur l'équivalent de 100 à 150 km2.

Sur l'île principale, la majeure partie des villes et villages sont reproduits, soit une cinquantaine environ. L'île a été légèrement modifiée pour les besoins du développement. Ainsi, certains lacs à l'est de l'île sont absents. Une possible explication viendrait du fait que le jeu se déroule en 2035.

Système de jeu et contenu[modifier | modifier le code]

ArmA III est un jeu de tir à la première personne axé sur la simulation militaire. Plusieurs ajouts et innovations de gameplay sont apportés au jeu, tels qu'une gestion de la physique poussée grâce au moteur PhysX et à la gestion du ragdoll, l'ajout de plongée sous-marine, la présence de sous-marins, la personnalisation des armes et des personnages, les nuages et le brouillard volumétriques, ou encore la possibilité d'entrer et de détruire de nombreux bâtiments. Enfin, de nombreuses armes et véhicules sont présents.

Armées[modifier | modifier le code]

De nombreuses factions sont présentes dans ArmA III, divisées en quatre camps disctincts:

  • BLUFOR, composé de deux factions,
  1. L'OTAN, composé de membres de plusieurs pays, cette facion coopère avec l'AAF dans le cadre d'une mission de maintien de paix.
  2. FIA, la « Freedom and Independance Army » (Armée de la Liberté et de l'Indépendance) est un groupe rebelle opposé à l'actuel gouvernement Altien.
  • OPFOR, camp composé d'une seul faction,

Le CSAT, « Canton-Protocol Strategic Alliance Treaty » (Traité de l'Alliance Stratégique de Canton), est la faction opposée à l'OTAN la plus puissante économiquement comme militairement.

  • INDÉPENDANT, composé d'une seul faction,

L'AAF, « Altis Armed Forces » (Forces Armées d'Altis) est la principale faction opposée à l'OTAN dans la campagne.

  • CIVIL, Arma contient aussi des personnages civils et des animaux (chiens, chèvres, lapins...).

Armes[modifier | modifier le code]

Chaque faction du jeu contient un panel d'armes varié[7]:

OTAN
  • Fusil d'assaut : MX, MX3GL (6,5mm)
  • Fusil de précision : MXM (6,5mm)
  • Mitrailleuse : MX SW (6,5mm)
  • Sniper : M320 LRR (.408)
CSAT
  • Fusil d'assaut : Katiba, KatibaGL (6,5mm)
  • Fusil de précision : Rahim (7,62mm)
  • Mitrailleuse : Zafir (7,62mm)
  • Sniper : GM6 Lynx (12,7mm)
FIA
  • Fusil d'assaut : TRG21, TRG21EGLM (5,56mm)
  • Fusil de précision : MK18 EBR (7,62mm)
  • Mitrailleuse : MK200 (6,5mm)
  • Sniper : Aucun par défaut
AAF
  • Fusil d'assaut : MK20, MK20GL (5,56mm)
  • Fusil de précision : MK18 EBR (7,62mm)
  • Mitrailleuse : MK200 (6,5mm)
  • Sniper : GM6 Lynx (12,7mm)

Véhicules[modifier | modifier le code]

À la manière des premiers opus de la série, de nombreux véhicules sont jouables, tel que l'Oshkosh M-ATV (appelé « Hunter » en jeu, et successeur du HMMWV), le VTT de reconnaissance Fennek et le VTT Patria AMV. Des véhicules israéliens comme le VTT Namer et le char de combat Merkava IV qui dans le jeu est utilisé par l'OTAN.

L'hélicoptère d'attaque RAH-66 Comanche sera présent tandis qu'il sera possible de piloter des avions multirôles comme une version améliorée du A-10 ou encore l'avion d'entraînement avancé et d'appui tactique Aero L-159 Alca utilisé par l'AAF dans cet opus.

À noter aussi la présence de véhicules fictifs tels que le Mi-48 Caïman résultant du croisement entre un Mi-28 « Havoc » et le rotor contrarotatif du Ka-50 « Hokum » tout en possédant un compartiment pour transporter une escouade de soldats. Un char fictif, fortement inspiré du prototype de char russe Black Eagle, apparait dans Arma 3. Il est équipé d'un camouflage numérique.

Enfin, des bateaux semi-rigides et un sous-marin sont pilotable pour les opérations maritimes.

Contenu téléchargeable[modifier | modifier le code]

Arma 3 possède aussi du contenu téléchargeable.

  • « Zeus », DLC ajouté gratuitement lors d'une mise à jour, il ajoute plusieurs missions où un joueur incarnant Zeus contrôle entièrement la partie, en créant des IA, des point de réapparition du joueur, ou encore des objectifs dans un éditeur 3D en temps réel.
  • « Vent d'Est », la campagne solo, en 3 épisodes, disponible gratuitement.

Arma 3, sera soutenu jusqu'en 2015, d'autres DLC sont prévus comme l'ajout d'une nouvelle île[réf. nécessaire].

  • « Karts » est le premier DLC payant de Arma 3. Il permet au joueur d'utiliser de nouveaux véhicule : les karts. Le pack inclut quelques circuits pour Kart en solo ainsi qu'une nouvelle arme et de nouvelles unités.

Modifications, éditeur, serveurs dédiées[modifier | modifier le code]

Arma 3 permet la création de contenus communautaires ainsi que des serveurs dédiés.

Modifications[modifier | modifier le code]

Des outils de modding sont fournis par Bohemia Interactive, afin de créer des modifications disponibles via le Workshop de Steam ou des sites spécialisés comme Armaholic.

Ces modifications peuvent être des objets (armes, véhicules...), des cartes ou encore des améliorations des fonctionnalités du jeu (sons, explosions, système de soins… ).

Éditeur[modifier | modifier le code]

Un éditeur de mission intégré au jeu permet la création de missions sans aucune connaissance de la programmation. Pour réaliser des missions plus évoluées une connaissance de la programmation[8] reste nécessaire.

Serveurs dédiés[modifier | modifier le code]

Pour le multijoueur, Bohemia interactive met à disposition deux serveurs dédiés sous Windows et Linux, ce qui permet à n'importe qui de créer un serveur de jeu avec des missions officielles ou communautaires.

Faits divers[modifier | modifier le code]

Deux développeurs du jeu présents sur l'île de Lemnos, dans le cadre de vacances personnelles, y ont été arrêtés le 9 septembre 2012 pour espionnage, quelques images de leur vidéo faisant figurer des bâtiments militaires se trouvant sur un aéroport mixte grec (civil et militaire). Ils ont été libérés sous caution le 15 janvier 2013 pour rentrer en République Tchèque. Suite à cet incident, Bohemia Interactive a décidé de changer le nom de l'île, qui devait originellement s'appeler Limnos[9] en référence à l'île originelle, ainsi que son emplacement. Elle se situe désormais au sud de la mer Adriatique.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]