Archidiocèse d'Utrecht

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

52° 05′ 15″ N 5° 07′ 27″ E / 52.0875, 5.12417 ()

Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Principauté d'Utrecht.
Archidiocèse d'Utrecht
(la) Archidioecesis Ultraiectensis
Carte de l'archidiocèse
Carte de l'archidiocèse
Informations générales
Pays Pays-Bas
Archevêque Willem Jacobus Eijk
Superficie 10 000 km2
Création du diocèse 695
Élévation au rang d'archidiocèse 12 mai 1559
Diocèses suffragants Breda
Groningue-Leeuwarden
Haarlem-Amsterdam
Ruremonde
Rotterdam
Bois-le-Duc
Adresse P.B. 14019, Maliebaan 40, 3508 SB Utrecht, Nederland
Statistiques
Population 3 836 649 hab.
Population catholique 757 000 hab.
Pourcentage de catholiques 19 %
Nombre de paroisses 45
Nombre de prêtres 425
Nombre de religieux 320
Nombre de religieuses 697
Notice sur hierarchy catholic : Consulter

L'archidiocèse d'Utrecht (en latin : archidioecesis Ultraiectensis ; en néerlandais : aartsbisdom Utrecht) est une église particulière de l'Église catholique aux Pays-Bas.

Jusqu'en 1559, le diocèse d'Utrecht était suffragant de l'archidiocèse de Cologne. Il fut ensuite élevé au rang d'archevêché.

Du Xe siècle à 1528, l'évêque d'Utrecht était également le seigneur temporel d'une principauté du Saint-Empire romain germanique. Son territoire était différent de celui du diocèse. Suite aux troubles de la Réforme, l'évêque céda son administration à Charles Quint en 1528.

Territoire[modifier | modifier le code]

L'archidiocèse d'Utrecht couvre les trois provinces civiles d'Utrecht, de Gueldre et d'Overijssel ainsi que l'Oostelijk Flevoland, la partie orientale du Flevopolder, dans la province civile du Flevoland.

Le Zuidelijk Flevoland, la partie occidentale du Flevopolder, relève du diocèse de Haarlem-Amsterdam. Le Noordoostpolder relève du diocèse de Groningue-Leeuwarden.

Histoire[modifier | modifier le code]

La tradition catholique attribue la fondation du diocèse d'Utrecht à Willibrord, qui fut évêque du pays de 695 à 739. Utrecht, en tant que siège de l'évêché, prit une importance croissante aux Pays-Bas, et se couvrit d'églises.

En 799, Charlemagne réforma l'organisation ecclésiastique de la région : le siège d'Utrecht devint un diocèse suffragant de l'archidiocèse de Cologne. Le diocèse s'étendait alors sur presque tout le territoire des Pays-Bas actuel situé au nord de la Meuse et sur la Zélande. Cependant, la plus grande partie de la province de Groningue, une petite partie de la Frise et l'est de la Gueldre appartenait au diocèse de Münster. Le diocèse d'Utrecht comprenait également certains territoires qui font aujourd'hui partie de l'Allemagne.

Le dernier prince-évêque d'Utrecht fut Henri du Palatinat (1487-1552). Ce dernier, après un ultime soulèvement religieux, abandonna en 1528 l'administration de sa principauté à l'empereur Charles Quint, déjà duc de Brabant et comte de Hollande : c'en était fait désormais de l'indépendance politique d'Utrecht.

En 1559, dans le cadre de la réorganisation religieuse des Pays-Bas espagnols, Utrecht fut élevée au rang d'archevêché et de province ecclésiastique, avec pour suffragants : Haarlem, Middelbourg, Deventer, Leeuwarden et Groningue. Le territoire du diocèse d'Utrecht fut ainsi considérablement réduit : seules les actuelles provinces d'Utrecht, de Hollande-Méridionale et une partie de la Gueldre en faisait encore partie.

Dès l'entrée en fonction des premiers archevêques, le calvinisme gagna rapidement la région. Avec les émeutes contre l'occupation espagnole, l'office religieux de rite catholique fut interdit dès 1573. Par la suite, le Saint-Siège tint compte de la situation en supprimant l'archidiocèse en 1580 et en instituant le vicariat apostolique de Batavia en 1592 (mission de Hollande), qui administrait les fidèles catholiques des Pays-Bas depuis l'étranger.

