Arguel (Somme)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Arguel.
Arguel
Eglise.
Eglise.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Picardie
Département Somme
Arrondissement Amiens
Canton Hornoy-le-Bourg
Intercommunalité Communauté de communes du Sud-Ouest Amiénois
Maire
Mandat
Gilles Soumillon
2014-2020
Code postal 80140
Code commune 80026
Démographie
Gentilé Arguelois, Argueloises
Population
municipale
30 hab. (2011)
Densité 12 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 52′ 02″ N 1° 48′ 09″ E / 49.8672, 1.802549° 52′ 02″ Nord 1° 48′ 09″ Est / 49.8672, 1.8025  
Altitude Min. 109 m – Max. 177 m
Superficie 2,54 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Picardie

Voir sur la carte administrative de Picardie
City locator 14.svg
Arguel

Géolocalisation sur la carte : Picardie

Voir sur la carte topographique de Picardie
City locator 14.svg
Arguel

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Arguel

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Arguel

Arguel est une commune française, située dans le département de la Somme en région Picardie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Le très petit village d'Arguel est perché au sommet du mont du même nom, point culminant de la Picardie maritime. Situé entre Oisemont et Hornoy-le-Bourg, il surplombe la vallée du Liger, affluent de la Bresle, formant la limite entre les départements de la Seine-Maritime et de la Somme.

Communes limitrophes de Arguel
Le Mazis Andainville Saint-Maulvis et
Fresneville
Saint-Aubin-Rivière Arguel Villers-Campsart
Le Quesne Liomer Brocourt

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Le village est bâti sur l'emplacement d'un ancien camp romain.

Renouard d'Arguel construit son château à l'emplacement du précédent, à la fin du XIe siècle ou au début du XIIe siècle. Ce chevalier fut un de ceux qui suivirent Godefroy de Bouillon dans la première croisade des seigneurs en 1096. L'église de Villers-Campsart recèle un bas-relief représentant le château d'Arguel, disparu en 1347[1].

En 1202, le roi Philippe Auguste vient visiter l'édifice.

Les Anglais prennent le château (et le conservent) en 1347, pendant la guerre de Cent Ans, un an après la bataille de Crécy. Le seigneur est alors Jean IV Tirel, sire de Poix, rallié aux Bourguignons, alliés des Anglais.

Les Français reprennent la bâtisse en 1402. Le siège se termine par l'incendie complet du lieu. Plus de deux mille combattants passent au fil de l'épée. Sont dévorés par les flammes l'église, la maison du mayeur (maire), les bois environnants[2].

Héraldique[modifier | modifier le code]

blason

Les armes de la commune se blasonnent ainsi :

D'azur à un cerf courant d'or, accompagné en chef à senestre d'un soleil du même et en pointe d'un croissant versé éclairé par le soleil.

  • Le Croissant ne comporte pas d'indication de couleur. Éclairé par le soleil est difficile à interpréter. Il est ici représenté d'or, en attente de précision.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1971 juin 1995 Joël Hart RPR Député / Conseiller général
1995 2001 Thérèse Hart    
mars 2001 en cours
(au 6 mai 2014)
Gilles Soumillon   Cadre CCI littoral normand picard
Réélu pour le mandat 2014-2020[3], [4]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 30 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
80 65 77 107 104 96 101 90 102
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
99 101 102 120 107 95 93 85 93
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
98 100 94 71 67 53 56 59 54
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
78 54 30 35 31 35 32 30 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2004[6].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La principale curiosité d’Arguel est sa motte féodale nommée le mont d’Arguel. Un calvaire, entouré de pins, a été érigé en 1861 et une croix imposante domine le sommet. Au terme de l'ascension, un remarquable panorama sur la vallée du Liger récompense le promeneur.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Gérard Devismes, Histoires insolites de Picardie maritime, La Vague verte, 2008, p. 60.
  2. Gérard Devismes, Histoires insolites de Picardie maritime, La Vague verte, 2008, p. 61
  3. Le maire sortant a été réélu au terme des élections municipales de 2008. Source : hebdomadaire Le Réveil du 27 mars 2008
  4. « Liste des maires de la Somme » [PDF], Liste des élus du département de la Somme, Préfecture de la Somme,‎ 6 mai 2014 (consulté le 9 juin 2014)
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :