Armée de l'Inde (Raj britannique)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’armée de l'Inde contemporaine, voir Forces armées indiennes.

L'Armée de l'Inde (anglais : Army of India) était la force armée du Raj britannique.

Entre 1903 et 1947, l'Armée de l'Inde comprenait deux entités distinctes :

  • l'Armée indienne (Indian Army) composée de régiments indigènes ;
  • l'Armée britannique en Inde (British Army in India) constituée de régiments britanniques stationnés en Inde.

Devant d'abord assurer la sécurité de l'Inde elle-même et des missions de maintien de l'ordre interne, l'Armée de l'Inde servit aussi en dehors des limites du territoire, en particulier lors des deux guerres mondiales.

Origine[modifier | modifier le code]

La batterie de montage N° 4 (Hazara) avec un RML 7 pounder "Steel Gun" vers 1895.

Après la révolte des Cipayes en 1858, les Indes furent placées sous contrôle de la couronne britannique, devenant ainsi le Raj britannique. Parmi les nombreuses réformes figurait la réorganisation de l'armée. L'Indian Army comprenait à cette époque des unités indiennes (dont les célèbres Gurkhas) et britanniques. Elle était divisée en trois corps :

  • l'armée du Bengale
  • l'armée de Madras
  • l'armée de Bombay

Elle participa notamment à l'invasion du Tibet en 1903/1904.

Au début du XXe siècle, Horatio Herbert Kitchener réunit ces trois unités et sépara les troupes en deux parties distinctes :

  • l'Indian Army (armée des Indes) avec des soldats indiens et des officiers britanniques
  • la British Army (armée britannique) avec des troupes en provenance du Royaume-Uni et qui après une vingtaine d'années fut renommée en British Army in India.

Cette séparation fut conservée jusqu'à la fin de l'armée en 1947. Les unités britanniques et indiennes furent commandées par une structure en commun, avec une armée répartie au nord et au sud, composée de 9 divisions d'infanterie et 8 brigades de cavalerie.

Après la fusion effectuée par Kitchener, l'Indian Army comptait 141 890 hommes dans l'infanterie, 24 854 hommes (cavalerie) et 3 104 hommes (artillerie). Quant à la British Army in India, elle comptait 77 075 hommes dans l'infanterie, 6 065 hommes (cavalerie) et 17 140 hommes (artillerie).

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Des soldats de l'armée des Indes en Flandres en 1915.

Lors de la Première Guerre mondiale 1914-1918 l'Angleterre confia son armée des Indes commandée pas Horatio Herbert Kitchener le débarquement en France pour combattre au côté de leurs alliés notamment en Flandres en 1915. Elle était divisée en plusieurs forces :

  • La force A a été intégrée au Corps expéditionnaire britannique. La Force A était les troupes venant des Indes intégrées au C.E.B, ils arrivèrent le 30 septembre 1914 à Marseille. Elle était formée de quatre divisions[1] qui furent regroupées en un Corps d'armée indienne, deux divisions d'infanterie et un Corps de cavalerie indienne aussi à deux divisions. Elles étaient commandées par James Willcocks[2]. Le corps de Lahore fut en tête lors de la Bataille de La Bassée. La Force A fut démantelée et son infanterie envoyée en Égypte en octobre 1915, la perte des officiers parlant et étant habitués aux troupes se fit cruellement sentir, presque autant que le froid. La force A n'avait pas d'artillerie régimentaire, manquait d'entrainement sur le matériel moderne.

Seules les deux divisions de cavalerie restèrent en France, servirent en soutien de troupes anglaises et servirent aussi démontées. Elles furent retirées en mars 1918 pour aller aussi en Égypte.

Plus de 130 000 Indiens servirent en France et en Belgique, plus de 9 000 y laissèrent la vie[3].

Personnalités y ayant servi :

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Troupes indiennes arrivant à Singapour en 1941

Les forces armées combattant en Asie de l'Est furent placées sous le commandement du South East Asia Command tandis que beaucoup d'unités participèrent a la guerre du Désert en Afrique du Nord, aux opérations au Moyen-Orient dont l'invasion anglo-soviétique de l'Iran et la campagne d'Italie.

De nombreux prisonniers de guerres indiens furent recrutés en Europe par les Allemands dans la SS Freies Indien Legion, par les Italiens dans le Battaglione Azad Hindoustan ou par les Japonais avec l'Armée nationale indienne pour combattre à leurs cotés sous l'égide des leaders indépendantistes comme Subhash Chandra Bose. À la fin de la guerre, des procès furent intentés entre novembre 1945 et mai 1946 au Fort Rouge à Delhi par les Britanniques pour avoir mené la guerre contre le Roi-Empereur contre les officiers capturés de l'Armée nationale indienne. Le procès provoqua la colère de la population et une révolte de l'armée indienne notamment de la Marine, ce qui probablement accéléra le processus indépendance du pays.

Lors de la partition des Indes, l'armée fut divisée en deux nouvelles armées nationales : l'armée indienne et l'armée pakistanaise.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ian Sumner, The Indian Army 1914–1947, Osprey Publishing, 2001, p5.
  2. Indian Corps sur le site 1914-1918.net
  3. Commonwealth War Graves Commission Report on India 2007–2008

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]