Ardud

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ardud
Blason de Ardud
Héraldique
L'église catholique d'Ardud
L'église catholique d'Ardud
Administration
Pays Roumanie Roumanie
Région Transylvanie
Département Satu Mare
Maire
Mandat
Ovidius Marius Duma PNL
2008-2012
Code postal 447 020
Indicatif téléphonique international +(40)
Démographie
Population 6 825 hab. (2007)
Densité 48 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 38′ 42″ N 22° 53′ 28″ E / 47.644967, 22.89122147° 38′ 42″ Nord 22° 53′ 28″ Est / 47.644967, 22.891221  
Altitude 131 m
Superficie 14 236 ha = 142,36 km2
Divers
Cours d'eau Sărătura
Fondation 1215
Localisation
Localisation de Ardud dans le județ de Satu Mare
Localisation de Ardud dans le județ de Satu Mare

Géolocalisation sur la carte : Roumanie (administrative)

Voir la carte administrative de Roumanie
City locator 14.svg
Ardud

Géolocalisation sur la carte : Roumanie (relief)

Voir la carte topographique de Roumanie
City locator 14.svg
Ardud
Liens
Site web http://www.ardud.ro

Ardud (Erdőd en hongrois, Erdeed en allemand) est une ville roumaine du județ de Satu Mare, dans la région historique de Transylvanie et dans la région de développement du Nord-ouest.

Géographie[modifier | modifier le code]

La ville d'Ardud est située au centre du județ, au point de contact entre la plaine du Someș et les collines de Codru, sur la Sărătura, affluent de la rive gauche du Someș, à 19 km au sud de Satu Mare, le chef-lieu du județ.

La municipalité est composée de la ville d'Ardud elle-même et des villages suivants (population en 2002)[1] :

  • Ardud (4 219), siège de la municipalité ;
  • Ardud-Vii (105) ;
  • Baba Novac (571) ;
  • Gerăușa (453) ;
  • Mădăras (1 076) ;
  • Sărătura (62).

Histoire[modifier | modifier le code]

La première mention écrite de la ville d'Ardud date de 1215 sous le nom de Herdeud[2]. Les autres villages apparaissent au Moyen Âge (1366 pour Mădăras, 1411 pour Sărătura, 1424 pour Gerăușa) tandis qu'Ardud-Vii et Baba Novac sont cités au XXe siècle (1913 et 1932).

La ville, qui appartenait au royaume de Hongrie, faisait partie de la Principauté de Transylvanie et elle en a donc suivi l'histoire. Elle a été un fief de la famille Dragfi. En 1481, Bartolomeu Dragfi, voïvode de Transylvanie, fait construire le premier château qui devient vite une des plus puissantes forteresses du nord de la principauté.

À l'époque de la Réforme, la ville devient l'un des principaux centres du protestantisme en Hongrie et, en 1545, s'y tient le premier synode hongrois.

La ville devient au XVIIIe siècle la propriété de la famille Károlyi qui encourage l'immigration de colons souabes.

Après le compromis de 1867 entre Autrichiens et Hongrois de l'Empire d'Autriche, la principauté de Transylvanie disparaît et, en 1876, le royaume de Hongrie est partagé en comitats. Ardud intègre le comitat de Szatmár (Szatmár vármegye).

À la fin de la Première Guerre mondiale, l'Empire austro-hongrois disparaît et la ville rejoint la Grande Roumanie au Traité de Trianon. Ardud est alors un chef-lieu d'arrondissement (plașa) du județ de Satu Mare.

En 1940, à la suite du Deuxième arbitrage de Vienne, elle est annexée par la Hongrie jusqu'en 1944, période durant laquelle sa communauté juive est exterminée par les nazis. Elle réintègre la Roumanie après la Seconde Guerre mondiale au traité de Paris en 1947.

La commune rurale d'Ardud a obtenu le statut de ville en 2003.

Politique[modifier | modifier le code]

Le Conseil Municipal d'Ardud compte 15 sièges de conseillers municipaux. À l'issue des élections municipales de juin 2008, Ovidius Marius Duma (PNL) a été élu maire de la commune[3].

Élections municipales de 2008[4]
Parti Nombre de conseillers
Parti national libéral (PNL) 5
Parti démocrate-libéral (PD-L) 4
Parti social-démocrate (PSD) 3
Union démocrate magyare de Roumanie (UDMR) 2
Forum Démocratique des Allemands de Roumanie 1

Religions[modifier | modifier le code]

En 2002, la composition religieuse de la ville était la suivante[5] :

Démographie[modifier | modifier le code]

Comme beaucoup d'autres cités de Transylvanie, Ardud comptait au début du XXe siècle une majorité hongroise, remplacée aujourd'hui par un peuplement roumain majoritaire.

En 1910, à l'époque austro-hongroise, la ville comptait 2 314 Roumains (36,72 %), 3 928 Hongrois (62,33 %) et 58 Allemands (0,92 %)[1].

En 1930, on dénombrait 4 250 Roumains (58,12 %), 1 810 Hongrois (24,75 %), 967 Allemands (13,22 %), 96 Juifs (1,31 %) et 187 Tsiganes (2,56 %)[1].

En 1956, après la Seconde Guerre mondiale, 5 359 Roumains (64,33 %) côtoyaient 2 799 Hongrois (33,60 %), 35 Allemands (0,42 %) et 130 Tsiganes (1,56 %)[1].

En 2002, la ville comptait 4 025 Roumains (62,05 %), 1 304 Hongrois (20,10 %), 413 Allemands (6,36 %) et 730 Tsiganes (11,25 %)[5]. On comptait à cette date 2 173 ménages et 2 313 logements[6].

Évolution démographique
1880 1890 1900 1910 1920 1930 1941 1956 1966
4 071 4 926 5 742 6 302 6 472 7 313 8 047 8 331 8 301
1977 1992 2002 2007 - - - - -
8 393 6 572 6 486 6 825[7] - - - - -


Économie[modifier | modifier le code]

L'économie de la ville repose sur le commerce, les services, le travail du bois, la construction et l'agriculture.

Communications[modifier | modifier le code]

Routes[modifier | modifier le code]

Ardud se trouve sur la route nationale DN19A (E81) Satu Mare-Zalău-Cluj-Napoca.

Voies ferrées[modifier | modifier le code]

La ville est desservie par la ligne de chemin de fer Carei-Șomcuta Mare.

Lieux et Monuments[modifier | modifier le code]

Ruines du château d'Ardud
  • Ardud, église catholique de 1482, construite en style gothique, restructurée en 1860 après un tremblement de terre, rénovée en 1959[8].
  • Mădăras, église orthodoxe des Sts Archanges de 1832[9].
  • Mădăras, église catholique de 1859[9].

Jumelages[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :