Archidiocèse d'Aix-en-Provence

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

43° 31′ 57″ N 5° 27′ 05″ E / 43.5325, 5.45139

Archidiocèse d'Aix-en-Provence
(la) Archidioecesis Aquensis in Gallia
(-Arelatensis-Ebrodunensis)
La cathédrale Saint-Sauveur d'Aix-en-Provence
La cathédrale Saint-Sauveur d'Aix-en-Provence
Informations générales
Pays France
Affiliation Église catholique en France
Archevêque Mgr Christophe Dufour
Langue(s) liturgique(s) Français
Superficie 4 580 km2
Création du diocèse Ier siècle
Élévation au rang d'archidiocèse Ve siècle
Province ecclésiastique Marseille
Diocèses suffragants aucun
Adresse Archevêché
d'Aix & Arles
7, cours de la Trinité
13625 Aix-en-Provence
Site officiel Site officiel
Statistiques
Population 1 046 338 hab.
Nombre de paroisses 120
Notice sur hierarchy catholic : Consulter
Image illustrative de l'article Archidiocèse d'Aix-en-Provence
Localisation du diocèse

L'archidiocèse d'Aix-en-Provence (en latin : Archidioecesis Aquensis in Gallia ; en occitan : archidiocèsi de Ais de Provença selon la norme classique ; en provençal : archidioucèsi de z'Ais selon la norme mistralienne) est un des archidiocèses de l'Église catholique en France.

Il aurait été fondé dès le premier siècle. De 1801 à 1822, il couvre les départements des Bouches-du-Rhône et du Var. Depuis 1822, il ne couvre plus que trois des quatre arrondissements des Bouches-du-Rhône : celui d'Aix-en-Provence, celui d'Arles et celui d'Istres.

Depuis 2002, il est suffragant de l'archidiocèse métropolitain de Marseille et relève de la province ecclésiastique de Marseille qui couvre la région Provence-Alpes-Côte d'Azur et la collectivité territoriale de Corse.

Jusqu'à la fin de l'Ancien Régime, l'archevêque d'Aix-en-Provence est le président-né des États de Provence, le premier procureur-né du pays et le président-né de l'assemblée générales des communautés.

De 1409 à la fin de l'Ancien Régime, il est aussi le chancelier de l'Université d'Aix.

De 1822 à 2002, l'archevêque d'Aix-en-Provence relève le titre d'archevêque d'Arles et celui d'archevêque d'Embrun. Depuis 2002, il ne relève plus que celui d'Arles, le titre d'Embrun étant relevé par l'évêque de Gap. Depuis 2010, l'archevêque d'Aix-en-Provence et d'Arles est Mgr Christophe Dufour.

Entre 1790 et 1801, Aix-en-Provence fut le siège du diocèse du département des Bouches-du-Rhône, un des quatre-vingt-trois diocèses de l'Église constitutionnelle créé par la constitution civile du clergé.

Le diocèse[modifier | modifier le code]

Selon la tradition, son fondateur, saint Maximin serait venu de Judée avec Lazare et ses deux sœurs, Marthe et Marie-Madeleine.

L'ancien diocèse d'Aix fut bientôt borné, à l'ouest, par les diocèses d'Arles et de Tarascon, au nord, par le diocèse d'Avignon, à l'est, par le diocèse de Fréjus et, au sud, par le diocèse de Marseille.

L'Assemblée Constituante supprima les diocèses d'Arles et de Marseille et fit du diocèse d'Aix le siège de l'évêché départemental des Bouches-du-Rhône.

Au concordat de 1801, le diocèse de Toulon, supprimé, et une partie du diocèse de Riez, également supprimé, furent réunis au diocèse d'Aix.

De ce vaste territoire, le 6 octobre 1822, la bulle Paternae caritatis du pape Pie VII rétablit les diocèses de Fréjus et de Marseille et le diocèse d'Aix devint Aix (-Arles-Embrun).

La province ecclésiastique[modifier | modifier le code]

La province ecclésiastique suivait souvent la division des provinces romaines. Soumis par le pape Symmaque à l'église d'Arles, ce fut en 794, au concile de Francfort, que le diocèse d'Aix acquit son autonomie et jouit de l'autorité métropolitaine.

Les limites de la province varièrent à plusieurs reprises. Elle comprit d'abord les diocèses d'Apt, de Fréjus, de Gap, de Riez et de Sisteron[1].

Au concordat de 1801, les suffragants d'Aix furent Avignon, Digne, Nice et Ajaccio. En 1822, l'érection d'Avignon en archevêché et la restauration de plusieurs diocèses nécessitèrent une nouvelle répartition des diocèses. Aix eut alors comme suffragants Ajaccio, Digne, Fréjus, Gap et Marseille. Nice y fut joint en 1860 et Alger de 1838 à 1867, date de son élévation en archevêché.

Depuis 1822, l'archevêque d'Aix porte en même temps les titres d'Arles et d'Embrun.

Le 16 décembre 2002, l'archevêché d'Aix n'est plus métropolitain mais devient suffragant de l'archevêché de Marseille, élevé au rang de métropolitain.

Liste des archevêques d'Aix-en-Provence[modifier | modifier le code]

Évêques originaires du diocèse d'Aix-en-Provence[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Histoire d'une ville. Aix-en-Provence, Scéren, CRDP de l'académie d'Aix-Marseille, Marseille, 2008, p. 41.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Joseph Hyacinthe Albanès, Ulysse Chevalier (complétée, annotée et publiée par), Gallia christiana novissima. Histoire des archevêchés, évêques et abbayes de France d'après les documents authentiques recueillis dans les registres du Vatican et les archives locales, notice en ligne sur Galica.
  • Catholic Hierarchy (www.catholic-hierarchy.org), Éditions LGE, tome I, p.1089-1090.
  • Haitze, L'épiscopat métropolitain d'Aix, Aix, 1863.