Arménien occidental

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L'arménien occidental (en arménien Արեւմտահայերէն, appelé aussi achkharapar, Աշխարհաբար) est une forme de la langue arménienne parlée au sein de la diaspora arménienne, excepté dans les communautés arméno-iraniennes et arméno-russes.

L'instabilité politique et étatique de l'Arménie historique a également joué sur l'évolution de la langue. Régulièrement, l'Arménie perd son indépendance en tant qu'État, et par conséquent, les régions s'isolent. La langue classique, le grabar, accomplit son travail unificateur jusqu'au XIXe siècle. Les différences s'accentuent davantage entre les dialectes selon le partage du pays entre les grandes puissances successives : la Perse, l'Empire byzantin, la Turquie ottomane, la Russie

À partir du XIIe siècle, à la suite de la création du royaume arménien de Cilicie et de la coopération avec les croisés, l'arménien emprunte au français des mots du domaine administratif, économique, sociétal, etc. Les lettres o et f (օ, ֆ) font ainsi leur entrée dans l'alphabet arménien.

L'arménien occidental se forme et obtient sa légitimité de langue à Constantinople (Istanbul), autour du patriarcat, sur la base du dialecte arménien de la ville. Il devient par la suite la variante occidentale de l'arménien moderne. L'écart se creuse avec l'arménien oriental qui se construit sur des dialectes de la plaine d'Ayrarat.

L'arménien occidental est parlé dans les communautés arméniennes du Moyen-Orient, d'Europe et d'Amérique. Il est également parlé par une petite communauté en Turquie. Mais l'arménien occidental est parlé par seulement un petit pourcentage des Arméniens en Turquie, avec 18 pour cent parmi la population générale et 8 pour cent chez les jeunes[1]. Il est défini par l'UNESCO comme étant l'une des langues en danger parlées en Turquie[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Ruben Melkonyan, « “Review of Istanbul’s Armenian community history” », sur Panorama.am,‎ 29 septembre 2010 (consulté le 14 décembre 2010).
  2. (en) Tolga Korkut, « UNESCO: 15 Languages Endangered in Turkey », sur Bianet.org,‎ 22 février 2009 (consulté le 31 octobre 2009).

Voir aussi[modifier | modifier le code]