Argei

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Dans la Rome antique, les Argei sont une fête religieuse archaïques célébrée le 16 et 17 mars et, à nouveau, le 14 ou 15 mai. À l'époque d'Auguste, la signification de ces rites était devenue obscure même pour ceux qui les pratiquaient.

Déroulement[modifier | modifier le code]

Le culte des Argées comportait deux cérémonies. La première se déroulait au mois de mars : le lendemain et le surlendemain des ides de mars, c'est-à-dire les 16 et 17 mars, d'après Ovide[1]. La seconde se déroulait soixante jours plus tard[2], au mois de mai : les ides de mai, c'est-à-dire le 15 mai, d'après Denys d'Halycarnasse[3], qui suit le calendrier pré-julien[4], ou la veille des ides de mai, c'est-à-dire le 14 mai, d'après Ovide[5], qui suit le calendrier julien[6]. La première cérémonie consistait en une procession lors de laquelle des mannequins, appelés Argées, étaient déposés dans des sanctuaires. La seconde consistait en une procession lors que laquelle les mannequins étaient retirés des sanctuaires puis précipités dans le Tibre du haut du pont sacré, le pont Sublicius.

D'après Varron[7], le nombre des sanctuaires des Argées et des stations de la procession était de vingt-sept. Elles étaient situées dans l'enceinte de Rome[8]. Le Capitole et l'Aventin ne comportaient aucun sanctuaire ni aucune station[9]. Varron en donne une liste incomplète et leur répartition entre les quatre régions serviennes : la Suburane, l'Esquiline, la Colline et la Palatine. La région Suburane comptait au moins six sanctuaires et stations : le quatrième était situé dans le quartier des Carènes ; le sixième, dans celui de Subure. La région Esquiline comptait au moins six sanctuaires et stations. Trois, au moins, étaient situés sur l'Oppius : le premier, le troisième et le quatrième. Deux, au moins, étaient situés sur le mont Cispius : le cinquième et le sixième. La région Colline comptait au moins six sanctuaires et stations : le troisième, sur le Quirinal (collis Quirinalis) ; le quatrième, sur le Salutaire (collis Salutaris) ; le cinquième, sur le Murcial (collis Mucialis) ; la sixième, sur le Latiare (collis Latiaris). La région Palatine comptait au moins sept sanctuaires et stations : le quatrième, sur le Germal, et le septième, sur le Velia.

Instauration[modifier | modifier le code]

D'après la tradition rapportée par Tite-Live[10], les Argées auraient été instaurées par Numa.

Interprétations[modifier | modifier le code]

D'après une tradition rapportée par Ovide, le rituel des Argées évoquerait la mise à mot des sexagénaires. Il se serait ainsi agi, à l'origine, de véritables victimes humaines offertes à Saturne. Hercule leur aurait substitué de simples figurines.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ovide, Fastes, III, 773 et 791.
  2. En comput inclusif, c'est-à-dire en comptant le premier et le dernier jours.
  3. Denys d'Halycarnasse, Antiquités romaines, I, 38, 3.
  4. Dans le calendrier pré-julien, le mois d'avril comptait vingt-neuf jours.
  5. Ovide, op. cit., V, 603 et 621.
  6. Dans le calendrier julien, le mois d'avril comptait trente jours, comme dans l'actuel calendrier grégorien.
  7. Varron, Langue latine, V, 8, 45.
  8. Varron, op. cit., V, 7, 41.
  9. Varron, op. cit., V, 7, 41 (pour le Capitole), 43 (pour l'Aventin) et 45 (pour le reste de la ville).
  10. Tite-Livre, Histoire romaine, I, 21, 5.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (de) Luigi Clerici, « Die "Argei" », Hermes, no 77,‎ 1942, p. 89-100

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • (en) Robert Whiston, « Argei », dans William Smith, A Dictionary of Greek and Roman Antiquities, London, John Murray, 1875, p. 129-130, dictionnaire en ligne sur LacusCurtius
  • (en) « Argeorum Sacraria » dans Samuel Ball Platner, A Topographical Dictionary of Ancient Rome, London, Oxford University Press, 1929, p. 51-53, dictionnaire en ligne sur LacusCurtius