Ardeshir Zahedi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ardeshir Zahedi

Ardeshir Zahedi (en persan : اردشیر زاهدی) est un diplomate iranien né le 16 octobre 1928 à Téhéran. Il a joué un rôle important dans les années 1960 et 1970 en tant que ministre des Affaires étrangères et ambassadeur aux États-Unis et au Royaume-Uni. Il a été gendre du dernier chah d'Iran, Mohammad Reza Pahlavi, de 1957 à 1964, et il est resté proche de lui toute sa vie durant.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est le fils du général Fazlollah Zahedi, qui fut premier ministre après la chute de Mohammad Mossadegh, et par sa mère, arrière-petit-fils de Mozaffaredin Shah (1853-1907), shah d'Iran.

Le jeune Zahedi obtient un diplôme d'agriculture de l'université de l'Utah en 1950. Sept ans plus tard, il épouse la fille du Chah d'Iran, la princesse Shahnaz Pahlavi. Ils ont divorcé en 1964. De cette union, est née une fille, Zahra Zahedi (1958).

Zahedi fut ambassadeur aux États-Unis de 1959 à 1962 ainsi qu'au Royaume-Uni de 1962 à 1966. Il fut ministre des Affaires étrangères de 1966 à 1973 dans le cabinet d'Amir Abbas Hoveida avant de retourner à Washington, de nouveau comme ambassadeur de son pays de 1973 à 1979.

Dernières années[modifier | modifier le code]

Zahedi demeure désormais à Montreux en Suisse. Il a été fait docteur honoris causa de l'université de l'Utah, de l'East Texas State University, de la Kent State University, de l'université du Texas et de l'université de Saint-Louis, de l' Université d'État du Montana, de l'université Harvard, du Washington College de Chestertown, de l'université de Séoul, etc.

Il a aidé le chah à trouver des pays d'accueil, après la chute de la monarchie et était présent au chevet du chah à son lit de mort[1]'.

Points de vue[modifier | modifier le code]

Dans une interview de mai 2006, Zahedi a exprimé son soutien au programme nucléaire iranien le qualifiant de « droit inaliénable de l'Iran », sous l'égide du traité de non-prolifération nucléaire. Il a déclaré à Voice of America que les Etats-Unis avaient approuvé le démarrage du programme nucléaire iranien de 50 milliards dans les années 1970. Deux documents en particulier, datant du 22 avril 1975 et du 20 avril 1976, révèlent que les Américains et les Iraniens ont tenu des négociations à propos du programme nucléaire et que les Américains avaient la volonté d'aider l'Iran pour son uranium enrichi et avaient prévu des facilités de traitement du fioul[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Farah Pahlavi, Mémoires, éd. XO, Paris, 2003
  2. Dafna Linzer, « Past Arguments Don't Square With Current Iran Policy », The Washington Post,‎ 27 mars 2005 (lire en ligne)

Publications[modifier | modifier le code]