Archiâtre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Voir la catégorie associée : Archiâtre.

L'archiâtre[1] (du grec ancien ἀρχίατρος arkhíatros, latin archiatrus), est le médecin d'un monarque ou d'une famille royale.

Origine[modifier | modifier le code]

Antiquité[modifier | modifier le code]

Article général Pour un article plus général, voir Médecine dans la Rome antique.

Le titre d'archiâtre apparaît avec le médecin personnel de Néron, Andromaque[2].

La création du collège des archiatri palatini, assemblée réunissant les médecins impériaux, officialise la position des archiâtres à Rome.

Toutefois jusqu'à l'empereur Dioclétien, le terme désigne différentes catégories de médecins. Le Code de Théodose Ier établit un nouveau système hiérarchique médical : les Archiatri sancti Palatini, médecins du palais, et les Archiatri Populares, médecins du peuple et des pauvres, sont sous les ordres du Comes archiatorum.

Certains d'entre eux obtiennent des postes administratifs importants dans l'Empire, comme Vindicianus, archiâtre et gouverneur d'Afrique.

Monarchies[modifier | modifier le code]

France[modifier | modifier le code]

Le titre de « médecin du roi » doit être distingué de celui de « médecin ordinaire », donné la première fois à André du Laurens[3].

Paul Delaunay a examiné attentivement les fonctions de médecin officiel (y compris leur rémunération)[4].

Vatican[modifier | modifier le code]

Au Vatican, l’archiatre pontifical est le médecin du Saint-Père.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Souvent orthographié archiatre
  2. Glossaire d'Hippocrate, Erotien
  3. « On créa pour lui la charge de médecin ordinaire, dont les fonctions sont d'être toujours auprès du roi, et de remplir la place de premier médecin quand il est malade. » (Jean Astruc, « André du Laurens, d'Arles », dans Mémoires pour servir à l'histoire de la faculté de médecine de Montpellier, Paris, Cavelier, 1767, p. 248)
  4. La vie médicale aux XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles sur Google Livres, Slatkine, 1935, 556 p. (ISBN 2051017328 et 9782051017329)