Ariane (film, 1957)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ariane.

Ariane

Description de l'image  Love in the afternoon (1957) - movie poster.jpg.
Titre original Love in the Afternoon
Réalisation Billy Wilder
Scénario Billy Wilder
I.A.L. Diamond
Acteurs principaux
Sociétés de production Allied Artists Pictures
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Comédie romantique
Sortie 1957
Durée 130 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Ariane (Love in the Afternoon) est un film américain réalisé par Billy Wilder, sorti en 1957.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Claude Chavasse, veuf et détective privé, habite un modeste appartement du 5e arrondissement de Paris avec sa fille Ariane, élève au conservatoire de musique. Claude reçoit Monsieur X, un nouveau client qui lui a confié la mission d'épier les faits et gestes de sa femme qu'il soupçonne d'avoir une liaison extraconjugale. Lorsque Claude lui confirme l'adultère de son épouse avec Frank Flannagan, célèbre homme d'affaires américain mûrissant, mais fameux don Juan, qui loue toujours la même suite au Ritz lors de ses séjours parisiens, Monsieur X prend un coup de sang et menace d'aller tuer son rival sur-le-champ. Ariane, séduite par la prestance de Flannagan qu'elle voit fréquemment en photo dans les magazines, veut le prévenir et opte pour la solution radicale : elle se rend au Ritz. Comme le mari est déjà sur les lieux, un stratagème s'impose dans l'urgence : Ariane prend la place de Madame X qui n'a que le temps de s'échapper par la fenêtre quand son mari fait irruption dans la suite avec son révolver à la main. Lorsqu'il découvre Ariane au lieu de sa femme dans les bras de Flannagan, Monsieur X est apaisé et confus. Cependant, Ariane est tombée sous le charme du don Juan qui lui propose un rendez-vous. Pour se mettre au diapason du cynique séducteur, elle s'invente un personnage d'aventurière collectionnant les amants sans jamais s'attacher, ce qui intrigue Frank d’autant plus qu’elle refuse de lui dévoiler son identité (mais sachant que son prénom commence par la lettre « A », il la surnomme « Adolphe » ou « Brindille »[1]) et ils se retrouvent régulièrement l'après-midi lorsque celui-ci est à Paris. La supercherie d'Ariane est éventée par son père alerté par de nombreux indices semés par les mensonges de sa fille. Comprenant qu'Ariane est profondément amoureuse de Flannagan, Claude révèle la vérité à ce dernier qui, pris de scrupule, veut d'abord fuir puis réalise qu'il est sincèrement épris et épouse la jolie menteuse parisienne.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

BO[modifier | modifier le code]

Musiques additionnelles :

Production[modifier | modifier le code]

Historique[modifier | modifier le code]

Au début des années 1930, le roman Ariane, jeune fille russe est adapté au cinéma pour la première fois. C'est le cinéaste Hongrois Paul Czinner qui écrit le scénario et réalise le film. L'histoire est à la fois plus simple et plus dramatique que celle traitée par Billy Wilder qui ajoutera dans sa version l'intrigue du détective privé, devenu père d'Ariane et tirant le film vers la comédie. Dans l'adaptation de Paul Czimmer, l’ingénue Ariane, une étudiante Russe, s’éprend et devient la maîtresse d’un don Juan quadragénaire, joue la fille volage et expérimentée pour l’impressionner et le retenir, lui cache sa jalousie quand il a des relations avec d’autres femmes, songe un moment à se venger avant de se décider à le quitter, car elle est trop malheureuse. Mais lui a compris qu’elle jouait un rôle et qu’elle l’aime profondément. À la gare où elle est venue lui faire ses adieux, il emmène Ariane au moment où le train démarre.

Réalisation en trois versions : allemande, anglaise et française. Pratique courante à l'époque de l'entre-deux-guerres, distribution différente pour chaque version, les premiers rôles sont notamment confiés aux acteurs en vogue dans leur communauté linguistique :

Tournage[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources. Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.
  • Billy Wilder fut l’un des premiers à repérer le charme androgyne d’Audrey Hepburn[2]. Amoureuse éperdue et innocente, elle se jette à la tête d’un play-boy qui pourrait être son père. Cary Grant avait refusé de jouer à ses côtés, se jugeant trop âgé pour incarner le rôle. La voir courtiser le cynique personnage que campe Gary Cooper, alors de vingt-huit ans son aîné, choqua une partie du public à la sortie du film[réf. nécessaire]. La juvénilité d’Audrey Hepburn contraste avec l'âge avancé de Gary Cooper ; Billy Wilder exploite justement cette relation, fondée sur des mensonges, du séducteur patenté qui, d'abord intrigué, est petit à petit fasciné (d'où le thème musical Fascination, fil d’Ariane qui relie les protagonistes) pour la première fois par une femme (de surcroît bien plus jeune que celles qui ont habituellement ses faveurs) parce qu'elle se prétend aussi volage, sinon plus que lui, et le titre original Love in the Afternoon (L'Amour l'après-midi) explicite la liaison de « deux aventureux de l'amour ». Le Don Juan finit par s'attacher à Ariane en dépit de son rituel de collectionneur invétéré. Toutefois, consensuellement, la voix off de la scène finale à la gare, où le cow-boy embarque sa jolie Parisienne, annonce leur union. En Espagne, certaines scènes furent censurées et en France, on préféra un titre plus prudent à l’original, jugé trop suggestif[réf. nécessaire].
  • Début des prises de vue : 24 août 1956.
  • Intérieurs : Studios de Boulogne (Boulogne-Billancourt).
  • Extérieurs :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Thin girl » en VO.
  2. Après les débuts d'Audrey Hepburn dans le cinéma américain (Vacances romaines en 1953), il lui donne un premier rôle dans Sabrina (1954).
  3. Source : L2TC.com (lieux de tournage cinématographique).
  4. On reconnaît le plafond de l'opéra Garnier avant la mise en place de celui de Chagall.
  5. Scènes du pique-nique et promenade en barque sur l'étang, prises de vues près de Gambais (source The TCM Movie Database États-Unis), au château de Germanie en Yvelines (détruit aujourd'hui) dont le propriétaire était M. Thurneyssen. Le château de Vitry remplace maintenant l'ancien château.