Archidiocèse de Tolède

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

39° 51′ 27″ N 4° 01′ 23″ O / 39.8575, -4.023056

Archidiocèse de Tolède
(es) Archidiócesis de Toledo
(la) Archidioecesis Toletanus
Informations générales
Pays Drapeau de l'Espagne Espagne
Affiliation Conférence épiscopale espagnole
Archevêque Braulio Rodríguez Plaza
Langue(s) liturgique(s) espagnol
Superficie 19 333 km2
Création du diocèse Ier siècle
Élévation au rang d'archidiocèse IVe siècle
Province ecclésiastique Tolède
Diocèses suffragants Albacete
Ciudad Real
Cuenca
Sigüenza-Guadalajara
Adresse Arzobispado de Toledo
Arco de Palacio, 3
45002 Toledo (España)
Site officiel Site officiel
Statistiques
Population 719 482 hab.(2010)
Population catholique 636 477 hab.(2010)
Pourcentage de catholiques 88,5 %
Nombre de paroisses 270
Nombre de prêtres 1 325
Nombre de religieux 97
Nombre de religieuses 893
Notice sur hierarchy catholic : Consulter
Image illustrative de l'article Archidiocèse de Tolède
Diocèses suffragants

L'archidiocèse de Tolède (en latin : archidioecesis Toletanus ; en espagnol : archidiócesis de Toledo) est une église particulière de l'Église catholique en Espagne. Son siège est la cathédrale Santa María de Tolède.

Territoire[modifier | modifier le code]

L'archidiocèse de Tolède confine : au nord-ouest, avec le diocèse d'Ávila ; au nord-est, avec le diocèse de Getafe et celui d'Alcalá de Henares ; à l'est, avec le diocèse de Cuenca ; au sud, avec le diocèse de Ciudad Real et celui de Cordoue ; et, à l'ouest, avec l'archidiocèse de Mérida-Badajoz et le diocèse de Plasencia[1].

Au 1er juin 2013[2], l'archidiocèse de Tolède comprend deux cent trente-deux communes (en espagnol : municipio, au singulier).

Vingt-huit municipalités sont situées en Estrémadure : dix-huit dans la province civile de Badajoz — à savoir, Baterno, Capilla, Casas de Don Pedro, Castilblanco, Fuenlabrada de los Montes, Garbayuela, Garlitos, Helechosa de los Montes, Herrera del Duque, Peñalsordo, Puebla de Alcocer, Risco, Siruela, Talarrubias, Tamurejo, Valdecaballeros, Villarta de los Montes et Zarza-Capilla — et dix dans celle de Cáceres — à savoir, Alía, Bohonal de Ibor, Carrascalejo, Castañar de Ibor, Garvín, Guadalupe, Navalvillar de Ibor, Peraleda de San Román, Valdelacasa de Tajo et Villar del Pedroso.

Les deux cent quatre autres municipalités sont situées dans la province civile de Tolède, en Castille-La Manche.

Subdivisions[modifier | modifier le code]

Au 1er juin 2013[3], l'archidiocèse de Tolède est divisé en deux cent soixante-huit paroisses (en espagnol : parroquia, au singulier) réparties entre vingt-quatre archiprêtrés (arciprestazgo, au singulier), eux-mêmes répartis entre trois vicariats (vicaría, au singulier)[4].

La vicariat de Tolède comprend les huit archiprêtés de Camarena-Fuensalida, Escalona, Navahermosa, Los Navalmorales, Sagra Norte, Sagra Sur, Tolède et Torrijos[5] ; celui de Talavera, les neuf archiprêtés de Belvís de la Jara, Guadalupe, Herrera del Duque, Oropesa, Puebla de Alcocer, La Pueblanueva, El Puente del Arzobispo, El Real de San Vicente et Talavera de la Reina[6] ; et celui de La Manche, les sept archiprêtés de Consuegra, Madridejos, Mora, Ocaña, Orgaz, Quintanar de la Orden et Villacañas[7].

Suffragants et province ecclésiastique[modifier | modifier le code]

Siège métropolitain, il a pour suffragants les diocèses de Sigüenza-Guadalajara, Cuenca, Ciudad Real et Albacete. L'ensemble forme la province ecclésiastique de Tolède. Elle couvre approximativement la communauté autonome de Castille-La Manche.

Histoire[modifier | modifier le code]

Origines (Ier siècle - IVe siècle)[modifier | modifier le code]

Selon la tradition, Tolède aurait été évangélisée au Ier siècle par saint Eugène qui aurait fondé l'église de Tolède. Mais la présence du christianisme à Tolède est plus tardive et les premières notices historiques qui nous ont été conservées datent du IVe siècle. Le premier évêque de Tolède dont l'existence est attestée est Melantius qui signa les actes du concile d'Elvire (300). Lors de la Grande persécution des chrétiens par l'empereur Dioclétien, a lieu, à Tolède, le martyre de Léocadie, sainte patronne de la ville, fêtée le 9 décembre[8]. En 400, se tient le premier des vingt-huit conciles de Tolède.

