A. J. Cronin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Archibald Joseph Cronin)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cronin.

A. J. Cronin

alt=Description de l'image A. J. Cronin 1931a.jpg.
Nom de naissance Archibald Joseph Cronin
Activités Médecin, romancier
Naissance 19 juillet 1896
à Cardross (Flag of Scotland.svg Écosse)
Décès 6 janvier 1981 (à 84 ans)
à Montreux (Suisse)
Langue d'écriture Anglais
Genres Surtout des romans

Œuvres principales

Archibald Joseph Cronin (19 juillet 1896 - 6 janvier 1981), signant ses œuvres A. J. Cronin, est considéré comme un des plus grands écrivains écossais. Plusieurs de ses ouvrages sont considérés comme des chefs d'œuvre, en particulier La Citadelle et surtout Les Clés du royaume.

Écossais catholique avec des origines irlandaises et une mère protestante, orphelin de père à sept ans, brillant élève, il est d'abord médecin des pauvres en milieu industriel, puis a une brillante clientèle à Londres. Son itinéraire et ses origines inspirent nombre de ses personnages romanesques.

Biographie[modifier | modifier le code]

La maison natale de Cronin est large, sur un seul niveau avec quatre marches d'accès sur une pelouse
Maison natale de Cronin

A. J. Cronin est né dans la maison Rosebank (Rosebank Cottage) à Cardross, dans le Dunbartonshire (aujourd'hui dans l'Argyll and Bute) en Écosse. Il est le fils de Patrick Cronin, agent d'assurances et représentant de commerce, catholique d'origine irlandaise, et de Jessie Cronin née Montgomerie, protestante, fille d'un chapelier.

Archibald a sept ans lorsque son père meurt de tuberculose. Il déménage alors avec sa mère chez ses grands-parents maternels, à Dumbarton en Écosse. Sa mère devient la première femme inspectrice de santé en Écosse.

Il est un élève précoce, remporte de nombreux prix et se distingue aussi en athlétisme et en football.

Il devient médecin des pauvres dans une région industrielle du Pays de Galles, puis inspecteur des mines en 1924. Après sa thèse sur les anévrismes (1924), il s'installe à Londres avec une brillante clientèle.

Un repos forcé lui donne alors l'occasion d'écrire en 1931 son premier roman : Le Chapelier et son château. Il publie ensuite une vingtaine de romans.

Il écrit principalement des romans tragiques ; beaucoup sont adaptés au cinéma. On pourrait le rapprocher d'autres médecins écrivains à succès de la même époque comme Frank Gill Slaughter, Lloyd C. Douglas ou André Soubiran.

Un de ses fils, Vincent Cronin, est également écrivain. Son épouse Agnès Mary est décédée le 10 juin 1981 à 83 ans.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Romans[modifier | modifier le code]

(Par ordre de publication originale)

Autres œuvres[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Maurice Métral, « Cronin, l'homme d'une revanche », in Les Destinées exceptionnelles, Nouvelle bibliothèque, Neuchâtel, 1969, p. 100.
  • Léon Binet et Pierre Vallery-Radot, Médecine et littérature : prestige de la médecine, Expansion scientifique française, Paris, 1965, p. 217.
  • François Salières, Écrivains contre médecins, Denoël, Paris, 1948, p. 144.
  • (en) Dale Salwak, A. J. Cronin, a reference guide, G. K. Hall, Boston, 1982, 185 p. (ISBN 978-0-8161-8595-5)
  • (en) Dale Salwak, A. J. Cronin, Twayne Publishers, Boston, 1985, 154 p. (ISBN 978-0-8057-6884-8)

Liens externes[modifier | modifier le code]