En 1723, les chanoines d'Utrecht, insatisfaits du vicaire apostolique nommé par Rome, décident d'élire Cornelius Steenoven comme archevêque. Il est consacré évêque par Dominique Marie Varlet, un ancien évêque coadjuteur de Bossuet, qui avait été écarté de sa charge pour jansénisme et nommé évêque in partibus de Babylone. Le pape répliqua par une excommunication du nouvel archevêque et de ses fidèles. Ainsi prenait naissance l'Église vieille-catholique d'Utrecht.

La rupture avec le Saint-Siège était consommée. Cette rupture s'accentua encore quand un évêché catholique romain fut rétabli à Utrecht en 1853, puis le rejet par l'Église vieille-épiscopale d'Utrecht du Syllabus en 1864, ainsi que des dogmes de l'Immaculée conception et surtout de l'Infaillibilité pontificale.

Le 4 mars 1853, l'Église catholique romaine rétablit un archidiocèse à Utrecht, avec pour suffragants : Breda, Haarlem, Ruremonde et Bois-le-Duc. Son premier archevêque fut Johannes Zwijsen. Le 16 juillet 1955, le territoire du diocèse d'Utrecht fut réduit pour permettre la création du diocèse de Groningue, qui devint, tout comme le nouveau diocèse de Rotterdam, suffragant d'Utrecht.

Cathédrale et basilique mineures[modifier | modifier le code]

La cathédrale Sainte-Catherine d'Utrecht est l'église cathédrale de l'archidiocèse[1].

L'archidiocèse compte huit basiliques mineures : la basilique Saint-Georges d'Almelo[2], la basilique de l'Exaltation de la Sainte-Croix de Raalte[3], la basilique Saint-Lambert de Hengelo[4], la basilique Saint-Nicolas de Ijsselstein[5], la basilique Saint-Pancrace de Tubbergen[6], la basilique Saint-Plechelm d'Oldenzaal[7], la basilique Saint-Walbourg d'Arnhem[8] et la basilique Notre-Dame-de-l'Assomption de Zwolle[9].

Situation actuelle[modifier | modifier le code]

La chute brutale de la pratique dans l'Église catholique néerlandaise à partir des années 1970 provoque un effondrement des vocations. La situation financière devient tellement critique que les cinq doyennés (Utrecht, Arnhem, Gelderland-Oost, Twente et Ijselllanden) sont supprimés en 2009. Les 316 paroisses sont regroupées en 45 « grandes paroisses », avec période probatoire de cinq ans. Des paroisses comme celles de Beesd, Gellicum-Rhenoy, ou Rumpt sont définitivement fermées.

  • Le nombre de prêtres diocésains passe de 2004 à 2010 de 262 à 214.
  • Le nombre de prêtres religieux passe de 2004 à 2010 de 315 à 211
  • Le nombre de religieux passe de 2004 à 2010 de 463 à 320
  • Le nombre de religieuses passe de 2004 à 2010 de 1 057 à 697
  • Le nombre de diacres permanents (institués ici en 1980) passe de 68 à 85, de 2004 à 2010
  • En 1950, les catholiques représentaient 33 % de la population totale
  • En 1980, les catholiques représentaient 28,8 % de la population totale
  • En 2004, les catholiques représentaient 21,6 % de la population totale
  • En 2010, les catholiques représentaient 19 % de la population totale.
  • Nombre de paroisses en 1960 : 377
  • Nombre de paroisses en 1980 : 359
  • Nombre de paroisses en 2004 : 336
  • Nombre de paroisses en 2010 : 234, réparties en 45 grandes paroisses

Selon les projections actuelles le nombre des pratiquants réguliers passerait de 2010 à 2020 de 9 900 fidèles à 5 400 fidèles soit une baisse de 40 %, la population de baptisés s'écroulant à 89 000 fidèles.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Sint Catharinakathedraal (consulté le 22 novembre 2013)
  2. (en) Basiliek van de H. Georgius (consulté le 22 novembre 2013)
  3. (en) Basiliek van de H. Kruisverheffing (consulté le 22 novembre 2013)
  4. (en) Basiliek van de H. Lambertus (consulté le 22 novembre 2013)
  5. (en) Basiliek van de H. Lambertus (consulté le 22 novembre 2013)
  6. (en) Basiliek van de H. Pancratius (consulté le 22 novembre 2013)
  7. (en) Basiliek van de H. Plechelmus (consulté le 22 novembre 2013)
  8. (en) Basiliek van de H. Walburgis (consulté le 22 novembre 2013)
  9. (en) Basiliek van Onze Lieve Vrouw ten Hemelopneming (consulté le 22 novembre 2013)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]