Période wisigothe[modifier | modifier le code]

Avec l'arrivée des wisigoths et spécialement après le choix de Tolède comme capitale du royaume, l'archevêché étend son domaine jusqu'à la province de Cartagène.

En 527, se tient le deuxième concile de Tolède, présidé par l'évêque Montanus.

En 587, se tient le troisième concile de Tolède, présidé par Léandre de Séville. Le roi wisigoth, Recarède, son épouse et sa cour, se convertissent au christianisme, abjurant l'arianisme.

Domination arabe[modifier | modifier le code]

Durant la domination arabe, la cité de Tolède est devenue un centre de perpétuation de la religion catholique, avec le maintien de l'archevêché et de sa hiérarchie antérieure. Au VIIIe siècle s'est produite une persécution des chrétiens qui vivaient sur les terres musulmanes –les mozarabes– provoquant une fuite vers les royaumes chrétiens du nord.

La Reconquista[modifier | modifier le code]

Le Roi Alphonse VI et les chrétiens ont conquis la cité de Tolède en 1085, en restituant son antique pouvoir à l'archevêque. Le premier archevêque de cette nouvelle ère est Bernard d'Agen, encore appelé Bernard de La Sauvetat, moine appartenant à l'Ordre de Cluny, qui à cette époque s'étendait en Espagne. La siège épiscopal participa activement à la Reconquête, prenant en charge les territoires qui étaient conquis, et encourageant l'expansion des Ordres militaires : Santiago, Calatrava et Alcantara. Durant cette période commence la construction de l'actuelle cathédrale Santa María de Tolède, dont les travaux dureront deux siècles.

Après la conquête, durant le règne des Rois Catholiques, fut titulaire du siège de Tolède, le Cardinal Francisco Jiménez de Cisneros, qui inaugura l'Université d'Alcalá, dont le territoire appartenait alors à l'archevêque de Tolède. De fait Tolède était l'Archevêché Primat de toute l'Espagne et la province ecclésiastique elle-même, s'étendait jusqu'à l'Afrique. L'archevêque participa activement à la politique du royaume. Durant le règne de Philippe II, la cour s'installa à Madrid, bien que du point de vue ecclésiastique, Madrid continua d'être dépendante de Tolède. Durant le reste de l'Époque Moderne, la cité subit un lent déclin. Même si le diocèse se maintient durant ce temps, peu à peu il perd de son poids face à d'autres plus puissantes.

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Durant les deux derniers siècles, l'archevêché a dû faire face à divers épisodes difficiles. Pendant l'invasion de Napoléon, le diocèse se verra saccagé; l'archevêque a dû se réfugier dans la cité de Séville. Lors de la suppression de la mainmorte ecclésiastique décidée par Mendizábal et Madoz, commence un conflit entre le gouvernement d'Espagne et la Papauté; pendant un certain temps, le siège de l'archevêché est resté vacant. Enfin, la Guerre civile espagnole entrainera la destruction d'une bonne partie du patrimoine artistique de l'Archevêché et la mort de 281 prêtres. Après elle, on a procédé à la reconstruction matérielle et a été configuré l'aspect de l'actuel archidiocèse de Tolède.

Cathédrale et basiliques mineures[modifier | modifier le code]

La primatiale de Tolède (en espagnol : catedral primada de Santa María de la Asunción), dédiée à l'Assomption de sainte Marie, est la cathédrale de l'archidiocèse[9].

Les deux basiliques mineures de l'archidiocèse sont :

  • la basilique du monastère royal Notre-Dame de Guadalupe (real monasterio de Santa María de Guadalupe), église abbatiale, basilique mineure le 17 juin 1955[10] ;
  • la basilique Notre-Dame du Prato (basílica de Nuestra Señora del Prado) à Talavera de La Reína, basilique mineure depuis le 14 février 1989[11].

Ordinaires[modifier | modifier le code]

Évêques de Tolède[modifier | modifier le code]

Le premier évêque de Tolède attesté est San Eugenio I (6996), fondateur de l'institution, à partir de qui on possède une liste continue jusqu'à nos jours.

Archevêques de Tolède[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (es) Mapa eclesiástico de España (consulté le 6 juin 2013)
  2. (es) Municipios de la diócesis de Toledo (consulté le 6 juin 2013)
  3. (es) Parroquias de la diócesis de Toledo (consulté le 6 juin 2013)
  4. (es) Guía de la archidiócesis de Toledo (2013) - Index (consulté le 6 juin 2013)
  5. (es) Vicaría de Toledo, dans Guía de la archidiócesis de Toledo (2013), pp. 1-10 (consulté le 6 juin 2013)
  6. (es) Vicaría de Tavalera, op. cit., pp. 11-22 (consulté le 6 juin 2013)
  7. (es) Vicaría de La Mancha, op. cit., pp. 23-30 (consulté le 6 juin 2013)
  8. (fr) Sainte Léocadie (consulté le 6 juin 2013)
  9. (en) Catedral primada de Santa María de la Asunción (consulté le 6 juin 2013)
  10. (en) Real monasterio de Santa María de Guadalupe (consulté le 6 juin 2013)
  11. (en) Basílica de Nuestra Señora del Prado (consulté le 6 juin 2013)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]