Arkadi Ghukasian

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Arkadi Ghukasian
Անուշավան Դանիելյան
Fonctions
2e président de la République du Haut-Karabagh
8 septembre 19977 septembre 2007
(9 ans, 11 mois et 30 jours)
Élection 8 septembre 1997
Réélection 11 août 2002
Premier ministre Leonard Petrosian
Zhirayr Poghosian
Anushavan Danielian
Prédécesseur Leonard Petrosian (intérim)
Robert Kotcharian
Successeur Bako Sahakian
Ministre des Affaires étrangères du Haut-Karabagh
23 juillet 19931997
Président Robert Kotcharian
Premier ministre Oleg Esaian
Robert Kotcharian
Leonard Petrosian
Prédécesseur Poste créé
Successeur Naira Melkumian
Biographie
Date de naissance 22 juin 1957 (57 ans)
Lieu de naissance Stepanakert (URSS)
Nationalité haut-karabaghienne
arménienne
Profession Journaliste

Arkadi Ghukasian
Présidents de la République du Haut-Karabagh

Arkadi Ghukasian (en arménien Արկադի Ղուկասյան ; né le 22 juin 1957 à Stepanakert) est un homme politique arménien et troisième président de la République du Haut-Karabagh de 1997 à 2007.

Jeunesse et étude[modifier | modifier le code]

Né à Stepanakert en URSS, Arkadi Ghukasian poursuit des études de linguistique à Erevan dont il sort diplômé en 1979.

Carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

D'abord correspondant de presse du journal Soviet Karabagh, il en devient rédacteur en chef en 1981.

Carrière politique[modifier | modifier le code]

D'abord parlementaire, il participe en 1992 aux négociations dans le but d'une obtention d'un accord de paix avec l'Azerbaïdjan, dialogue mis sur pied par le Groupe de Minsk, sous l'égide de la CSCE (l'actuelle OSCE).

Le 23 juillet 1993, il devient le premier ministre des Affaires étrangères du Haut-Karabagh.

En 1997, il devient le troisième président de la République. Réélu en 2002, il quitte cette fonction à l'issue de son second mandat, en 2007.

Tentative d'assassinat[modifier | modifier le code]

En 2000, alors président de la République, il est victime d'une tentative d'assassinat, durant laquelle il est gravement blessé. Samvel Babaian, qu'il avait précedemment évincé de son poste de ministre de la Défense, a été reconnu coupable de l'organisation de la tentative d'attentat et a écopé alors d'une peine de 14 ans de prison.

Références[modifier | modifier le code]