Arigis II de Bénévent

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Arigis II de Bénévent (né vers 736 mort en 787) est un duc en 758 puis un prince lombard de Bénévent en 774 jusqu'au 26 août 787[1],

Biographie[modifier | modifier le code]

L'origine de ce duc né vers 736 selon son épitaphe est incertaine. Il est tentant de le rattacher, du fait de son nom et de celui de ses enfants, à la vieille dynastie lombarde, et d'en faire un petit-fils et homonyme d'Arigis, le troisième fils du duc Romuald[2].

Probablement vers 757/758, il épouse la princesse Adalberge, fille de Didier (Desiderius ou Daufer), roi des Lombards (757) et il devient duc de Bénévent. Il prend le titre de « prince de Bénévent » en 774 après la victoire de Charlemagne, roi des Francs, sur son ex-beau-père Didier, et la déposition de ce dernier qui entraine le chute du royaume lombard. Il résiste aux attaques franques jusqu'en 787 quand, assiègé dans sa forteresse de Salerne, il doit capituler, se soumettre, et se reconnaître vassal du roi franc qui l'oblige à se couper la barbe, symbole lombard remontant à plusieurs siècles. Il doit également livrer en otage son second fils Grimoald, et serait mort de la peste la même année le 26 août 787 avec son fils aîné après un règne de 29 ans et 5 mois selon le « Chronicon Salernitanum ». Il est inhumé dans la cathédrale de Salerne.

Arigis est à l'origine de la forteresse de Salerne (en ruines) appelé de nos jours « Château Arigis », et de l'actuelle église bénéventine dédiée à Sainte Sophie, de style byzantin et grossière copie de l'église Sainte-Sophie de Byzance. Datée aux environs de 760, plusieurs fois remaniée et assez bien conservée, c'est l'une des rares traces de l'occupation lombarde.

Enfants[modifier | modifier le code]

De son mariage avec Adalberge il laisse cinq enfants selon le Chronicon Salernitanum:

  • Romuald, né après 757 et mort de la peste en 788
  • Grimoald, né après 758, qui succèdera plus tard à son père
  • Gisulf
  • Theoderada
  • Alechise

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Venance Grumel Traité d'études byzantines I. La Chronologie, Presses universitaires de France, Paris 1956, « Rois Lombards d'Italie » p. 419
  2. Thierry Stasser. "Où sont les femmes? Prosopographie des femmes des familles princières et ducales en Italie méridionale depuis la chute du royaume lombard (774) jusqu’à l’installation des Normands (env. 1100)." Prosopon: The Journal of Prosopography, 2006. .

Sources[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]