Archives de l'État à Anvers

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les Archives de l'État à Anvers sont l'un des 19 dépôts des Archives de l'État en Belgique. Situé à Anvers, le bâtiment est actuellement en cours de rénovation, afin de pallier le manque de place.

Durant les travaux, les lecteurs des Archives de l’État à Anvers sont accueillis aux Archives de l'État à Beveren. Une salle de lecture provisoire a, par ailleurs, été ouverte pour les généalogistes à la Sanderusstraat no 81-85 à Anvers.

Les Archives de l'État sont présentes à Anvers depuis 1896.

Qu’y trouve-t-on ?[modifier | modifier le code]

Les Archives de l'État à Anvers conservent les archives des institutions et personnes situés à l'un ou l'autre moment de l'histoire sur le territoire de la province d'Anvers.

Durant les travaux, le public peut consulter les archives en deux endroits, dans la limite du caractère privé de certaines données :

  • À la Sanderusstraat à Anvers :
    • Les microfilms, les copies et les instruments de recherche généalogiques.
    • Les documents numériques (registres paroissiaux et bon nombre de registres d'état civil de toute la Belgique) accessibles via la salle de lecture numérique.
  • Aux Archives de l'État à Beveren :
    • Les archives des institutions publiques centrales de l'Ancien Régime : Grand Conseil de Malines (1616-1791), etc.
    • Les archives des institutions publiques locales et régionales : conseil élargi de la ville d'Anvers (1579-1794), seigneurie de Loenhout et Popendonk (1453-1835), etc.
    • Les archives des départements centraux de l'État : administration des douanes et accises, quai Godefridus à Anvers (1926-1960), police fluviale à Anvers (1855), etc.
    • Les archives des services déconcentrés de l'État : centres PMS, etc.
    • Les archives des institutions provinciales.
    • Les archives des pouvoirs publics régionaux : intercommunale IMALSO, chambre du commerce à Anvers (1858-1875), etc.
    • Les archives des communes.
    • Les archives des polders et wateringues.
    • Les archives notariales.
    • Les registres paroissiaux et bon nombre de registres d'état civil de toute la Belgique sous forme numérique.
    • Les archives ecclésiastiques : archevêché et séminaire de Malines (1550-1898), chapitre Saint-Pierre à Turnhout (1399-1796), abbaye Saint-Michel à Anvers (1124-1797), couvent des Brigittines à Hoboken (1504-1800), béguinage d'Anvers (1458-1787), fabriques d'église, etc.
    • Les archives d'entreprises.
    • Les archives d'associations.
    • Les archives de familles ou particuliers ayant joué un rôle dans la vie sociale : Rubens, van Parys, de Menten de Horne, etc.
    • Les cartes et plans.
    • etc.

Salle de lecture numérique[modifier | modifier le code]

À partir d'août 2009, les registres paroissiaux et registres d’état civil de tout le pays ont été progressivement numérisés et mis à disposition du public dans les 19 salles de lecture des Archives de l’État, dont celle de Tournai. Depuis janvier 2013, 24 000 registres paroissiaux et un nombre sans cesse croissant de registres d’état civil de moins de 100 ans sont également disponibles gratuitement sur le site internet des Archives de l’État.

D’autres types de documents sont, par ailleurs, consultables depuis la salle de lecture numérique ou le site internet des Archives de l’État : les procès-verbaux du Conseil des Ministres (1918-1979), l'annuaire statistique de la Belgique (et du Congo belge) depuis 1870, plus de 20 000 moulages de sceaux, etc.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]