Archives municipales de Toulouse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Couloir des archives municipales de Toulouse.

Les Archives municipales de Toulouse sont un service public de la ville de Toulouse qui a pour mission de collecter, conserver et classer, afin de les communiquer au public, les sources permettant de reconstituer l’histoire de la ville et de ses habitants.


Les missions des Archives[modifier | modifier le code]

Elles sont identiques pour tous les services d'archives en France mais la manière de les mettre en œuvre peut quelques fois varier d'un service à l'autre.

Un service administratif à vocation culturelle[modifier | modifier le code]

Les missions des Archives sont multiples :

  • Collecter les sources de l'histoire de la ville et de ses habitants auprès des services municipaux, des particuliers, des associations et des entreprises.
  • Classer les documents selon leur provenance et leur période, pour les mettre à la disposition du public.
  • Conserver les documents en les préservant et en les restaurant.
  • Communiquer les documents par la salle de lecture, le service éducatif, les éditions, les expositions et le site Internet.

Les fonds documentaires[modifier | modifier le code]

Les Archives municipales de Toulouse sont riches de plus de 10 000 mètres linéaires de documents. Ceux-ci, datant du XIIe siècle à nos jours, proviennent majoritairement des services municipaux. Ils sont augmentés de dons, de dépôts, d'achats d'archives privées provenant d'entreprises, d'associations ou de particuliers.

Le contenu de ces fonds est très varié : organisation et administration de la commune, cadastre, comptabilité. L'urbanisme est présent aussi, avec les permis de construire, les bâtiments municipaux (dont les écoles primaires) et tout ce qui a trait à la voirie et aux travaux publics.

La population toulousaine est également concernée, avec les registres paroissiaux et d'état civil, ainsi que les recensements et les affaires militaires. La vie de la commune (élections, police municipale, actions culturelles diverses) est aussi conservée.

Les différents dossiers sont complétés par une collection de documents iconographiques : affiches, cartes, plans, dessins et gravures, photographies et cartes postales. Les archives possèdent également une bibliothèque historique et administrative de périodiques, de brochures et d'ouvrages.

Les Archives municipales de Toulouse possèdent un fonds particulier : les Annales manuscrites de la ville. Ces Annales sont une collection de 12 gros registres retraçant le récit, année par année, des évènements survenus dans la ville entre 1295 et 1787[1]. Ce récit est illustré d'enluminures, parmi lesquelles des portraits des capitouls, consuls de la ville.

Les fonds des Archives sont progressivement numérisés, afin de permettre une communication et une conservation plus sécurisées[2].

Fonds Trutat[modifier | modifier le code]

L’inventaire du patrimoine et Urban-Hist[modifier | modifier le code]

Depuis 2003, par convention avec l’État, puis depuis 2006 avec le soutien de la Région, les Archives réalisent l’inventaire du patrimoine architectural de Toulouse[3].

La ville de Toulouse et le service régional de l’inventaire ont entrepris depuis plusieurs années :

  • l’inventaire du patrimoine bâti de Toulouse,
  • des études monographiques sur les édifices signalés,
  • la mise en ligne d’un outil de connaissance, de gestion urbaine et d’anticipation, qui soit à la fois un outil d’aide à la décision et de médiation culturelle : Urban-Hist.

Depuis 2010, une convention a été signée avec l'État pour la réalisation de la carte archéologique de Toulouse. En 2013, Toulouse Métropole a rejoint le programme suite à la création de son service archéologique.

Tour des Archives, maintenant Tour du Capitole.

En mai 2012, la seconde version du site internet cartographique www.urban-hist.toulouse.fr, "le patrimoine toulousain à la carte", a été mis en ligne. Cette application comprend un outil de gestion et un outil de publication.

En septembre 2013, une application mobile gratuite, "Urban-Hist, tout le patrimoine de Toulouse" est mise à disposition pour Android et IOS.


Histoire des Archives municipales de Toulouse[modifier | modifier le code]

La tour des archives, 1529-1946[modifier | modifier le code]

Le premier lieu de conservation des Archives a été la tour des Archives, aujourd'hui office du tourisme de Toulouse. Les Capitouls avaient en effet pris en 1519 la décision de réformer les archives pour en améliorer la conservation. La tour qui contenait précédemment les archives, située au même endroit, mais insalubre, a été alors détruite. Le bâtiment a été restauré par Eugène Viollet-le-Duc au XIXe siècle[4].

Les Archives, rue de Périgord, 1946-1995[modifier | modifier le code]

Au lendemain de la seconde guerre mondiale, le conseil municipal décide de déménager les archives dans les sous-sols de la bibliothèque de Périgord, la tour du Capitole étant devenue inadaptée et trop exiguë pour y conserver ces documents.

Les Archives au réservoir de Périole, 1996 - ...[modifier | modifier le code]

Ancien tuyau, bâtiment du réservoir de Périole.

En 1996, les Archives s'installent dans l'ancien réservoir d'eau de Périole, au nord de Toulouse. Ce bâtiment, datant de 1892, et destiné à alimenter la ville en eau, a une capacité de 13 000 m3 et était désaffecté depuis les années 1960. Après deux années de travaux, où les bassins sont modifiés pour devenir magasins de conservation, les Archives disposent d'une capacité de 5 000 m2 pour préserver et communiquer les documents.

Articles liés[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. Site des Annales de Toulouse, consulté le 28/08/2013.
  2. http://patrimoines.midipyrenees.fr/fileadmin/PDF/Expositions/Pat_ecrit/ArchivesmunicipalesToulouse.pdf
  3. L'inventaire du patrimoine de la ville de Toulouse, consulté le 28/08/2013
  4. Histoire des Archives de Toulouse sur le site des Archives, rubrique Pour mieux connaitre les Archives, consultée le 28/08/2013