Aristoloche clématite

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Aristolochia clematitis - Muséum de Toulouse

L'Aristoloche clématite (Aristolochia clematitis) est une plante herbacée de la famille des Aristolochiaceae.

Description[modifier | modifier le code]

C'est une plante d'origine méditerranéenne préférant les sols calcaires et humides (lisière, bosquet). Aujourd’hui, on la rencontre également dans toute l'Europe centrale.

C'est une plante herbacée (20 à 80 cm) à tige dressée et anguleuse. Les feuilles sont larges et cordiformes (en forme de cœur). Le fruit de 5 cm de diamètre est une petite capsule en forme de poire. L'Aristoloche clématite possède également des stolons souterrains.

Les fleurs de l'Aristoloche clématite sont jaunes et dégagent une odeur désagréable. Elles forment un tube d'environ 3 cm, par lequel les insectes pénètrent, attirés par le nectar. Le « piège » ainsi formé contient le pistil et les étamines, organes mâles et femelles de la plante. Les insectes pollinisateurs sont principalement des petites mouches. Une fois dans le réceptacle, les pollinisateurs ne peuvent s'échapper à cause des poils du conduit orientés vers le bas. Ces insectes vont donc se charger du pollen contenu dans les anthères. Les poils se fanent alors, ce qui libère les insectes. Ceux-ci véhiculent à leur insu les gamètes mâles de la plante vers un autre individu, et assurent ainsi la reproduction de l'espèce.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

  • organes reproducteurs :
  • graine :
  • Habitat et répartition :
    • Habitat type : friches vivaces rudérales pionnières, mésoxérophiles, médioeuropéennes
    • Aire de répartition : méditerranéen(eury)

données d'après : Julve, Ph., 1998 ff. - Baseflor. Index botanique, écologique et chorologique de la flore de France. Version : 23 avril 2004.

Toxicité[modifier | modifier le code]

L'Aristoloche clématite possède de l'acide aristolochique au niveau de ses parties souterraines. Cette molécule est toxique pour l'homme avec de multiples conséquences. En particulier, une exposition à l'acide aristolochique peut entraîner l'apparition d'une insuffisance rénale chronique terminale, comme cela a été le cas en Belgique, chez des femmes prenant des capsules pour maigrir contenant des herbes chinoises contaminées[1]. L'acide aristolochique a été proposé comme cause de la néphropathie endémique des Balkans[2]. L'exposition se ferait alors par la consommation de farine de blé, contaminée par des graines d'aristoloche clématite lors de la récolte.

Utilisation[modifier | modifier le code]

L'aristoloche est utilisée pour fixer les buttes. Les feuilles et les souches sont utilisés en médecine pour traiter l'arthrite, la goutte et les rhumatismes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Vanherweghem JL, Depierreux M, Tielemans C, Abramowicz D, Dratwa M, Jadoul M, Richard C, Vandervelde D, Verbeelen D, Vanhaelen-Fastre R, et al. Rapidly progressive interstitial renal fibrosis in young women: association with slimming regimen including Chinese herbs. Lancet. 1993 Feb 13;341(8842):387-91.
  2. Giorgos Bamias, John Boletis, Balkan Nephropathy: Evolution of Our Knowledge, American Journal of Kidney Diseases, Volume 52, Issue 3, September 2008, Pages 606-616

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :